Collectif Liberté pour Mimmo Lucano
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 déc. 2021

Mimmo Lucano nommé « citoyen d'honneur » en France

L'équipe municipale de Chazemais, commune de l'Allier, nommera mardi 7 décembre 2021, Mimmo Lucano, maire de Riace en Calabre « citoyen d'honneur » de sa ville. Ce sera une première en France. Notre collectif salue cet acte fort.

Collectif Liberté pour Mimmo Lucano
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Mimmo Lucano, parce que la terre est la maison de tous les êtres humains, vous êtes le bienvenu à CHAZEMAIS . Nous vous y invitons, vous êtes ici chez vous et votre expérience nous y sera précieuse."

C'est dans ces termes que la petite commune de CHAZEMAIS , dans l'Allier, présentera le 7 décembre, la nomination de Domenico Lucano comme CITOYEN D'HONNEUR.

"CHAZEMAIS est une petite commune de 500 habitants, connue pour être l’un des centres géographiques de la France. Cependant ce qui particularise le plus notre commune et ce dont nous sommes le plus fiers,c’est d’avoir à coeur, et ce depuis la nuit des temps, l’humanisme ancré dans nos gênes. Ayant accueilli il y a trois ans, à notre modeste niveau, des familles de réfugiés Maliens chassé par Daech, nous savons ce que signifie la générosité humaine. C’est pourquoi nous sommes réellement affligés par la situation de notre collègue maire Mimmo Lucano."

Mimmo Lucano, maire de Riace petite ville calabraise imagine à partir de 2004 un système d’accueil pour les réfugiés. Les maisons abandonnées depuis des années sont repeuplées. Des centaines d’hommes et de femmes venus d’ailleurs peuvent reconstruire leurs familles et remettre en route l’économie de la cité. Une activité sociale renaît, les activités artisanales, culturelles reprennent, l’école rouvre. Riace revit. Ses actions sont saluées par le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU. EN 2018, Mimmo Lucano est arrêté et placé en résidence surveillée sur ordre du ministre de l’Intérieur d’extrême droite, Matteo Salvini. Il est accusé d’avoir organisé des mariages de convenance pour aider des femmes déboutées du droit d’asile à rester en Italie. La justice reproche également à l’ex-édile de ne pas avoir fait d’appel d’offres pour la gestion des déchets du village et de l’avoir attribuée à des coopératives liées aux migrants. Le 30 septembre 2021, Mimmo Lucano est condamné à 13 ans de prison et à 500 000 euros d’amende pour "escroquerie, abus de biens sociaux, fraude aux dépens de l’État et aide à l’immigration clandestine ".

"Cette condamnation a pour seul objet de dissuader ceux qui mettent en oeuvre la solidarité. Face au climat de montées des haines racistes et xénophobes que connaissent l'Italie, la France et bon nombre de pays européens, il est impérieux que ceux qui, comme cet élu, ont défendu les droits de l’homme les plus élémentaires et transformé un village mourant en lieu de vie, continuent à être salués pour leur action et leur courage plutôt que transformés en délinquants pour satisfaire l’extrême droite. C’est pourquoi, nous nommons Mimmo Lucano, citoyen d’honneur de CHAZEMAIS. C’est une première pour notre petite commune qui n’avait jusqu’à ce jour jamais délibéré en ce sens. C’est pour nous un privilège d’ouvrir notre commune à un tel personnage, que nous plaçons ainsi sous notre protection. Nous demandons aux autorités de la République Française d’intervenir auprès des autorités Italiennes pour que son honneur lui soit rendu au plus vite ." 

(Extrait de la délibération municipale )

Notre collectif mettra tout en oeuvre pour que d'autres villes de France se mobilisent et assurent également à Mimmo Lucano la solidarité qui lui est indispensable dans la défense de son acte d'humanité. 

Il est indispensable que la pétition que nous avons mise en ligne, recueille le maximum de signatures et que d'autres collectifs se créent pour se joindre à notre action. 

Signez et partagez la pétition

Toutes les informations sur notre page Facebook

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social