Collectif des Associations Citoyennes
http://www.associations-citoyennes.net/
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 août 2021

Loi « Respect des principes de la République »

Le Conseil constitutionnel a validé ce 13 août 2021 l’essentiel du projet de loi dite "Respect des principes de la République", plus connu comme « Loi contre le séparatisme ». La loi est donc définitivement adoptée par le vote du Parlement du 23 juillet. Un mois après, le CAC publie ce communiqué. ASSOCIATION EN DANGER ? cette loi risque de nuire gravement à leur santé !

Collectif des Associations Citoyennes
http://www.associations-citoyennes.net/
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Collectif des Associations Citoyennes s’est constitué en 2010 pour défendre collectivement les libertés associatives que le Gouvernement libéral de l’époque voulait soumettre aux lois du marché au titre de la concurrence libre et non faussée. Dans l’ouvrage retraçant ses 10 ans, le CAC rappelle comment « sous l’effet des politiques néolibérales, les associations sont sommées de prouver que leur activité ne relève pas du commerce et des lois de la concurrence. Inversion de la charge de la preuve. On doit prouver son innocence sans quoi il faudra passer sous les fourches caudines des lois du marché et de la fiscalité afférente ». Le droit des affaires constitue la première attaque contre les libertés associatives. Bis repetita 11 ans après c’est une nouvelle étape qui est franchie avec la loi du 23 juillet.

_________________

Une réelle remise en cause des libertés associatives, un changement d’époque !

Le Conseil constitutionnel a validé ce 13 août 2021 l’essentiel du projet de loi de lutte contre le « séparatisme », la loi est donc définitivement adoptée par le vote du Parlement du 23 juillet.

Présentée comme un simple outil de lutte contre l’islamisme politique radical usant de la violence, cette loi reste très contestable sur le fond et très dangereuse sur la forme, notamment pour les associations environnementales, les associations culturelles et d’éducation populaire s’inscrivant dans des démarches d’émancipation, et celles de défense du droit des personnes. Elle s’inscrit dans un ensemble de lois et de décrets qui participent d’une logique sécuritaire, une politique injonctive, une limitation des espaces critiques, alors que les grands médias se trouvent concentrés dans quelques mains.

En plaçant les relations État - Secteur associatif sous l’égide d’un « contrat » promulgué par simple décret, le gouvernement met fin à l’espace de dialogue que constituait la Charte des engagements réciproques de 2014. Le droit d’association a été solidement établi « par la loi de 1901, qui ouvre des espaces permettant à des personnes de mettre en commun moyens, énergie, pensées, hors de toute tutelle… Suffisamment de lois, décrets et règlements ont été édités depuis des décennies pour limiter l’émergence de dérives et corriger ou interdire les abus, même si ce n’est pas toujours simple à détecter. » (CAC, livre des 10 ans)

Le contrat d’engagement républicain est bien un acte d'allégeance demandé aux associations pour solliciter l'aide publique. Il constitue un changement d’époque, il sonne comme une mise en garde. D’apparence anodin, nul ne peut dire quelles sont les interprétations qui en seront faites par les tribunaux au fil des années, ni comment les acteurs politiques s’en saisiront, pouvant mettre gravement en cause les libertés associatives. Au-delà il tend à fragiliser l’initiative associative déjà mise à mal par la réduction des subventions publiques, la mise en concurrence des associations par le biais des appels d’offre publics et l’ouverture de nouveaux marchés aux acteurs lucratifs, dans le secteur social, de l’environnement…

« Assurer une présence républicaine au bas de chaque tour, au bas de chaque immeuble » (E. Macron, discours des Muraux), renforcer la laïcité, et consolider les principes républicains sur l’ensemble du territoire demande une autre vision politique, d’autres moyens. Les associations citoyennes continueront à s’y employer, en toute indépendance. Elles sauront le rappeler à toute autorité publique qui prétendrait vouloir limiter leur liberté d’expression et d’action.

à retrouver sur www.associations-citoyennes.net

++ sur le site de LA COALITION le texte de la contribution extérieure en appui à la saisine du Conseil constitutionnel.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois