Comité de soutien aux 3 de Melle
Comité de soutien contre la répression dans l'Education
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 oct. 2022

Comité de soutien aux 3 de Melle
Comité de soutien contre la répression dans l'Education
Abonné·e de Mediapart

Mutation de Kai Terada : ne laissons pas faire !

Le collectif des réprimé.e.s de l'éducation réagit à la « mutation dans l'intérêt du service » de Kai Terada, professeur de mathématiques au lycée Joliot-Curie de Nanterre, et appelle à une journée nationale de grève contre la répression !

Comité de soutien aux 3 de Melle
Comité de soutien contre la répression dans l'Education
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

visuel de Chantal Montellier

Jeudi 22 septembre, le rectorat de Versailles a annoncé à Kai Terada sa “mutation dans l’intérêt du service”. Après Caroline et Sabine du collège République en 2019, après Hélène de l’école Marie Curie de Bobigny en 2021, après les 6 collègues de l’école Pasteur de Saint-Denis en 2022, c’est donc à Kai, professeur de mathématiques au lycée Joliot-Curie de Nanterre, co-secrétaire général de Sud Education 92, militant de RESF, de faire les frais de cette mutation forcée, qui n’est qu’une sanction déguisée.

Cette généralisation des “mutations dans l’intérêt du service” à l’encontre de militants et militantes, investi.es dans leurs établissements pour défendre une école égalitaire et émancipatrice, a de quoi inquiéter. Pour déplacer celles et ceux qui la dérangent, l’administration ne s’embarrasse plus de conseils de discipline, où elle n’obtenait jamais la majorité et devait user de sa voix prépondérante pour sanctionner, comme pour Sylvie à Melle ou pour Edouard à Rennes. Avec cette mutation forcée, nul besoin de motiver sa décision par des faits circonstanciés, des témoignages précis, il suffit d’arguer que “la mutation dans l’intérêt du service apparaît nécessaire pour permettre un retour à un fonctionnement serein de l’établissement”, l’Education Nationale étant seule juge de ce fameux “intérêt du service”. D’ailleurs l’enquête à 360° sur laquelle le rectorat disait s’appuyer ne semble plus au cœur de la procédure : lors de l’audience du mercredi 21 septembre au ministère, les représentants du ministère ont laissé entendre qu’il n’y avait pas de rapport, mais seulement des “préconisations”. Et le 23 septembre, au lendemain de la remise de son arrêté de mutation à Kai Terada, l’Inspecteur Général Vie Scolaire et la rectrice de Versailles, recevant en audience les élu-e-s au CA du lycée Joliot-Curie, ont déclaré qu’aucun nom n’avait été remonté lors de cette enquête.

Il faut dénoncer haut et fort cette dérive dont le but évident est de faire tomber des têtes, d’éloigner les militants et militantes de leurs équipes, de décourager les collègues réprimé.e.s, car la répression injuste et aveugle est source d’indignation, mais aussi de souffrance. 

Inquiétant, cet arrêté de mutation l’est aussi lorsqu’il évoque une activité de Monsieur Terada “en dehors des instances de dialogue social de l’établissement ou de l’exercice normal d’une activité syndicale” : remettant en cause une liberté fondamentale, le rectorat prétend donc définir ce qui relève de « l’exercice normal d’une activité syndicale ». Inquiétant, cet arrêté l’est encore lorsqu’il affirme que “le lycée Joliot-Curie connaît une situation préoccupante (...) en ce qui concerne (...) la continuité du service public d’éducation”. S’il s’agit là de s’indigner des absences non remplacées d’enseignants ou de personnels médico-sociaux, c’est bien à ce même rectorat qu’en incombe la responsabilité. Mais derrière “la continuité du service public d’éducation”, c’est indéniablement au droit de grève que s’attaque le rectorat de Versailles. 

Si la vague répressive de ces dernières années laissait peu de doutes sur la volonté ministérielle de faire taire les militants et militantes qui dénoncent la casse du service public d’éducation, le rectorat de Versailles confirme avec certitude, comme le rectorat d'Orléans-Tours en engageant une procédure disciplinaire à l'encontre de Christophe et d'Olivier de Montargis, que Pap Ndiaye, dans la lignée de Blanquer, cherche lui aussi à museler la contestation.

Seule une mobilisation d’ampleur pourra arrêter ce rouleau compresseur ! C’est pourquoi nous, réprimé.e.s de l’éducation, syndiqué.e.s à Sud Education, à la CGT, à la FSU, appelons d'urgence à une journée nationale de grève contre la répression et pour la réintégration de Kai au lycée Joliot-Curie de Nanterre. 

Communiqué du collectif des réprimé.es de l’éducation nationale du 28 septembre 2022

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier