4 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 déc. 2020

12 décembre: libertés matraquées, islamophobie invisibilisée

Samedi, plus de 60 000 personnes en France -15000 environ à Paris- ont manifesté contre les lois liberticides séparatisme et sécurité globale. Pourtant la question du séparatisme a été occultée par les médias. Nasses, arrestations arbitraires, provocations policières se sont multipliées à Paris dans une manifestation pacifique. Objectif : créer la terreur. Mise au point.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse du collectif du 10 novembre contre l'islamophobie.

Les nombreuses mobilisations de ce samedi 12 décembre contre les lois liberticides sécurité globale et séparatisme rebaptisée confortant le respect des principes républicains -que beaucoup ont voulu invisibiliser- ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes en France. A Paris, 15000 personnes environ ont défilé de Châtelet à République derrière une banderolle de tête Séparatisme, Sécurité globale : Stop aux lois liberticides, Stop islamophobie.

Les cortèges dans différentes villes de France se sont fait nasser par la police dès le début des manifestations jusqu'à la fin avec partout des arrestations arbitraires. Darmanin nous avait déjà expliqué que les perquisitions se font chez des personnes sans lien avec le terrorisme juste pour leur "envoyer des messages". Lui, le gouvernement auquel il appartient et leur police récidivent, ils arrêtent maintenant des manifestants et manifestantes pour tétaniser et les empêcher d'exercer le droit démocratique élémentaire, celui de manifester.

Cette atteinte de plus à l'Etat de droit s'ajoute à l'arbitraire gravé dans le marbre du projet de loi sur le séparatisme qui donne toute latitude au préfet et au ministre de l'intérieur pour dissoudre telle association ou fermer telle mosquée. Il y a une cohérence d'ensemble dans ces attaques contre nos droits, nous devons opposer un tous ensemble pour les défendre. S'opposer aux violences policières, s'opposer à l'islamophobie institutionnelle, s'opposer aux contrôles et arrestations arbitraires dans les manifestations comme dans les quartiers populaires sont des exigences qui s'imposent comme revendications à toutes les organisations attachées à l'égalité et à la dignité. Nous exigeons la libération et l'arrêt des poursuites de ceux et celles qui ont manifesté ce samedi 12 décembre contre toutes les lois liberticides. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire