Roosevelt et les 1.300 jeûneurs

A quelques jours de la Conférence sociale, quelques militants du collectif Roosevelt 2012 ont entamé dimanche une grève de la faim. Ce mardi, ils sont plus de 1.300 à jeûner à travers le pays. Leur objectif est double : alerter et rassembler.

A quelques jours de la Conférence sociale, quelques militants du collectif Roosevelt 2012 ont entamé dimanche une grève de la faim. Ce mardi, ils sont plus de 1.300 à jeûner à travers le pays. Leur objectif est double : alerter et rassembler.

Alerter sur la gravité de la crise : nous n’acceptons pas de voir tous les mois 30.000 chômeurs supplémentaires et 80.000 hommes et femmes qui tombent en fin de droit. La France va bientôt passer le cap des 10 millions de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté. Qui peut s’y résigner ?

Pour lutter contre le chômage et la pauvreté, miser sur le retour de la croissance est une erreur dramatique. Quand on voit l’évolution de la croissance en France depuis 50 ans, quand on voit les nuages s’accumuler sur l’économie mondiale (en Chine, la dette privée a augmenté de 30 % PIB en un an et, malgré cela, la croissance ralentit fortement), qui peut croire que la croissance va revenir et sera assez forte pour sortir du chômage de masse ?

La croissance en France depuis 1960 © Collectif Roosevelt La croissance en France depuis 1960 © Collectif Roosevelt

En 1983, Pierre Mauroy et François Mitterrand ont eu le courage de changer de politique pour tenir compte de la réalité. Trente ans plus tard, le monde a bien changé (la part des salaires était à un plus haut historique en 1983; en 2013, au contraire, elle est à un plus bas historique dans tous les pays du monde) mais il faut à la gauche le même courage pour changer de politique et une bonne dose de créativité pour reconstruire la justice sociale dans un contexte de croissance zéro.

Si nous ne sommes pas capables de ce sursaut, le résultat des dernières législatives partielles montre que nous allons vers une crise sociale et politique gravissime.

Nous sommes 1.300 à jeûner aujourd’hui. Très solennellement, très fermement, nous voulons dire aux élus de la Nation et aux partenaires sociaux que, non seulement la croissance ne reviendra pas, mais que le plus probable est qu’une nouvelle crise se prépare (cf. Rocard et Larrouturou "Gare au prochain tsunami financier" Le Monde du 14 juin) : « La prochaine crise risque d’être plus grave que celle de 1930 » affirme le Gouverneur de la Banque d’Angleterre.

Pour renforcer la cohésion et la résilience de notre société avant qu’éclate cette crise, le collectif Roosevelt apporte 15 solutions concrètes. Il demande instamment aux partenaires sociaux et aux parlementaires de regarder la vérité en face et d’avoir le courage de débattre très vite de ces solutions.

Rassembler : dans un pays de plus en plus morcelé et tenté par le chacun-pour-soi, Roosevelt 2012 prouve qu’il est possible de rassembler très largement. Notre "Plan B" est déjà soutenu par plus de 100.000 citoyens : aussi bien Philippe Maystadt, ancien Président de la Banque Européenne d’Investissement, Michel Rocard ou Edgar Morin, que des syndicalistes, des chefs d’entreprise et le Mouvement National des Chômeurs et Précaires.

Depuis un an, nous avons multiplié les rencontres à Matignon et à l’Elysée sans que quiconque critique nos propositions. Certaines peuvent être mises en œuvre en quelques semaines ou quelques mois. Alors qu’attendons-nous pour agir ?
 
Christiane Hessel, la femme de Stéphane Hessel qui fut l’un des fondateurs du collectif, est venue soutenir les jeûneurs lundi et reviendra mercredi 19 juin à 14 heures 30.

les jeûneurs © Collectif Roosevelt les jeûneurs © Collectif Roosevelt


Ne laissons pas notre société s’enfoncer dans la crise. Être citoyens, ce n’est pas seulement voter une fois tous les 5 ans. Nous avons le droit de peser sur les politiques mises en place. Vous aussi, venez débattre avec nous, derrière l’Assemblée nationale, place Edouard Herriot ou rejoignez-nous sur www.Roosevelt2012.fr

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.