Collectif Plus jamais ça
Collectif Plus jamais ça (Amis de la Terre, Attac France, CGT, Confédération paysanne, FSU, Greenpeace France, Union syndicale Solidaires, Oxfam France)
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 avr. 2022

Ne laissons pas l’extrême droite arriver au pouvoir

Responsables d’organisations regroupées dans le collectif Plus jamais ça, alliance pour une rupture écologique et sociale, nous ne nous résignons pas à voir arriver au pouvoir une représentante de l’extrême droite.

Collectif Plus jamais ça
Collectif Plus jamais ça (Amis de la Terre, Attac France, CGT, Confédération paysanne, FSU, Greenpeace France, Union syndicale Solidaires, Oxfam France)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La présence au second tour de l’élection présidentielle de Marine Le Pen, pour la seconde fois, n’est pas un accident. Les gouvernements successifs portent une responsabilité immense de cette situation.

Ces politiques ont tourné le dos aux urgences sociales et écologiques, détricoté le droit du travail, et favorisé les plus riches et les multinationales. Elles ont été incapables de répondre à l'urgence climatique, alimentaire et de transition agro-écologique, la satisfaction des profits primant sur la rupture écologique et sociale nécessaire.

A cela s’ajoutent des atteintes répétées aux libertés, la répression des mouvements sociaux et des mesures de stigmatisation, notamment des musulman·es, qui enferment depuis 20 ans notre société dans une spirale sécuritaire et de panique identitaire. Tout cela a constitué un tremplin pour l’extrême droite.

Mais, un gouvernement macroniste, même sur la pente autoritaire, n’est pas de même nature que l’extrême droite. Le Rassemblement National (RN), qui fait de la préférence nationale la colonne vertébrale de ses politiques n’est pas un parti comme les autres. Empreint d’une idéologie nationaliste, sexiste, raciste, lgbtq-phobe, ce parti ne fera que générer et attiser la haine, le racisme et la violence au détriment de toute la société et désigner les étranger·es et les immigré·es comme boucs émissaires. Marine Le Pen n’est pas une alternative aux politiques économiques inégalitaires : son programme est lui aussi au service des plus riches. Elle n’apportera pas davantage de réponses à la crise climatique, son programme conduisant au contraire à renforcer notre dépendance aux énergies fossiles.

Certain·es disent « il faut essayer ». Mais on ne joue pas avec l’extrême droite, au risque de la voir modifier les lois pour pouvoir s’installer très longtemps, comme on a pu l’observer dans le passé et comme l’actualité le démontre en Hongrie, en Pologne... D’autant que les lois en place et les modifications constitutionnelles permettraient à Marine Le Pen d’agir de façon foudroyante et avec les coudées franches.

A ceux qui pensent que Marine Le Pen n’aurait « pas de majorité aux législatives » il faut rappeler ceci : à compter du 4 mai, et le 14 au plus tard, elle sera présidente de la République en titre. Après avoir signé le procès-verbal qui acte son investiture, les honneurs militaires lui seront rendus par tous les corps d’armée. Elle remontera les Champs-Elysées et ensuite tout ira très vite. Elle pourra immédiatement nommer son gouvernement. Peu importe le Parlement existant qui ne sera même pas en mesure de se réunir de façon exceptionnelle sans accord de la présidente. Ce gouvernement pourra agir sans attendre les législatives : nominations diverses, dont celles des préfets, décisions règlementaires variées. Le ministre de l’Intérieur aurait ainsi de larges pouvoirs de police qui pourraient bloquer toute mobilisation populaire : interdisant les manifestations, usant de l’assignation à résidence « préventive » contre d’éventuels « leaders », la palette des outils à disposition pendant les semaines qui précéderont les législatives sera très nombreuse.

Face à ce danger pour notre démocratie, nous le disons clairement : pas une voix des citoyennes et des citoyens, des travailleuses et des travailleurs ne doit se reporter sur Marine Le Pen.

Nous ne devons pas laisser l’extrême droite arriver au pouvoir.

Et dès le lendemain de l’élection, nous lutterons avec l’ensemble de nos organisations pour obtenir le profond changement de cap sur les politiques écologiques et sociales que nous savons absolument nécessaires.


  • Khaled Gaiji (président des Amis de la Terre France)
  • Annick Coupé et Julien Rivoire (co-porte-paroles d’Attac France)
  • Philippe Martinez (secrétaire général de la CGT)
  • Nicolas Girod (porte-parole de la Confédération paysanne)
  • Benoit Teste (secrétaire général de la FSU)
  • Jean-François Julliard (directeur général de Greenpeace France)
  • Murielle Guilbert et Simon Duteil (co-délégué·es généraux de l’Union syndicale Solidaires)
  • Cécile Duflot (directrice générale d’Oxfam France)

Ne manquez pas les prochaines actualités de Plus jamais ça sur le site du collectif.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra