Ensemble, créons des passerelles. Soutenons la Convention Citoyenne pour le Climat

La pandémie de COVID 19 semble s’éloigner de nous, et avec elle la peur qu’elle a propagée de continent en continent. En tant que soignants, notre mission essentielle est d’œuvrer pour la vie. Pendant cette crise, nous nous sommes mobilisés sans réserve pour soulager vos souffrances. Notre intention est de continuer... avec un regard éclairé.

Peur d’être malade, peur de souffrir, peur de contaminer ses proches, peur de mourir, car faut-il le rappeler, la vie n’est pas définitivement donnée ! Cette crise a aussi confirmé le lien indiscutable entre l’équilibre du monde et notre santé. A force de considérer notre environnement uniquement sous le prisme de ressources infinies à exploiter, le désordre s’est installé petit à petit....avec son lot de maladies.

L’HUMAIN MALADE DE SON ENVIRONNEMENT

Au cours de l’année 2008, l’Académie de Médecine (1) publiait un rapport sur les origines du cancer et, montrait que chez les non fumeurs 85% des cancers demeuraient inexpliqués. Pouvons-nous nous satisfaire d’arguments comme le vieillissement de la population et/ou un meilleur dépistage pour expliquer l’augmentation des cancers alors que de nombreuses équipes médicales s’interrogent sur le rôle des polluants environnementaux (2) ?

Combien d’études, combien de travaux scientifiques faudrait-il citer encore pour que nous prenions conscience de la gravité de la situation ?

Pesticides
Depuis 2012, la maladie de Parkinson peut être reconnue comme maladie professionnelle pour les agriculteurs (3). La France, selon le Grenelle de l’environnement devait diminuer de 50% l’usage des pesticides. C’est au contraire, une consommation de pesticides qui a augmenté de 20 % depuis 10 ans, avec son cortège de pathologies : malformations pendant la grossesse, troubles du développement cérébral de l’enfant, cancers (lymphomes non hodgkiniens), maladies neurologiques dégénératives (syndromes Parkinsoniens), et maladies métaboliques (obésité, diabète, lésions du foie).

Pollution de l’air
Dans le monde en 2018, 7 millions de personnes sont décédées en respirant quotidiennement un air trop chargé en particules fines. La pollution est même responsable de plus de décès (4) que le diabète (1,6 million), la tuberculose (1,4 million), les accidents de la route (1,3 million) et le sida (1,1 million). En 2018, la Commission européenne a renvoyé la France et cinq autres Etats devant la Cour de justice de l'Union Européenne, en raison de manquements répétés à leurs obligations en matière de lutte contre la pollution de l'air.

Champs électromagnétiques
Les ondes électromagnétiques (lignes à haute tension, wifi, antennes relais, téléphone portables, etc... et bientôt la 5G) envahissent nos vies. Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC, émanation de l’Organisation Mondiale de la Santé) classe les Champs Electromagnétiques en catégorie 2B « peut être cancérogènes pour l’homme » (5).


Réchauffement climatique
Dans un rapport publié à l’automne 2018 (6), le groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) expose les nombreux impacts du réchauffement climatique déjà à l’œuvre et, la menace d’emballement à venir. Et ce n’est pas le monde de nos enfants ou de nos petits enfants qui est décrit, mais bien le notre.

Ces connaissances, ces savoirs d’expérience, doivent être mobilisés au service de la prévention, du maintien, et du rétablissement de la santé. L’heure est venue de créer des passerelles entre cette approche holistique du monde, et notre médecine occidentale.

LA CONVENTION CITOYENNE POUR LE CLIMAT

La convention citoyenne pour le climat (CCC) a remis le 21 juin dernier 150 propositions. Cette expérience démocratique nouvelle nous montre la capacité de 150 citoyens, tirés au sort, à mettre leur énergie en commun pour proposer un modèle de société plus sain, juste et durable. Nous en sommes convaincus, les réponses sont là ! Leurs propositions, réfléchies pour leur faisabilité, se déclinent sous 5 thématiques :


« Se nourrir »
La CCC propose de développer des pratiques agro-écologiques, diminuer puis interdire l’usage des pesticides, favoriser les circuits courts. Une étude française de 2018 (7) révèle que « manger Bio » régulièrement diminue le risque de cancers tous confondus de 25 % (-34 % pour le cancer du sein et jusqu’à -76 % pour les lymphomes).


« Consommer »
La CCC propose par exemple de réguler la publicité sur les produits les plus polluants, de promouvoir et apprendre les comportements éco responsables dès le plus jeune âge et tout au long de la vie, d’éduquer à la sobriété numérique. Nous lutterons ainsi contre la malbouffe, l’obésité et les maladies qu’elles génèrent, contre l’impact négatif des écrans, notamment chez les enfants.


« Se loger »
La CCC propose ici de rénover les logements les plus énergivores, de faire revivre les villes et les villages avec des commerces et activités économiques revitalisés, de la nature en ville et des forêts périurbaines protégées. Un programme de rénovation des logements permettra de sortir 7 millions de français de la précarité énergétique, tout en créant 100 000 emplois.


« Se déplacer »
La CCC souhaite développer les transports doux et partagés, favoriser un retour fort à l’usage du train (notamment en zone rurale et pour le transport de marchandises). Nous aurions ainsi, et en peu de temps comme on a pu le constater pendant la crise du Covid 19, une amélioration nette de la qualité de l’air.


« Produire et travailler »
La CCC encourage à augmenter la longévité des produits, à réduire les déchets, et à évaluer les impacts sur la biodiversité en amont du système de production. Cela s’accompagnera d’une réduction de tous les polluants environnementaux avec un impact majeur sur la santé. La CCC propose aussi d’accompagner la reconversion des entreprises et la transformation des métiers pour éviter la perte d’emploi et la bascule vers la précarité. Des études démontrent le lien entre précarité et dégradation de l’état de santé (8).


« PRENDRE SOIN », L’AFFAIRE DE TOUS

En devenant soignant nous avons choisi d’affronter la souffrance et les maladies. Comme l’écrit J.D. MICHEL (9) « nous ne pouvons plus fermer les yeux et taire les vices d’un système qui détruit la planète, les peuples, la dignité humaine, notre santé pour assouvir la voracité d’industries devenues criminelles ». Quels sens auront tous les efforts réalisés ces derniers mois face au Covid 19 si nous ne luttons pas contre le réchauffement climatique ? Pourquoi le « prendre soin » des soignants ne pourrait-il pas se décliner plus largement ? Devenons les soignants de notre planète. Apprenons à prendre soin d’elle. L’heure est venue d’exiger un environnement sain et, un modèle de société où le progrès humain prime afin d’assurer un avenir vivable et juste.


Ensemble, créons des passerelles : soutenons la Convention Citoyenne pour le Climat.


Cathy FAITG (Sage-femme coordinatrice),                                                                                      Dr Claire CARRE (Médecine générale),
Dr Julien PETIT (Médecine du Sport),                                                                                             Dr Richard FAITG (Anesthésie, Réanimation).
Membres de l’Association Santé Environnement France et du Collectif Environnement Santé 74.

Organisations soutiens de cette initiative :  France Nature Environnement, Association Santé Environnement France, Webassoc, Fondation Danielle Mitterand, le REFEDD, Réseau Foi & Justice Afrique Europe antenne France, ZEA, LE PHARES, Émancipation Collective, Air Santé Climat, Alter Pub, ARTAC, Collectif Environnemental Santé 74, Réseau Environnement Santé, RESA, collectif PEPSEL,  Strasbourg Respire, WECF-France, SFSE, Fondation Vaincre Alzheimer, Karuna Schechen.     

Les scientifiques: Jean-Dominique Michel (Anthropologue de la santé), Serge Morand (Ecologue)                                                                                                                                                                                     
Cette lettre ouverte a été signée par plus de 500 soignant.e.s, pour voir la liste complète des soutiens, cliquez ici.

1 Causes du cancer en France rapport de l’Académie de Médecine 2008.


2 Brendy, Moyssch, Humblet, Attfield, Beeheler; Rudel Silent Spring Institute, Newton, Massachussetts Departmentof epidemiology, Roswell Park Cancer Institute, Buffalo, New York 2007.


3 Sofiane Kab,Johan Spinosi,Laura Chaperon, Aline Dugravot, Archana Singh-Manoux, Fre'de'ric Moisan, Alexis Elbaz Agricultural activities and the incidence of Parkinson’s disease in the general French population. Eur J Epidemiol (2017) 32:203–216 DOI 10.1007/s10654-017-0229-z


4 Rapport Organisation mondiale de la Santé 2018


5 OMS, communiqué de presse n°208, 31 mai 2011, le CIRC classe les champs électromagnétiques de radiofréquences comme peut être cancérogène pour l’homme.

6 Rapport du GIEC 2018 : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/quil-faut-retenir-du-rapport-du- giec-sur-rechauffement-climatique.

7 Julia Baudry, PhD; Karen E. Assmann, PhD; Mathilde Touvier, PhD; Benjamin Alles, PhD; Louise Seconda, MSc; Paule Latino-Martel, PhD; Khaled Ezzedine,MD, PhD; Pilar Galan, MD, PhD; Serge Hercberg, MD, PhD; Denis Lairon, PhD; Emmanuelle Kesse-Guyot, PhD. Association of Frequency of Organic Food Consumption With Cancer Risk, Findings From the NutriNet-Sante Prospective Cohort Study. JAMA Intern Med. doi:10.1001/jama intern med.2018.4357 Published online October 22, 2018.


8 https://sante.lefigaro.fr/article/quels-dispositifs-pour-la-sante-des-precaires-/


9 JD Michel, Anthropo-logiques, 2020, https://jdmichel.blog.tdg.ch/

 

 

New mailCopy

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.