Colloque Henri Guillemin
histoire politique
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 nov. 2016

Extraits commentés de "L'héroïque défense de Paris (1870-1871)"

C'est le deuxième tome de la trilogie que Guillemin consacre à la Commune de Paris. Il y étudie les extravagantes manigances que ne va pas hésiter à prendre l'élite pour garder son pouvoir en dupant éhontément et grossièrement le peuple. A trois jours du colloque "Guillemin et la Commune", cette analyse historique ne peut qu'être profitable.

Colloque Henri Guillemin
histoire politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce deuxième tome est exemplaire des distances qu'il prend vis à vis d'une histoire officielle qui est, si souvent, selon ses termes une "histoire courtisane".

Fin octobre 1870, Bazaine capitule, à Metz, devant l'armée allemande sans avoir vraiment combattu. Le Gouvernement de Défense nationale ne va pas se montrer plus déterminé à poursuivre le combat. Gambetta est seul à vouloir lever, en province, une armée qui pourrait repousser les troupes de Bismarck. Leur avancée ne rencontrant aucun obstacle, elles se retrouvent aux portes de Paris. Commence alors une période complexe où les discours bellicistes des dirigeants cachent mal la volonté d'en finir au plus vite avec la guerre afin de se concentrer sur ce qui semble être l'essentiel - la mise au pas d'un peuple parisien qui est, à leurs yeux, une menace beaucoup plus grande que la perte de quelques provinces : la remise en cause des intérêts de ces "honnêtes gens", dont Guillemin ne cesse de dénoncer le cynisme.

Caractéristique de cet état d'esprit, l'évolution des positions de Veuillot, journaliste qui ne cesse de ferrailler contre tout ce qui peut représenter un progrès social et une remise en question des classes dirigeantes :
« Il n'y a pas un mois, quand c'était l'ordre qui régnait, le bon régime qu'allait redresser et renforcer Palikao, Veuillot, dans l'Univers du 9 août, ne connaissait pas de limites à son bellicisme contre l'envahisseur luthérien; il explosait, il maniait la foudre; "la France ne traitera jamais sur son sol !", "et si l'épreuve peut aller jusqu'à lui interdire la guerre régulière, alors, aussitôt, commencera la guerre des haies, des ravins et des bois !". Le ton a baissé, tout à coup, depuis que le Léviathan populaire a surgi, cette canaille, dont les "délégués" sont maintenant à l'Hôtel de Ville, et qui souhaite effectivement la guerre totale que Louis Veuillot prêchait hier. Halte-là ! L'Univers du 17 septembre appelle l'attention de ses lecteurs sur le fait que, "pour notre malheur, l'Allemagne ne forme qu'une cité ; et, dans notre Paris, il y en a deux". C'est la vérité même : la cité des Français, qui entend se défendre, et celle des possédants-sages qui redoute l'envahisseur mille fois moins que les "partageux".».

Après quatre mois de siège, le 23 décembre, quand Louis Veuillot croira la capitulation désormais imminente, il s'abandonnera au cynisme, il avouera qu'il ne fallait pas vaincre, qu'une victoire eût été désastreuse :

« "Nous sommes de ceux qui croient", écrira-t-il paisiblement, "qu'il nous était plus désirable et meilleur de résister que de vaincre"; sans doute, sans doute, la victoire "nous eût délivré de l’ennemi extérieur"; mais l'autre, le vrai, "l'ennemi intérieur" (sic), "ce vice du sang", l'esprit démocratique, c'eût été son triomphe, et la fin de tout ».

Plus limpide encore, quand la tragédie sera terminée tout à fait avec l'écrasement de la Commune, le 3 juin 1871, Veuillot, dans l'Univers, lâchera le mot-clé :

« "le 4 septembre", écrira-t-il, fut "le coup qui encloua le canon de la France." On ne saurait mieux dire. Les généraux, le 4 septembre, ont "encloué" leurs canons côté Allemagne, et les gens de bien ont tourné face au peuple leur vigilance et leur action. » 

Pendant 144 jours, Paris sera assiégé, sa population affamée et le Gouvernement de la Défense nationale ne donnera jamais l'ordre d'une sortie qui eût pu changer la donne militaire. Il se contente d'escarmouches qui sont plus faites pour donner le change au peuple que pour repousser vraiment les Prussiens.

Trochu n'a en tête qu'une capitulation, la plus rapide possible :

« Tenir Paris ; empêcher la révolution ; grâce à la République nominale, barrer la route à la République concrète. Le jeu que l'on a dû mener impose, pour l'instant, une nouvelle feinte : celle du combat sans merci. On n'est parvenu, une fois de plus, à donner le change aux Parisiens, qu'en simulant une volonté de fer contre la Prusse et l'exclusif souci de la bataille. Renoncer à la convocation de l'Assemblée était, au surplus, le seul moyen qu'on avait de conjurer ces élections municipales à Paris d'où pouvait très bien sortir une "Commune", résolue pour de bon à faire la guerre et la République. La voilà, la chose capitale. » 

Autant dire que ces messieurs ne voient pas d'un œil favorable les efforts de Gambetta pour lever, en province, une nouvelle armée susceptible de desserrer l'étau des Prussiens autour de Paris.

Malgré cela, Gambetta commence d'obtenir de bons résultats qui inquiètent les Prussiens. Et encore plus le Gouvernement de la Défense Nationale, qui ne défend à la vérité, fait remarquer Guillemin, que la propriété, la Banque et le Commerce. Qu'à cela ne tienne, on lui coupe les vivres et on le berce de promesses fallacieuses ! En sous-main, Thiers se multiplie pour aboutir le plus vite possible à une capitulation en bonne et due forme.

Pendant ce temps, le peuple parisien se prépare à la résistance, achète des canons.

Quand les bruits d’un armistice se répandent :

« Paris bouge, après Metz, comme après Sedan. C'est bien plus qu'un mouvement d'humeur ou d'effroi, ou de colère. C'est une seconde tempête, pareille à celle du 4 septembre, qui se forme, qui est sur le point d'éclater. Les Parisiens ont renversé l'Empire parce que l'Empire débouchait sur un désastre national et ils ont fait la République pour que ce désastre soit réparé. Et le Gouvernement de la Défense Nationale qu'ils ont accueilli parce qu'il se donnait mission, semblait-il, de guider la France vers la libération et la victoire, ils découvrent, dans une commotion, qu'il n’a rien fait. Décillement.

C'était donc ça, le "plan Trochu" ? Ce qu'on n'avait pas osé croire, au moment de Ferrières, ce dont on avait écarté l'idée comme un blasphème, c'était donc vrai ? Une fausse Défense Nationale ? Une duperie de deux mois ? Trochu, le général Trochu lui-même, une espèce de traitre ? Tout cela tourbillonne dans les esprits, faisant un immense désarroi. Il n'y a pas, comme au 4 septembre, unanimité, et les sentiments même que l'on éprouve ne sont pas simples. (...) Mais comment comprendre l'attitude, le jeu, les desseins de l'équipe gouvernementale, avec cette "drôle de guerre" interminablement prolongée, ces simulacres d'offensive, cette patience qu'on demandait aux Parisiens pour qu'elle permît au général d'achever la mise en place de son dispositif, alors que tout révèle aujourd'hui (...) qu'il n'y avait ni dispositif, ni projet, sinon la préparation tortueuse d'une reddition baptisée armistice (.) » ?

« Cette foule qui grossit de minute en minute dans les grandes rues, sur les boulevards, nul ne peut savoir sur quel objet précis se cristalliseront ses vouloirs. Elle flotte, troublée, malheureuse, indécise sur ce qu'elle doit penser de ceux dont elle n'arrive pas entièrement à croire qu'ils ont pu se rendre coupables envers le pays d'une mystification à ce point monstrueuse. » (p.339/340)

Ce sera la Commune, la fuite du Gouvernement à Versailles et, plus tard l'écrasement de la Commune sous le regard des Prussiens.

Note réalisée par Patrick Rödel.

Colloque "Henri Guillemin et la Commune - le moment du peuple ?" le 19 novembre 2016 à Parsi 3 Sorbonne Nouvelle - Censier. 

Pour s'inscrire, allez sur le site www.henriguillemin.org 
Les modalités d'inscription et le programme définitif figurent en page d'accueil.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie