Collectif À pas de loutre
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 nov. 2021

Projet des cabanes au lac de Montbel : parlons argent !

Au-delà de l’impact environnemental désormais bien identifié, jetons un oeil à un autre aspect du projet de Coucoo: son volet économique.

Collectif À pas de loutre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au-delà de l’impact environnemental désormais bien identifié, jetons un oeil à un autre aspect du projet de Coucoo: son volet économique.

"Dans son rapport de l’enquête publique (révision allégée du PLU de Montbel) le commissaire-enquêteur livre quelques éléments :

« La société COUCOO apporte un financement sur fonds propres de 0,6 M d’euros et bénéficie d’un prêt participatif de 1 M d’euros attribué au titre du fonds tourisme de la région Occitanie (dont l’objet est de financer les projets touristiques innovants). Le vice-président de l’association des maires de France en charge de la région Occitanie a tenu à rédiger une contribution favorable au projet. La société a également obtenu l’attribution de deux prêts pour un montant total de 1,5M€ (Crédit Agricole Midi Méditerranée et Crédit Agricole Bourgogne Franche Comté). A cela s'ajoutent l'intervention de la BPI avec un prêt de 400K€, ainsi qu'une avance remboursable de la Région Occitanie pour un montant de 500K€. »

A quoi il convient de rajouter, pour l’ instant, un investissement partagé de 230K€ entre la commune de Montbel (100 habitants) et les syndicats départementaux d’ eau et d’ électricité, au titre du financement des réseaux. (1)

Les largesses des collectivités (je ne parle pas des banques qui font ce que font les banques : des prêts rentables) sont justifiées par des créations d’emplois.

Là encore regardons de plus près : 4 emplois permanents, et un nombre élastique de CDD allant de 10 à 15.

Donc les collectivités mettent sur la table 2,150 M€ pour 4 emplois permanents, au détriment d’un site exceptionnel du point de vue environnemental, que la nature a mis 35 ans à reconquérir.

Et cela alors même que dans son manifeste le Congrès Mondial de la Nature (qui s’est tenu à Marseille en septembre 2021), appelle à « l’arrêt des investissements nocifs pour la nature, et leur réorientation vers des projets qui au contraire, contribuent à la Nature ». 

Nous voilà, une fois encore, face aux contradictions des élus : de fortes déclarations, de nobles engagements mais une politique court-termiste et suicidaire alors que l’on sait, sans contestation possible, que nous allons très vite vers une tragédie climatique et environnementale.

Plutôt qu’orienter les fonds publics vers une vraie protection de la nature, vers une activité touristique « intelligente » permettant d’acquérir ou d’améliorer les connaissances en matières de patrimoine et d’environnement, les élus foncent tête baissée dans le panneau de « l’hébergement insolite » habillé de vert. Que retiendront les clients de Coocou de leur « nuit insolite » ? Certainement pas une sensibilisation à la crise climatique et environnementale !

C’est aujourd’hui et partout qu’il faut agir. C’est à ce titre que le combat contre le projet de Montbel est exemplaire." Hervé Macé  Ancien adjoint de Montbel

1/ Financement estimatif de la commune et du Syndicat Départemental d’ Énergie 09 (SDE09) :

-Rive Nord (secteur Lugas)  extension du résaux électrique

    Coût total extension Basse Tension 13500euros (HT)
    Part de la commune de Montbel 8100 Euros(HT)

-Rives Sud ( Bois de La Fajane)  Poste à créer afin de desservir environs 9 cabanes dans une zone naturelle protégée :

    Prévisionnel 146 900 Euros (HT)
    Part de la commune 88 150 Euros (HT)

Financement estimatif de la commune et du Syndicat Mixte Départemental de l’ Eau et de l’ Assainissement  (SMDEA09) :

-Rive nord (secteur Lugas) : adduction d’ eau potable 68 336,65 Euros (HT).

-La rive sud n’ est pas mentionnée. Comme pour l’ électricité tout est à créer en pleine forêt.

Coût total provisoire pour la commune de Montbel : 96250 Euros pour 100 habitants et 14 emplois dont 10 saisonniers

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose