Colloque Henri Guillemin
histoire politique
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 nov. 2016

A l'approche du colloque Guillemin et la Commune, petite bibiographie non exhaustive

Il va de soi que la lecture des bouquins d'Henri Guillemin, sa trilogie sur les Origines de la Commune, son livre sur Jules Vallès, et le visionnage des conférences vidéo qu'il a données sur ce sujet à la télévision suisse-romande, sont recommandés pour tirer parti du colloque organisé par l'Association Les ami(e)s d'Henri Guillemin, le 19 novembre prochain - c'est maintenant très proche !

Colloque Henri Guillemin
histoire politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et on en parle depuis longtemps.

Mais la Commune a fait l'objet de très nombreuses études et j'en ai choisi quelques unes parmi les plus significatives.

La première est celle de Prosper-Olivier Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871, (éd. Maspéro) ; c'est l'oeuvre d'un communard, à la fois témoin et historien des faits qu'il a vécus. "L'Histoire de la Commune a été escamotée, dit Michelet pour la Révolution Française. L'histoire de Commune de 1871 a été fabriquée par les escamoteurs. Méconnaître ou haïr la classe qui produit tout est la caractéristique actuelle d'une bourgeoisie jadis grande, qu'affolent aujourd'hui les révolutions d'en-bas." (Préface de la deuxième édition, 1896, Pour qu'on sache.)

Paris insurgé, la Commune de 1871, de Jacques Rougerie (Découvertes Gallimard, 1996), une introduction (un siècle à peu après Lissagaray !) rapide, comme l'exige cette collection, enrichie d'une belle iconographie. "La capitale va vivre pendant neuf semaines une étrange, une impossible aventure, celle d'une république indépendante, la Commune." Rougerie essaie de donner de la Commune une "histoire apaisée." Les procès des communards, que Rougerie avait publié dans la collection Archives de Julliard en 1964 permet de montrer la difficulté qu'il y a à "apaiser" l'histoire de la répression sanglante que subit le peuple insurgé de Paris de la part des Versaillais.

Robert Tombs, Paris, bivouac des révolutions, la Commune de 1871 (éditions Libertalia). C'est un livre passionnant, peut-être parce que Tombs n'est pas pris dans les luttes idéologiques qui continuent de se livrer autour de ces événements. La lecture des décisions prises par la Commune par différents historiens est largement tributaire de leurs opinions politiques et diffère de ce que les acteurs eux-mêmes pouvaient rechercher.

Kristin Ross a écrit deux livres sur la Commune. Rimbaud, la Commune de Paris et l'invention de l'histoire spatiale (éditions Les Prairies ordinaires) dans lequel elle montre, entre autres choses, "la manière dont les communards ont contesté les hiérarchies établies dans l'imaginaire social avant de s'y attaquer au niveau économique et social." L'imaginaire de la Commune est construit autour des figures de William Morris, Elisée Reclus et Kropotkine et du "communisme anarchiste" dont "les discussions portaient sur les communautés décentralisées, sur la manière de les faire naître et prospérer, et de les 'fédérer' par des liens de solidarité."Ces deux ouvrages ont l'immense mérite d'ouvrir sur un avenir qui est le nôtre.

Cette bibliographie est, bien sûr, très incomplète et partiale. Chacun pourra y ajouter d'autres éléments. Mais je veux y rajouter encore quatre références :

Arthur Adamov a écrit en 1960, je crois, une pièce intitulée Le printemps 71 qu'il était venu présenter à Bordeaux le jour du putsch des généraux fêlons d'Alger, le 21 avril 1961, dans une ville quasi morte où l'on craignait que les paras n'atterrissent à Mérignac. Je me demande si cette pièce, très brechtienne, a jamais été reprise depuis sa création au théâtre en 1963. Elle ne manquait pas d'intérêt.

Gérard Hamon vient de publier la reconstitution d’un témoignage très intéressant sur le retour en métropole d’un communard déporté : La traversée – retour de bagne d’un communard déporté (éd.Pontcerq). Gérard Hamon fait le pari de reconstituer le journal de bord de l’un de ces 410 communards ramenés par le navire Var à l’été 1879. Autour de lui dans l’un des deux faux-ponts du navire, Augustin Nicolle, Prosper Quiniou, Marc Gonthier et Paul Chibout, quatre communards réels et inconnus sur lesquels l’auteur a accumulé une documentation patiente et passionnante, impressionnante de précision et de détails.

Hervé Le Corre a écrit un superbe roman, l'Homme aux lèvres de saphir, (Rivages) dont l'intrigue se déroule dans le Paris de la Commune et qui vibre de l'enthousiasme lyrique qui animait tant de ses acteurs.

Enfin je n'oublie pas le travail magnifique entrepris par Eloi Valat, ici même, sur Médiapart, qui retranscrit, au jour le jour, les séances des membres de la Commune, leurs interminables discussions, la fulgurance de leurs intuitions, les difficultés multiples auxquelles ils se sont heurtés, le temps parfois perdu alors qu'il aurait fallu prendre des décisions rapides quand l'ennemi était aux portes de Paris. 

Bonne lecture !

Patrick Rödel

Colloque "Henri Guillemin et la Commune - le moment du peuple ?" le 19 novembre 2016 à Parsi 3 Sorbonne Nouvelle - Censier. 
Pour s'inscrire, allez sur le site www.henriguillemin.org 
Les modalités d'inscription et le programme définitif figurent en page d'accueil.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
« La harraga ne s’arrêtera jamais » : un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim
Journal — Logement
À Lyon, une école occupée pour aider une famille sans logement
Le collectif citoyen « Jamais sans toit » a commencé l’occupation de l’école Michel-Servet, dans le 1er arrondissement, pour témoigner son soutien à deux enfants scolarisés ici sans logement avec leurs parents. À l’heure actuelle, dans la métropole lyonnaise,  110 enfants et leurs familles sont à la rue.
par Faïza Zerouala
Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica