4 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 déc. 2020

L'islamophobie d'Etat à son paroxysme

Le projet de loi «confortant les principes républicains» est une machine de guerre contre les musulmans. Après la loi sécurité globale, l'Etat de droit est en train d'être démantelé. Contre ces lois liberticides, meeting en ligne ce soir 19H avec des historiens, avocats, religieux, militants antiracistes. Retransmission en direct sur Mediapart et le BondyBlog.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

MEETING EN LIGNE CE SOIR 19H du Collectif 10 novembre contre l'islamophobie : À vos postes ! La liste de tous les invités est à la fin du billet !

Collectif du 10 novembre contre l'islamophobie © 

Présenté ce 9 décembre au conseil des ministres, le projet de loi contre le séparatisme rebaptisé "confortant les principes républicains" a un intitulé qui dit l'exact inverse de ce qu'il contient. Car il  ne conforte rien mais détruit toujours plus ce qu'on pourrait attendre d'une république, le respect des identités multiples qui la composent, l'égalité réelle et la préservation des libertés. La stratégie de Macron est claire : pour préparer la présidentielle de 2022, avec son aide de camp Darmanin, en ciblant les musulmans réels ou supposés, il s'agira de rivaliser d'ignominie avec M. Le Pen sur le dos de toute une communauté de citoyens de ce pays.

Une machine de guerre contre les musulmans

Car cette loi est une remise en cause de tous les droits démocratiques élémentaires des musulmans : liberté d'expression, liberté d'association, liberté de culte, contrôle et encadrement renforce via les préfets, répression programmée à l'instar  des perquisitions au petit matin chez des citoyens lambda, enfants compris, au mauvais faciès "pour leur faire passer un signal". La fermeture d'associations qui ne respecteraient pas les principes et "valeurs" de la République est inique. Qui décide des valeurs de ladite République? Le ministre de l'intérieur? Macron? Zemmour respecte-t-il les valeurs de la République? Las, il s'agit en fait de terroriser toute une partie de la population afin qu'elle se "tienne tranquille".  La dissolution scandaleuse du CCIF (qui conteste cette décision au Conseil d'Etat), est un signal  annonciateur des objectifs du gouvernement que cette loi lui permettra de systématiser. Il n'y a rien dans le dossier du CCIF que des faits grossièrement fallacieux. Sur le fond, ce qu'on lui reproche c'est de contester l'islamophobie et d'aider les citoyens à défendre leurs droits, ce qui est considéré par le ministre de l'intérieur comme une incitation au terrorisme islamiste. On en est là. 

Une remise en question de la loi de 1905

Cette loi porte atteinte aux grands équilibres établis par la loi de 1905 qui définit la laïcité : neutralité de l'Etat/toutes les religions pour garantir la liberté de conscience et le droit de l'exercer dans l'espace public qui, contrairement à l'Etat n'est pas neutre car il appartient à tous les citoyens qui peuvent afficher leurs convictions politiques, religieuses, etc. La seule réserve, c'est le trouble à l'ordre public. La neutralité imposée par cette loi aux salariés qui travaillent dans des délégations de service public, etc est une atteinte supplémentaire à la loi de 1905: c'est l'Etat qui doit être neutre, pas les salariés, (hors fonctionnaires). L'immixion dans l'organisation du culte musulman, la volonté de contrôler des prêches est dans les mosquées est une atteinte aux fondamentaux de la loi de 1905

De l'article 24 à l'article 25

Après le fiasco de la loi sécurité générale et notamment de son décrié article 24 qui remet en cause une autre liberté fondamentale, celle de la presse et de tout citoyen de filmer la police, le pouvoir macronien, ne reculant devant rien, l'a tout simplement transféré dans la loi contre le séparatisme, c'est l'article 25, identique quasi au mot près à l'article 24. 
Après la loi sécurité globale, cette loi islamophobe est une atteinte gravissime à l'Etat de droit. Elle  vise les musulmans mais nous savons d'expérience que s'ils sont les premiers, il y aura des seconds. Laisserons-nous faire? Laisserez-vous faire?

Pour décrypter cette loi, ses conséquences et nous mobiliser ensemble croyants de toutes les religions, athés, agnostiques, etc. contre ces lois liberticides

Sur Mediapart et le Bondyblog, MEETING EN LIGNE CE SOIR 19H du Collectif 10 novembre contre l'islamophobie avec.

➡️Jean Baubérot: historien de la laïcité
➡️Maître Guez Guez: avocat du CCIF
➡️Abdourahmane Ridouane: président de la mosquée de Pessac et Les allies de la paix, Bordeaux.
➡️Me Medioun, avocate de l'association Apprendre et comprendre 

➡️Ismahane Chouder, vice-présidente de la commission Islam&Laïcité 
➡️Lallab
➡️Fasti
➡️FUIQP
➡️Marche des Solidarités

➡️Attac
Partis politiques
➡️France insoumise
➡️Ensemble!
➡️NPA

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse