Collectif L'Intersection
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mars 2019

Sciences Po censure une conférence sur l’apartheid israélien

Le 20 mars 2019 devait se tenir à Sciences Po un événement sur l’apartheid israélien dans le cadre de l’Israeli Apartheid Week. Deux jours avant l'événement, Sciences Po a décidé d'annuler la conférence. Voilà la réponse des organisateurs-rices à cette censure politique. Tou-te-s au 96 boulevard Raspail le 20 mars à 19h, en soutien au peuple palestinien et contre la répression !

Collectif L'Intersection
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour la troisième année consécutive, l'Intersection, collectif antiraciste et anti-impérialiste de Sciences Po, organise un événement dans le cadre de l'Israeli Apartheid Week (IAW), une semaine internationale visant à dénoncer la situation d'apartheid et de colonisation en Israël. Le 20 mars devait se tenir une conférence sur le thème "Cesser d'armer le colonialisme", en présence de Mme Rania Madi, avocate et juriste palestinienne auprès des institutions internationales et membre du Badil (Centre de Ressources pour le droit à la Résidence et le droit des Réfugié-e-s palestinien-ne-s).

Cette conférence s'avère nécessaire et urgente dans le contexte actuel. En effet, la semaine dernière, un rapport du Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU a mis en cause l'armée israélienne pour des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité dans la répression sanglante de la "marche du retour", ayant fait 200 mort-e-s et des milliers de blessé-e-s. L'Etat raciste d'Israël, soutenu par les puissances occidentales au premier rang desquelles les Etats-Unis, a de plus adopté en juillet dernier la loi sur l'Etat-Nation Juif, faisant des Arabes en Israël des sous-citoyen-ne-s et créant de facto un état d'apartheid comparable à celui existant en Afrique du Sud avant 1994.

Après avoir reçu l'aval de Sciences Po pour l'organisation de l'événement, les organisateurs-rices ont reçu lundi un mail de l’administration annonçant l'annulation de l'événement par Sciences Po. Interpellée en Conseil de l'Institut (instance dirigeante) par les représentant-e-s étudiant-e-s, la direction a défendu sa décision. Nous avons été ensuite reçu-e-s par plusieurs membres de la direction, accompagné-e-s de représentant-e-s de l'UNEF et de Solidaires étudiant-e-s. L’administration s’est contredite à de nombreuses reprises, entre les différents responsables, et a maladroitement avancé plusieurs raisons, à savoir une récupération de l'événement par la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), le risque de dérapages antisémites lors de l'événement et l'impossibilité d'en assurer la sécurité.

Le procès en proximité avec le BDS est fallacieux : d'une part, l'Intersection, association membre de Sciences Po, organise elle-même son événement dans le cadre de l'IAW. D'autre part, dans une école qui se réclame du débat de la liberté d'expression, la proximité avec une campagne internationale comme le BDS ne peut justifier une interdiction. L'injonction au débat contradictoire nous paraît aussi bien hypocrite, tant Sciences Po a l'habitude d'accueillir des événements à l'orientation politique claire : qu'il s'agisse d'Alain Finkielkraut, de Florian Philippot ou de membres du gouvernement, on excuse bien des invité-e-s, sans la moindre contradiction. L'école accueille régulièrement une parole réactionnaire, et applique de fait un double-standard pour les organisations antiracistes.

L'instrumentalisation d'un risque de propos antisémites est également problématique. En effet, l'Intersection, association antiraciste, se montre intraitable sur la question de l'antisémitisme, il est grave de la part de l’administration de présumer que notre association et notre invitée laissent place à de tels propos, à l’encontre de notre ligne politique. Lors de l'arrivée du Front National ou de Sens Commun à Sciences Po, cette même direction avait insisté sur l'impossibilité d'annuler a priori un événement alors que ces deux groupes sont connus et ont été condamnés pour des actes et propos racistes, sexistes et homophobes. Double-standard, encore.

Enfin, l'argument sécuritaire, arbitraire s'il en est, nous fait bien sourire, car l'école s'est montrée à de nombreuses reprises capable de mobiliser ses agents de sécurité quand il s'agit de dictateurs étrangers, malgré les menaces. Si des pressions ont été reçues par Sciences Po, le refus de mobiliser les moyens nécessaires à assurer le bon déroulé de l’événement montre un double-standard concernant quel événement doit pouvoir se tenir ou non. En faisant le choix de céder à ces pressions, l'école fait un choix politique, celui de refuser l'expression des voix palestiniennes contre ceux qui veulent les faire taire.

L'annulation d'une conférence dénonçant l’apartheid en Israël envers le peuple palestinien, pourtant organisée en respect des règles de l'école révèle bien la volonté de faire taire celleux qui dénoncent la politique coloniale israélienne. Cette interdiction est un acte de censure idéologique et politique. Prétendant adopter une posture de neutralité, Sciences Po silencie et invisibilise les crimes que cette conférence voulait dénoncer. Sa duplicité s'est d'ailleurs également illustrée par la forte répression subie il y a quelques jours par des étudiants-e-s du campus de Dijon qui s'opposaient à la venue de l'ambassadrice d'Israël dans le cadre d'une conférence (sans débat contradictoire...).

C’est pourquoi nous vous invitons mercredi 20 mars à 19h au 96 Boulevard Raspail, dans les locaux des étudiant-e-s de l'EHESS, puisque Sciences Po refuse d’accepter en ses murs une dénonciation du colonialisme et un appel pour la liberté du peuple palestinien.

L'Intersection

Soutiens : Solidaires étudiant-e-s Sciences Po , UNEF Sciences Po, Liste Syndicale des Doctorant-e-s, Garçes Collectif Féministe.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon