collectifief.hdf
Collectif des Hauts-de-France pour la défense de la liberté d'instruction
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 sept. 2022

collectifief.hdf
Collectif des Hauts-de-France pour la défense de la liberté d'instruction
Abonné·e de Mediapart

Mmes et MM. les Députés, vous avez été trompés !

Mesdames et Messieurs les Députés, Mesdames et Messieurs les Sénateurs qui aviez demandé des garanties pour préserver la liberté d'instruction, vous avez été trompés ! Et à travers vous, les familles - toutes les familles et les enfants de France - sont les victimes d'un caprice présidentiel.

collectifief.hdf
Collectif des Hauts-de-France pour la défense de la liberté d'instruction
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Président MACRON avait prévenu : « Dès la rentrée 2021, l’instruction à l’école sera rendue obligatoire pour tous dès 3 ans. L’instruction à domicile sera strictement limitée (…) ».

Choquées par la violence d’une propagande gouvernementale outrageuse et mensongère, les familles se sont mobilisées pour faire connaître le vrai visage de l’Instruction En Famille.

Malgré un combat acharné et des soutiens précieux, l’article 49 de la loi dite « séparatisme » est passé en force et soumet l’Instruction en Famille, pour cette rentrée 2022, à une demande d’autorisation. Jusqu’alors, une déclaration assortie de contrôles annuels suffisait.

Désormais, quatre motifs peuvent être invoqués : en résumé :

  • l’état de santé de l’enfant
  • la pratique d’activités sportives ou artistiques intensives
  • l’itinérance professionnelle
  • et enfin, une situation propre à l’enfant motivant le projet pédagogique.

Ce 4e motif, introduit après saisine du Conseil Constitutionnel et du Conseil d’Etat, devait permettre aux familles « qui n’ont rien à se reprocher » de recourir à l’instruction en famille

Les familles et les associations avaient dénoncé un motif 4 flou, source prévisible d’arbitraire.

La mise en œuvre de la loi nous donne raison ! Derrière le régime d’autorisation, c’est bien une interdiction déguisée que semble viser le gouvernement.

Partout en France sont enregistrés des taux de refus impressionnants (certaines académies atteignant 100% de refus).

Sur l’académie de Lille, le rectorat a admis que ne sachant pas comment appréhender la « situation propre à l’enfant », l’ensemble des demandes pour motif 4 (choix des parents donc) ont été refusées. Les dossiers qui ont fait l’objet d’un Recours par les familles ont été réétudiés en commission et la plupart validés. Restent néanmoins 2/3 des refus qui n’ont pas fait l’objet d’une révision, faute pour les familles d’avoir initié un recours qui nécessitait un nouveau travail rédactionnel sous 15 jours.

Les disparités d’interprétations entre académies créent en outre une discrimination inacceptable entre les familles et donnent lieu à une grande cacophonie.

Cette discrimination sépare également les fratries. Des familles qui bénéficiaient de contrôles favorables pour leurs aînés se voient refuser le droit d’instruire des cadets. Que dire à un enfant qu’on lève le matin pour partir à l’école alors que ses frères et sœurs, eux, peuvent continuer à être instruits en famille et pas lui ? comment justifier qu’une famille soit en capacité d’instruire certains de ses enfants et pas les autres ? sont-ils tous égaux ??

Un grand nombre de parents concernés par les refus sont d’ailleurs enseignants de profession. Habilités à instruire les enfants de la République, ils sont jugés inaptes à instruire leurs propres enfants …

Les 3 premiers motifs ne sont pas épargnés et des parents se retrouvent dans la situation de devoir expliquer à un enfant en grande détresse émotionnelle suite à un harcèlement qu’il devra reprendre le chemin de l’école à la rentrée.

Ajoutons à cela des justifications de refus extrêmement sommaires et donc l’amer sentiment que les dossiers constitués avec soin par les familles n’ont pas été lus.

Enfin, que dire, de la mesure transitoire ajoutée par le Gouvernement en cours de séance législative, accordant aux enfants qui étaient déjà en instruction en famille, une « autorisation de plein droit » pour deux ans ? Ne nous leurrons pas ! Il s’agit là d’un « sursis », destiné à endormir les familles et à tuer l’instruction en famille à petit feu…

C’est un été « noir » qu’ont subi les familles concernées. Les demandes d’autorisations devant être envoyés entre le 1er mars et le 31 mai, les refus sont parvenus aux familles jusque fin juillet. En pleine période estivale, les familles ont eu 15 jours pour former un Recours Administratif et parfois saisir le Tribunal Administratif dans l’espoir d’obtenir une suspension de la décision.

Le jour de la rentrée, certaines familles ne savaient pas encore quel sort final était réservé à leur demande. Comment peut-on prôner l’intérêt supérieur de l’enfant et laisser ce même enfant dans l’angoisse de ce que sera son année ? Quel respect pour les familles quand on sait que l’instruction de ses enfants ne s’improvise pas et requiert toute une organisation professionnelle et familiale ? Quel sens ces refus ont-ils quand les observateurs ne cessent de pointer l’état de délabrement du système éducatif français, que l’Etat peine à recruter suffisamment d’enseignants et que le Président de la République lui-même admet que « l’école de la République n’est pas à la hauteur » ? Quel sens cette scolarisation forcée fait-elle pour les enfants dont la scolarisation est au contraire refusée ? (je pense aux enfants dont le handicap n’est pas pris en charge par l’Education Nationale ; aux enfants vivant en grande précarité, squats, bidonvilles : ainsi 39 enfants de Seine-Saint-Denis se sont vus refuser l’école officiellement. Ils seraient plus d’une centaine à être livrés à eux-mêmes). Pourquoi un tel acharnement sur des familles qui assument en conscience l’éducation de leur enfant quand l’Etat ne sait pas gérer l’instruction de ces enfants en situation précaire ? Les familles ne veulent plus subir un tel stress et une telle violence institutionnelle.

Des personnels de plusieurs services académiques reconnaissent même des consignes nationales de refus systématiques :

Mesdames et Messieurs les Députés ; Mesdames et Messieurs les Sénateurs qui aviez demandé des garanties pour préserver la liberté d’instruction, vous avez été trompés !  Et à travers vous, les familles – toutes les familles et les enfants de France – sont les victimes d’un caprice présidentiel.

L’instruction en famille est le poumon de l’Education Nationale – chacun peut avoir besoin d’y recourir un jour, même pour une courte période.

Nous réclamons aujourd’hui l’abrogation de la loi et le retour au système déclaratif, qui a fait ses preuves. Ce régime déclaratif permet une identification des enfants concernés et un contrôle suffisant de l’instruction donnée.

Chaque année les services de l’Education Nationale entrent dans le foyer des familles instructrices. Un enfant scolarisé ne bénéficie pas de la même attention.

Que faut-il de plus pour détecter des cas de dérives ? Pensez-vous, M. le Président, que les familles animées de velléités séparatistes auront sollicité une autorisation de l’Etat ? Comme avant, ces cas resteront hors radar. Cette loi ne règle absolument rien. Pire, elle est nocive, chronophage et dispendieuse.

L’Etat a les moyens de retrouver ces « fantômes ». M. DARMANIN lui-même clamait avec fierté avoir ramené dans le giron de l’école des dizaines d’enfants grâce aux cellules d’évitement scolaire, et cela avant même le vote de la loi séparatisme.

Selon l’aveu même des services académiques de Lille, le régime d’autorisation n’aurait pas permis de détecter de cas de radicalisation.

Surtout, comment concilier une scolarisation forcée et l’intérêt supérieur de l’enfant quand un enfant s’épanouit en dehors de l’école, a une vie sociale riche, grandit en joie, en compétences et en talents ?

Autour de nous, des enfants ayant été soustraits de l’école pour phobie scolaire, pour harcèlement ou mal-être à l’école connaissent en instruction en famille un climat d’apprentissage apaisé faisant ses preuves. Ils se retrouvent désormais confrontés avec angoisse à la perspective d’une scolarisation forcée. Comment peut-on alors parler de « droit à l’instruction » pour ces enfants sans alternative à leur souffrance ?

Un adulte en souffrance dans son travail peut envisager et faire le choix d’en changer. Un enfant n’aurait désormais plus de « porte de sortie » effective et rapide selon la législation actuelle et l’application abusive qu’en font certaines académies.

Mesdames et Messieurs les Députés, comme toutes les familles de France vous avez été trompés. Nous vous demandons solennellement de faire le nécessaire dès maintenant pour abroger l’article 49 et rétablir le régime déclaratif.

Au pays des Lumières, l’école doit être un droit, un choix, et non une privation de liberté.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi