Collectif À pas de loutre
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2021

Des signataires à notre lettre témoignent

Après le commentaire de Hadrien Barathieu maire de Lieurac publié hier, nous vous faisons suivre ceux de : - François Calvet, agriculteur retraité et ancien conseiller régional - Michel Larive député 2ième circonscription Ariège.

Collectif À pas de loutre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« La réalisation du projet d'accueil touristique de luxe COUCOO induira un processus d'artificialisation du lac à niveau constant de Montbel, négligeant les avis scientifiques, et ceux des citoyens. C'est un projet inacceptable, qui ne devrait pas voir le jour. C'est un projet dépassé : l'illusion du développement d'un territoire par un tourisme de luxe et la privatisation de ses espaces naturels. Il ne ferait que participer à la destruction de manière irrémédiable de zones humides et d'espèces protégées. Ce projet est contraire aux objectifs de protection de notre environnement. Face au changement climatique, à l'effondrement de la biodiversité , d'autres choix s'imposent. Je soutiens les associations qui apportent aux populations les informations nécessaires pour construire un vrai débat sur les enjeux et le devenir du lac de Monbel." François Calvet, agriculteur retraité, ancien conseiller régional de Midi Pyrénées»

"D'un point de vue écologique, nous n'avons pas besoin d'une entreprise privée pour sauver la biodiversité du lac à niveau constant. Pour cela il suffit de laisser la nature tranquille." Michel Larive, Député 2 ième circonscription Ariège

Merci à eux d' exprimer leur point de vue.

M. Gaspard de Moustiers, le 28 octobre s'est exprimé dans la Dépêche du Midi sur la lettre de À pas de loutre et sur les personnes ayant répondu à notre appel en signant. « Moi aussi je peux faire signer une pétition à des personnes qui ne connaissent pas le projet », a réagi M.Gaspard de Moustiers, un des deux fondateurs Coucoo, agaçé. « Ces signatures n'ont aucun poids. S'ils sont sérieux, ils lisent notre plan de gestion nous appellent pour débattre et voient le site. Là, ils n'ont jamais mis les pieds à Montbel et ont signé après avoir lu les arguments mensongers. Quelle est la crédibilité? » Irrité par les agissements des opposants au projet Coucoo, « des gens qui ne sont d'accord qu'avec eux-mêmes ». Gaspard de Moustiers a décidé  de « ne plus mâcher ses mots". « Quoiqu'on fasse, ils sont contre » poursuit-il, « ils utilisent l'environnement pour justifier une position purement idéologique, ils n'en n'ont rien à faire, les mensonges ça suffit. » extrait La Dépêche du Midi article du 28 octobre 2021.

Depuis le début, Coucoo clame son écoresponsabilité et son ambition à préserver le lac et ses enjeux environnementaux avec l’aménagement de son complexe hôtelier de luxe: « une écologie positive et active est notre ADN » Emmanuel de la Bedoyère, La Dépêche du Midi 28 septembre 2021. « Nos projets sont vertueux sur le plan environnemental »Touléco, 11 mai 2020. C’est nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Les risques et dommages inévitables du projet Coucoo sur la faune, la flore et les milieux naturels sont argumentés sérieusement depuis près d'un an par les opposants. Nous contestons la conclusion du bureau d’étude affirmant que le projet aura un impact négligeable.

Non, les personnes qui ont signé ainsi que les opposants (collectif, associations environnementales et nombreux locaux) ne sont pas "d'accord qu'avec eux-mêmes". Ils ne font que se positionner contre un projet qui va profondément modifier l’environnement et la biodiversité du lac à niveau constant de Montbel.

Non, nous ne sommes pas des contre-tout, nous sommes pour la préservation de cet espace et pour la tranquillité actuelle qui contribue à maintenir ses subtils réseaux de fonctionnement écologique. Nous sommes pour le maintien et le développement des habitats et des espèces qui y vivent et pas pour une carte postale où le paysage serait vidé de sa substance.

Non, nous n'utilisons pas l'environnement pour justifier une position purement idéologique. Ce genre de rhétorique ne discréditera pas notre démarche : Nous accordons une importance majeure à l'environnement, à l'humain et pensons que le développement économique devrait se baser plus sur la réalité locale, sur l’implication des habitants et prendre en compte leur quotidien. Penser le développement touristique comme panacée du développement économique a ses limites, précisément avec le projet Coucoo. Coucoo serait une belle vitrine pour le département mais derrière cette vitrine qu'en est t-il?

Non, nous ne colportons pas des mensonges mais des faits, des données vérifiables, des informations, des éclairages sur ce dossier autres que ceux qu'ont bien voulu nous donner la communauté des communes, la société Coucoo et l’AAA (Agence Ariège Attractivité).

Et oui, ces signatures ont du poids.

De nombreuses personnes ayant signé la lettre connaissent parfaitement le lac à niveau constant de Montbel, parmi eux figurent des naturalistes locaux bénévoles des associations environnementales. Ces associations et naturalistes possèdent une connaissance bien plus importante des enjeux et de la richesse écologique du site que Mrs. de Moustiers et de la Bedoyère qui n’avaient jamais entendu parler de Montbel avant 2018. Il n’y a qu’à comparer leur étude environnementale avec l’Atlas de la Biodiversité Communale ou l’étude de Nature en Occitanie sur le projet pour s’en rendre compte.

Les signataires ont tous reçu de nombreux documents afin d'avoir assez d'éléments pour faire leur choix. Ces éléments sont loin d’être mensongers puisqu’ils proviennent en partie du dossier qui nous a été présenté pendant la révision du PLU de Montbel fin 2020. Ainsi, même si certains ne connaissent pas le site, ils ont pour la plupart suffisamment de compétences en écologie pour juger eux même de l'incohérence du projet. Nombreux sont les universitaires, naturalistes à avoir signé.

Beaucoup ont une vision sociale, et voient au delà des aspects économiques qui peuvent nuire à l'environnement et finalement à l'humain.

De nombreuses personnes ayant signé s'appuient sur ce qui est clamé de plus en plus fort au niveau national, européen, mondial pour la préservation des espaces naturels où les enjeux environnementaux sont trop nombreux pour penser à les urbaniser. Aujourd'hui, l'environnement doit passer avant un développement économique qui se fait au détriment de la nature.

Les personnes, associations en signant, en s'exprimant,  pensent aux équilibres écologiques et à nous tous, humains d’aujourd’hui et des générations futures pour qui les équilibres sociétaux, écologiques sont compromis un peu plus chaque jour.

C’ est aujourd’hui qu’il faut agir !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Aujourd'hui les enfants handicapés, et qui demain ?
Comment résister au dégoût qu'inspire la dernière sortie en date de Zemmour concernant les enfants handicapés ? Réaliser exactement où nous en sommes d'un point de basculement collectif.
par Loïc Céry
Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss
Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire