Collectif des artistes chorégraphiques des Ballets de France
Collectif réunissant les danseurs et les danseuses des ballets permanents de France
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juin 2022

Collectif des artistes chorégraphiques des Ballets de France
Collectif réunissant les danseurs et les danseuses des ballets permanents de France
Abonné·e de Mediapart

289 danseur·euses unissent leurs voix pour défendre la permanence de leurs emplois

Nous remarquons une dynamique préoccupante dans nos institutions : postes gelés, diminutions d'effectifs ou fermeture de ballets. La création, la qualité des spectacles proposés et notre patrimoine culturel chorégraphique est mis en danger ainsi que nos emplois et nos conditions de travail. La France compte de plus en plus d’artistes chorégraphiques, mais qui travaillent de moins en moins.

Collectif des artistes chorégraphiques des Ballets de France
Collectif réunissant les danseurs et les danseuses des ballets permanents de France
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les danseurs et danseuses des 12 ballets de France unissent leurs voix pour défendre la permanence de leurs emplois.

English version below

Nous, danseurs et danseuses des Ballets de France, remarquons une dynamique préoccupante dans les institutions culturelles : postes gelés, diminutions d'effectifs ou fermeture de ballets (ex : les derniers étant les ballets des Opéras de Toulon et Limoges).
Cette « hémorragie » met en danger la création, la qualité des spectacles proposés et notre patrimoine culturel chorégraphique. Elle met également en danger nos emplois et nos conditions de travail. La France compte de plus en plus d’artistes chorégraphiques, mais qui travaillent de moins en moins.
On note que la danse a trop souvent une place de second ordre dans la politique culturelle institutionnelle. Les artistes chorégraphiques ont souvent un statut dévalué par rapport aux artistes lyriques ou aux musiciens instrumentistes. Des carrières jeunes et courtes, une culture de la discipline voire du mutisme participent à leur sous-représentation dans le milieu syndical et à la sensation d’être peu écoutés.

La consolidation et la reconquête des emplois permanents nous semble primordiale.
Une compagnie de danse constitue une équipe, une troupe : elle nécessite donc une forme de stabilité, de cohésion et d’expérience. La singularité d’une compagnie ne se construit que si elle s’inscrit dans le temps. C'est un outil qui permet, par le nombre de ses interprètes, leur disponibilité et leur diversité, de constituer et de faire vivre un répertoire, tout comme de créer des œuvres singulières.
Aux côtés des productions ponctuelles, il semble important que la politique culturelle s’articule autour d’institutions variées et sanctuarisées, qui permettent la transmission du répertoire comme la création d’œuvres éclectiques. Les ballets et l’emploi permanent au sein de nos structures contribuent donc à enrichir ce maillage culturel.

  • Les institutions culturelles labellisées et financées par l’État et les collectivités locales font rayonner la France à l’internationale, souvent sous le nom des villes où elles sont implantées
  • Elles permettent ainsi de rendre la culture accessible à tous et toutes en assurant la mise en place de missions de sensibilisation qualitatives en parallèle des spectacles qui restent l’axe principal.
  • Le développement du secteur chorégraphique, tant par sa qualité que sa diversité, nécessite l’amélioration des conditions de travail, de l’emploi et de l’après carrière. Plutôt que de reculer, les emplois permanents doivent progresser, la durée des CDD doit s’allonger et non se réduire comme c’est le cas depuis 10 ans.
  • Nous devrons aussi nous poser la question de l’attractivité des ballets pour les danseurs et danseuses issu·es des formations diplômantes qui peuvent avoir tendance à fuir à l’étranger.

Le régime de l'intermittence est un dispositif précieux qui permet à un grand nombre d’artistes aux emplois discontinus de vivre de leur métier. Cependant, l’abandon du CDI au profit de CDD fragilise et précarise le statut social des artistes chorégraphiques. Le danseur, la danseuse permanente, présent au quotidien dans la cité et sur le territoire, y joue un rôle important auprès des populations en y développant l’art. On ne peut avoir le même impact en ne passant que 4 mois dans une ville. Ce n’est pas l’un ou l’autre, c’est l’un et l’autre, et il semble préoccupant d’observer une disparition progressive de la spécificité des ballets et de leur singularité à produire des œuvres chorégraphiques.

Il s'agit de valoriser notre métier, de considérer la place des artistes chorégraphiques et de rendre la culture en France diverse, rayonnante et attractive.

Juin 2022
Signé par 289 danseurs et danseuses réparti·es dans 12 structures :

Ballet de l'Opéra Grand Avignon : Cassiot Bérangère, Garros Aurélie, Boutant Anne-Sophie, Fernandes Noémie, De Saint Sauveur Béryl, Okamato Remi, Bajolle Arnaud, Beignard Anthony, Bouvier Sylvain, Gonzalez Joffray, Palamone Marco, Soto Ari, CCN - Malandain Ballet Biarritz : Ballot Noé, Banchetti Giuditta, Bruneau Julie, Canet Raphaël, Chevillotte Clémence, Conte Mickaël, Costa Jeshua, Debert Frederik, Frantz Loan, Hoffren Irma, Layer Hugo, Lillo Guillaume, Lonchampt Claire, Mahouy Arnaud, Otano Alonso Marta, Peschiulli Alessia, Rodriguez Flores Julen, Sánchez Bretones Alejandro, Turel Yagüe Ismael, Uwaha Yui, Velázquez Patricia, Vianello Allegra, Viel Laurine, Ballet de l'Opéra National de Bordeaux : Asselin Simon, Bernadou Hélène, Cerruti Emilie, Da Silva Vianna Marini, Debut Guillaume, Devaux Pierre, Di Fazio Pascaline, Fazzi Emma, Feuillatte Vanessa, Gontcharouk Alexandre, Gueho Anna, Guizien Marina, Kudryashova Marina, Le Floc’h Diane, Leloup Alice, Lima Diego, Mariat Anaëlle, Meier Charlotte, Muratov Nicole, Patriarche Melissa, Renda Sara, Riku Ota, Rios Lucia, Ritmanic Neven, Rodriguez Pinera Alvaro, Rogachev Oleg, Shin Ahyun, Spitz Clara, Tilagone Kylian, Trevinal Tangui, Vilette de Callenstein Perle, Whittle Ashley, Zanoli Marc Emmanuel, Zuddas Riccardo, CCN - Ballet de Lorraine : Archambault Jonathan, Aubert Aline, Bachs Esther, Baudinet Alexis, Bendrimia Malou, Bourbeau Alexis, Cardin Antoine, Dalerci Charles, Depauw Inès, Falk Angela, Gracia Nathan, Gras Léo, Hadj-Rabah Inès, Ihne Tristan, Lagiere Mateo, Lescoffy Laure, Ly Cuong Valérie, Malbranque François, Massano Afonso, Meeus Emilie, Mialet Clarisse, Raymond Elsa, Sas Willem-Jan, Schoefs Céline, Soubirou Jean, Verbitzky Luc, Ballet de l'Opéra National de Lyon : Albert Marie, Baby Jacqueline, Bentz Kristina, Blloshmi Edi, Carnicer Julia, Conjeaud Noellie, De Bakker Katrien, Delabie Dorothée, Diaz Abril, Galster Tyler, Grappiolo Viola Esmeralda, Knight Caelyn, Lassere Maeva, Leiva Yan, Levieux Coralie, Luci Giacomo, Macedo Ricardo, Merenda Marco, Monguillot de Mirman Elsa, Nikolli Albert, Paperini Chiara, Pereira Samuel, Pryszo Lore, Pupo-Guillen Leoannis, Ramos Roylan, Romanova Anna, Serrano Nuñez Raúl, Sosa Sanchez Erik, Van Heeswijk Merel, Vezin Paul, CCN - Ballet national de Marseille : Abicht Sarah, Alwell Daniel, Auerbach Nina-Laura, Badaoui Isaia, Bergakker Alida, Czajowska Malgorzata, Eckl Martha, Fitzgerald Riley, Georgiadi Myrto, Giotta Vito, Gombert Nathan, Jimenez Gorostizu Orkaiztegi Ibai, Kato Nonoka, Kinoshita Yoshiko, Martinez Hernandez Angel, Myhre Jorgensen Jonatan, Porlon Hanna-May, Sato Aya, Segal Noam, Strimaitis Dovydas, Valls Garcia Elena, Vandenbussche Nahimana, Vander Linden Antoine, Ballet de l'Opéra-Théâtre de l'Eurométropole de Metz : Antoine Valérian, Bougnotteau Paul, Bouloy Timothée, Cason Camilla, Cox Charlotte, Dodanh Kim, Isenmann Rémy, Kotowich Graham, Lons Elisa, Magnan Aurélien, Malczuk Clément, Pesce Victoria, Roman de Miguel Anik, Sauzade Johanne, Ballet Nice Méditerranée : Bartez Sarah, Colombo Veronica, Dunlop Noah, Fabry Alicia, Ilenia Vinci, Magnon-Verdier Julie, Martiarena Nina, Nelson Théodore, Pastor Madeleine, Ballet de l'Opéra national de Paris : Anquetil Apolline, Anquetil Victoire, Aveque Milo, Bellet Aurelia, Bertaud Sébastien, Bezard Audric, Botto Matthieu, Boucaud Laure-Adélaïde, Bray Samuel, Catonnet Alice, Chailloux Yann, Conforti Antonio, Contat Mathieu, Devignes Lucie, Ganio Mathieu, Gautier De Charnace Marion, Gross Clémence, Guillemard Julien, Joannais Awa, Jocqueviel Héloise, Kirscher Antoine, Levy Laurene, Louvet Germain, Marcault-Derouard Loup, Marque Paul, Mateci Lucie, Murez Samuel, Pajtler Hortense, Rubio Marius, Saller Diane, Stojanov Roxane, Thomas Maxime, Viikinkoski Ida, Ballet Preljocaj : Le Gall Laurent, Bussinet Elliot, Coissieu Baptiste, Cremaschi Leonardo, Delogu Mirea, Dubois Antoine, Emig Matt, Freschel Clara, García López Isabel, Jacobsen Verity, Jager Florette, Jean-Pouvreau Erwan, Marchignoli Tommaso, Martin Théa, Martinez Caliz Victor, Nagimova Nuriya, Pegat-Toquet Florine, Pérez Sequeda Emma, Reyes Valenciano Mireia, Ripert Simon, Shtylla Redi, Sigismondi Khevyn, Tatarova Anna, Torres Morillo Cecilia, Trutat Mattéo, Zoë McNeil Zoë, CCN - Ballet de l'Opéra national du Rhin : Barbotte Monica, Becker Audrey, Buisson Susie, Cabalé Deia, Cecchini Christina, Coin Noémie, Delavaud Marin, Doncq Pierre, Enriquez Ana-Karina, Frias Cauê, Fukuda Brett, He Di, Jeammot Erwan, Julliard Rubén, Lafon Jérémie, Lemieux-Venne Pierre-Emile, Lopes Gomez Chloé, Lyon Jesse, Minami Rio, Nummi Leonora, Nunigé Céline, Oguma Oliver, Olivier Nirina, Pernao Alice, Pidoux Ayla, Reiners Avery, Rivière Jean-Philippe, Rupp Cedric, Schmitt Marwik, Shimizu Ryo, Su Xu, Trividic Alain, Waysenson Hénoc, Weiss Julia, Xing Dongting, Ballet du Théâtre du Capitole Toulouse : Austin Charley, Caminiti Sofia, Catonnet Simon, Claudon Baptiste, Coquillard Louise, Di Monte Carlotta, Fernandez Ramos Rafael, Ferreira de Sousa Alexandre, Gomez Samon Ramiro, Itou Juliette, Leydier Jérémy, Misuri Lorenzo, Monnereau Solène, Nakazato Kayo, Prévost Tiphaine, Queiroz Nina, Savdenov Ruslan, Scarian Pénélope, Solano Philippe, Surodeeva Aleksandra, Varlet Marie.


Dancers from 12 French Ballet Companies Unite to Defend Permanent Employment.

We, the dancers of the French Ballet Companies, are witnessing a concerning dynamic in cultural institutions: positions frozen, workforce cuts and the closing of companies (the latest being Toulon Ballet Opera and Limoge Ballet Opera). This “bleeding” endangers the production and quality of our work as well as our cultural choreographic heritage. It negatively impacts our jobs and working conditions. Although the number of professional dancers is growing, they are, on average, working less.
We acknowledge that dance is often undermined in institutional cultural politics and that dancers are undervalued compared to instrumentalists and singers. Dancers are typically young and their careers are relatively short; they are taught to be disciplined and quiet. They are underrepresented in workers’ unions, and feel their voices are not heard. 

The consolidation and reclamation of permanent jobs is essential to us.
A dance company is a team: it requires stability, coherence and experience. The identity of a company can only be built with time. A permanent structure allows, through its consistency and capacity, for the existence of a variety of repertoire and new creations. 
It is important that the cultural politics represents the diversity of the existing structures, including the permanent companies and projects.

  • Publicly funded structures contribute to France's international reputation often under the name of the cities where they are based.

  • They make culture accessible to all. Beside the shows, which remain the main activity, they ensure community outreach missions.
  • The development of the choreographic sector, as much by its quality as by its diversity, requires better working conditions, more employment as well as a better support in career transitions. The number of permanent dancers needs to stop decreasing and start increasing. The duration of CDD needs to Increase in length instead of shortening, as has been the case for the past 10 years.

  • The attractiveness of our companies regarding graduate dancers fleeing abroad is also at stake.

The intermittence regime is a precious dispositif that allows number of artists with discontinuous jobs to earn a living as artists. That being said, the abandonment of CDI in favor of CDD gives dancers a more precarious status. Permanent dancers, by their regular and stable presence in the city and the region, play an important role for the population by developing art. The impact is not the same when an artist only spends only 4 months in a city. It doesn't have to be one or the other, we need both and it is concerning to witness the gradual disappearance of ballets with their specificities and the dance form that they allow.

It’s about showing the value of our profession, esteeming the dancer’s position and everyone participating to make culture in France diverse, attractive and radiant.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal — Libertés publiques
Après la Grèce, Intellexa installe son logiciel espion en Afrique
Le matériel d’Intellexa fait scandale à Athènes, où il aurait visé les téléphones de personnalités, au bénéfice du gouvernement. Mais la société aurait aussi fourni du matériel à une milice soudanaise, révèle une enquête de Lighthouse Reports, « Haaretz » et Inside Story.
par Crofton Black et Tomas Statius (Lighthouse Reports)

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise