Collectif des Associations Citoyennes
http://www.associations-citoyennes.net/
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 juin 2021

Menaces sur les libertés associatives : vers un front du refus du monde associatif.

Au-delà de son intention visant à lutter contre le « séparatisme », le projet de loi « confortant le respect des principes républicains » s’annonce très important par ses impacts sur le monde associatif. Il constitue une menace directe contre les associations et leur liberté d’action et d’expression. C'est un véritable front associatif qui se dessine.

Collectif des Associations Citoyennes
http://www.associations-citoyennes.net/
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Un dossier reprenant toute l'actualité du Projet de Loi est consultable sur notre site. Vous y retrouverez l'intégralité de communiqués cités dans cet article.

par  Collectif des Associations Citoyennes.

Au-delà de son intention visant à lutter contre le « séparatisme », le projet de loi « confortant le respect des principes républicains » s’annonce très important par ses impacts sur le monde associatif avec notamment la conditionnalité de versement de subvention à la signature d’un Contrat d’engagement républicain qui sera publié ultérieurement par décret, ou encore l’extension des possibilités de dissolution d’associations. Ce projet de loi constitue une menace directe contre les associations et leur liberté d’action et d’expression. Que ce soit contre son principe même ou contre certaines de ses dispositions, le secteur associatif se prononce clairement.

Dès janvier 2021 le Collectif des Associations Citoyennes dénonçait un projet de loi laissant « une place importante aux interprétations et à l’arbitraire. Sous couvert de lutte contre un islamisme politique, il contient un ensemble de mesures inacceptables pour les associations. Ce sont les fondements mêmes de la reconnaissance de l’action du monde associatif qui sont revisités par ce texte législatif. »

Pour les signataires de la tribune à l’initiative du Mouvement Associatif, «  Associations présumées coupables » (Animafac, l’Unaf, Coordination Sud, l’Association prévention routière, la Fédération de scoutisme français, France bénévolat, l’Unat, le Cnajep, l’Uniopss, Mona-Lisa, le Célavar, Familles rurales, la Cofac, le Casbc, La Fonda, France nature environnement, Citoyens et justice, Unis-Cité, La Ligue de l’enseignement, la Ligue des droits de l’homme, le Crid ...) « décerner une sorte de brevet préalable de conformité républicaine rappelle de très mauvais souvenirs dans l’histoire mouvementée de la liberté de s’associer : ceux des régimes de contrôle a priori du droit d’association instaurant une méfiance généralisée, bridant l’engagement des citoyens. »

L.A. Coalition pour les Libertés Associatives produit une note de synthèse sur le PJL séparatisme et ses dispositions anti-associations, constatant que « derrière une fausse justification sécuritaire se cache en réalité une véritable loi anti-association qui appelle une large mobilisation ».

Dans une lettre ouverte Ldh, Cnajep, Attac, Cimade, Dal, Emmaüs, Copernic, FNE, Greenpeace France, Planning familial… réaffirment leur « totale opposition à cette loi fourre-tout, qui propose des mesures souvent imprécises ou largement disproportionnées, ouvrant droit à l’arbitraire et, dans tous les cas, dangereuse pour le respect des libertés fondamentales de toutes et tous ».

Pour Animafac, « l’immense majorité des associations font vivre les principes et valeurs de la République au quotidien, à travers leurs actions, leurs contributions au débat démocratique, et en ce qu’elles offrent un espace d’engagement et d’exercice de la citoyenneté ».

Les mouvements de solidarité regroupés au sein de France-Générosité alertent sur « les différentes dispositions en cours qui portent atteinte aux libertés associatives et augmentent un contrôle sans encadrement des organisations du secteur ».

Selon Greenpeace, la loi « constitue une atteinte sans précédent aux socles de notre République et menace nos libertés les plus fondamentales » et, pour le Planning familial, « ce projet de loi est une nouvelle initiative pour détourner l’attention d’explications plus raisonnables sur le fait qu’en France les inégalités perdurent et vont augmenter du fait de la crise sanitaire ».

Le CNAJEP « s’interroge sur une remise en question possible des démarches d’éducation populaire... les démarches de déconstruction des idées pour interroger, pour réfléchir et construire ensuite sa pensée pourraient être de plus en plus remises en question ».

Amnesty International « constate avec inquiétude que certaines des dispositions de ce texte menacent la liberté d'association et peuvent avoir un effet dissuasif sur les défenseurs des droits humains et les organisations de la société civile ».

Pour la coordination Pas sans nous, « Les discours et mesures continuent à stigmatiser les quartiers populaires. La dérive sécuritaire et discriminatoire s’affirme jour après jour, alors que la question posée est certes de répondre à l’urgence mais aussi de construire une véritable politique qui s’attaque aux inégalités et qui soit construite avec les habitantes et habitants de ces quartiers ».

La liste pourrait encore être longue.

« C’est un véritable front du refus du monde associatif qui se dessine »

Par la diversité des réseaux associatifs se prononçant contre ce projet de loi, c’est un véritable front du refus du monde associatif qui se dessine. Que le gouvernement ne prenne en compte aucune de ses remarques constitue un incontestable mépris à son égard. C’est un rétrécissement de l’espace démocratique qui est dénoncé, un changement de positionnement de l’État envers le secteur associatif, instituant un mécanisme de méfiance « a priori ». Le projet de loi ouvre un champ sans fin à une répression associative sans procédure contradictoire, sans droit de recours suspensif. A la veille d’échéances électorales, alors que l’arrivée de l’extrême droite à la tête d’exécutifs devient une possibilité, l’expression unanime du secteur associatif traduit sa grande inquiétude.

Successivement, le Haut Conseil à la vie associative, le Conseil d’État, la Défenseur des droits , la Commission nationale consultative des droits de l’Homme ont émis de grandes réserves sur nombre d’articles. Les réseaux associatifs, fort de l’avis des nombreux juristes qui les accompagnent, alertent, sans être entendus, députés et sénateurs. Le Conseil constitutionnel ne manquerait pas d’être saisi sur le recours à des notions floues et largement interprétables (obligation de respect de l’ordre républicain, définition d’un agissement violent contre les personnes et les biens, sanctions consécutives aux agissements ou propos d’un membre d’une association…) alors qu’il vient d’invalider pour cette même raison plusieurs articles importants de la loi Sécurité Globale. L’alourdissement de la charge administrative ou l’assujettissement du droit d’expression à la puissance publique constituent autant de risques graves pour les libertés associatives, faisant peser une logique permanente d’autocensure des associations, par crainte de la réaction autoritaire et punitive des autorités administratives

Les libertés associatives instituées par la loi de 1901 reposent sur une relation de confiance réciproque entre acteurs de la société civile et institutions publiques. C’est dans cette logique que la Charte des engagements réciproques a été signée en 2014. À l’inverse le projet du nouveau Contrat d’engagement républicain installe un climat de défiance envers les structures qui font pourtant vivre concrètement et quotidiennement un « pacte républicain » fondé sur une solidarité démocratique en acte, des relations partenariales constructives entre associations et collectivités publiques, et la coopération dans un nouveau rapport à l’économie.

Les associations pourront le rappeler le 1er juillet 2021 à l’occasion du 120ème anniversaire de la loi qui consacre les libertés associatives.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse