collectif Veterinaires pour la Faune Sauvage
veterinairefaunesauvage.wordpress.com
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juin 2020

Le Rewilding (retour à la nature): séduisant mais pas si simple

Des projets médiatisés de réintroductions de quelques individus isolés sont peu pertinents dans un contexte de ressources financières allouées à la conservation de la biodiversité très insuffisantes pour endiguer la crise actuelle. Il existe d’autres outils de conservation plus efficaces comme des approches globales de protection des écosystèmes.

collectif Veterinaires pour la Faune Sauvage
veterinairefaunesauvage.wordpress.com
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’humanité surexploite massivement l’environnement, menaçant la biodiversité et la survie de nos sociétés. Plusieurs organisations internationales comme l’IPBES (Plateforme Intergouvernementale scientifique et politique sur la Biodiversité et les Services Ecosystémiques) rappellent la nécessité d’agir urgemment. Face à cette crise, les initiatives pour la conservation de cette biodiversité menées par des gouvernements, des entreprises et des associations citoyennes sont les bienvenues.
Parmi elles se trouvent des programmes visant à réintroduire dans le milieu naturel des animaux sauvages issus de captivité ou rescapés d’un trafic illégal. Bien que louables et destinés à améliorer le bien-être des animaux concernés, mener à bien ces projets est complexe. Les écosystèmes sont des ensembles d’êtres vivants interdépendants et en interrelation avec leur environnement : toute modification de leur composition peut avoir des répercussions sur leur équilibre et leur survie. Avant de se lancer dans une réintroduction et de prendre un tel risque, il faut au préalable s’assurer de l’utilité d’un tel projet, et le cas échéant de ses chances de succès en répondant au minimum aux six questions présentées ici.

1- Les individus relâchés sont-ils aptes à la vie sauvage ? Ils doivent apprendre ou réapprendre à subsister en autonomie pour se nourrir, se protéger des prédateurs et des aléas naturels. Ce processus peut être long et infructueux, surtout pour des animaux nés en captivité et ayant eu peu d’expériences pendant leur développement. La rupture brutale de ce lien sécurisant peut hélas leur être très anxiogène voire fatale. D’autre part un animal trop familier avec l’humain peut s’avérer dangereux, notamment car il n'en a pas la crainte.

2- D’un point de vue génétique, ce « réensauvagement » est-il pertinent ? La finalité des relâchers est que les animaux réintroduits puissent participer à la perpétuation de leur espèce. Or des risques de pollution génétique existent. Des populations différentes peuvent être éloignées génétiquement du fait de barrières géographiques. Aussi, des individus élevés en captivité depuis des générations peuvent être consanguins. Un relâcher inopiné d’individus dans une nouvelle population perturbe les phénomènes naturels d’évolution.

3- L’écosystème de destination retenu est-il -encore- capable d’accueillir les individus relâchés ? La destruction des habitats et l’introduction d’espèces envahissantes sont les premières causes de déclin de la biodiversité. Le milieu d’accueil doit être capable de couvrir les besoins des individus relâchés, qui ne doivent en retour pas avoir d’impact négatif sur lui. Une évaluation minutieuse de l’écosystème d’accueil ainsi qu’une évaluation d’impact du relâcher doivent être réalisées avant toute réintroduction.
4- les populations locales approuvent-elles la démarche ? Un projet de réintroduction doit s’inscrire dans une volonté locale et se faire en collaboration avec l’ensemble des populations concernées, sous peine d’aboutir à un échec (par ex. risque de braconnage).
5- l'individu à relâcher est-il porteur de virus, de bactéries et/ou de parasites pathogènes dangereux pour sa santé ou celle des autres êtres vivants ? Lors de sa réintroduction, un animal véhicule des microorganismes acquis tout au long de sa vie au contact des humains, des animaux domestiques ou d’autres espèces sauvages captives. Ils peuvent causer de nouvelles maladies dans l’écosystème d’accueil qui peuvent gravement nuire à sa santé, et ce durablement voire irrémédiablement. Des analyses de risque d’introduction d’agents pathogènes doivent donc être conduites en amont de toute initiative de réintroduction. L’animal réintroduit sera à son tour exposé à de nouveaux microorganismes propres à son nouveau milieu qui peuvent chez lui aussi être à l’origine de maladies.

6- Quel coût pour ces projets ? Les programmes de réintroduction coûtent cher, que ce soit à cause des diverses analyses de risques, des phases de réhabilitation et de transport des animaux, de préparation des sites d’accueil et du suivi post-relâcher.
En tant que professionnels rassemblés par la volonté de préserver une faune sauvage libre en bonne santé dans ses habitats naturels, nous souhaitons avertir de la complexité des réintroductions d’animaux sauvages. Alors qu’il est malheureusement aisé de les extraire de leur milieu naturel, leur réintégration n’est possible que lorsque les animaux et l’environnement s’y prêtent, et à la condition d’une collaboration entre des acteurs scientifiques multiples (vétérinaires, écologues, éthologues…) et les populations locales. Les réintroductions réussies nécessitent des compétences scientifiques et des ressources considérables. Faute de données suffisantes, d’analyse de risque correctement réalisée ou de moyens adéquats, nombre de réintroductions avortent, pire se soldent par un échec ou sont contre-productives lorsqu’elles sont maintenues. L’objectif d’amélioration du bien-être animal est alors loin d’être garanti.
Des projets très médiatisés de réintroductions de quelques individus isolés, rassemblant les dons généreux d’un public mal informé, sont en réalité peu pertinents dans un contexte de ressources financières allouées à la conservation de la biodiversité largement insuffisantes pour endiguer la crise actuelle. Il existe d’autres outils de conservation aujourd’hui unanimement reconnus plus efficaces comme des approches globales de protection des écosystèmes. Nous apportons ici des éléments au lecteur qui voudra soutenir des projets sur des fondements émotionnels mais aussi rationnels. Nous travaillons et veillons au bien-être des animaux captifs et sauvages et au maintien de leurs écosystèmes dans un souci de préservation globale de leur santé et de l’équilibre des milieux. Nous formulons le vœu humble, pour la santé des animaux et des milieux, que ce soient la science et la conscience qui dictent nos choix.

© Marc Ancrenaz


À propos :

Nous sommes un ensemble de professionnels francophones (vétérinaires cliniciens, écologues des populations et/ou de la santé, éthologues, épidémiologistes, microbiologistes, responsables de programme de conservation in situ…) œuvrant pour la santé et le bien-être animal et unis par la volonté de conserver la faune sauvage et les écosystèmes qu’elle habite.
Notre réaction fait suite au rachat du zoo de Pont-Scorff par le collectif Rewild  en décembre 2019, à sa campagne de financement participatif fulgurante qui avait permis de lever très rapidement plus de 700.000 euros aidés par quelques figures médiatiques, et aux controverses qui ont suivi. Le collectif Rewild affiche en ligne des objectifs très surprenants, au travers d'un traitement de l'information qui pourrait apparaître polémique,agressif et à charge contre les parcs zoologiques et invisibilisant vis à vis des acteurs de terrain qui font la conservation et entraînant leur réaction comme celle relayée par l’Ordre Vétérinaire. Ces polémiques entraînaient le retrait d'un de leurs partenaires fondateurs (post sur la page Facebook de Wildlife Angels du 27 janvier 2020). Le collectif Rewild s’était dans le même temps illustré par des premières actions critiquables d’un point de vue vétérinaire, scientifique et réglementaire.
En ces temps de crise sanitaire, nous avons plus que jamais besoin de faire les bons choix, pour garantir la santé globale -celle des humains, des animaux et des écosystèmes- et un futur aux prochaines générations. C’est pourquoi, par le présent manuscrit, nous souhaitons permettre au public d’effectuer des donations en connaissance de cause.

Nous invitons le lecteur à trouver plus d’informations sur https://wp.me/p4j0h6-a8

Orang-outan dans le Sabah, Bornéo. © Marc Ancrenaz


Coordinateurs :
Hugo Sentenac & Vincent Girardot
Responsables de la diffusion web / presse :
- Marc Artois
- Dominique Autier-Dérian
- Régis Cavignaux
- Vincent Dedet
- Vincent Girardot
- Julien Portier
- Marc Ancrenaz
- Marie Moinet
- François Moutou
- Marguerite Netchaïeff
- Hugo Sentenac

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique