Pourquoi s’opposer au aux traités de libre-échange, les CETA, TAFTA, TISA ?

« Commerce investissements profits avant tout…… Les êtres humains, la planète après coup !» Telle semble bien être la devise de ceux qui sont chargés de négocier les traités de libre-échange, les traités : TAFTA/TTIP entre l’Union Européenne et les USA, CETA avec le Canada et TISA, que négocient une cinquantaine de Pays, à Genève, sur les Services Publics.

On peut en effet se demander pourquoi, des 2 côtés de l’Atlantique on est si actif, si pressé sur le plan de la libéralisation du commerce planétaire et pourquoi on n’apporte  pas le même zèle et la même urgence à la lutte contre le réchauffement de la planète, contre le chômage de masse ou la pauvreté. Si on a, pour ces traités, eu soin de chercher des instruments juridiques nouveaux : « coopération réglementaire » et « tribunal d’arbitrage privé » (voir explication de ces outils dans  le texte  du parlement UE : raison 2),  on n’a pas eu cette prévoyance lorsqu’il s’est agi de préoccupations environnementales et climatiques : aucun instrument juridique efficient n’a  en effet été prévu ! 

logo-11-oct-fr1-e1461597672667

Aujourd’hui nous sommes devant l’urgence avec le traité CETA, beaucoup moins médiatisé que son cadet, le TAFTA en cours de négociation. CETA a en effet déjà été signé par le Canada et la commission UE et va être soumis au Conseil (chefs des états européens) en juin pour ratification à l’automne. Le Gouvernement Français émet de sérieuses réserves sur le bien- fondé du TAFTA et curieusement un avis positif sur le CETA ! Or les mêmes dispositions se retrouvent dans les 2 traités. De plus la forte interconnexion des économies canadienne et étatsunienne (par le jeu de leurs filiales) peut laisser craindre que CETA  ne soit une sorte de Cheval de Troie introduit dans la place. A cela s’ajoute un nouvel avatar ‘’non démocratique’’ de la part de la Commission Européenne, qui voudrait passer en force en excluant de la ratification les parlements nationaux !

Ces traités sont dénoncés par bon nombre d’associations, dont la FONDATION NICOLAS HULOT et toutes celles qui se sont regroupées dans le COLLECTIF STOP TAFTA, dont le collectif Roosevelt.

Pour comprendre les enjeux, nous vous proposons ici:

Les dernières Infos     :

1°)  Les députés Luxembourgeois viennent de voter un texte contre le CETA !    

Ce n’est pas un NON, mais ça va compliquer la vie de la Commission et du Conseil!

 2°) mais la commission Européenne essaie d’exclure les Parlements nationaux de la ratification, en considérant que l’accord n’est plus un accord mixte, alors qu’il était ainsi considéré au départ. Elle tente un passage en force pour accélérer le processus, et se permet une nouvelle fois de ‘’bafouer’’ la démocratie

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.