Comité de soutien aux 3 de Melle
Comité de soutien contre la répression dans l'Education
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 janv. 2021

Comité de soutien aux 3 de Melle
Comité de soutien contre la répression dans l'Education
Abonné·e de Mediapart

Affaire des 4 de Melle: Jean-Michel Blanquer, seul face aux organisations syndicales

Les organisations syndicales exigent la levée des sanctions contre des enseignants grévistes. Tribune du comité de soutien aux 4 de Melle, signée au niveau national par CGT Educ'action, FNEC-FP-FO, SNES-FSU, Sud Education, ainsi que par la coordination nationale de l'éducation, et au niveau de l'académie de Poitiers par CGT Educ'action, CNT-SO, FNEC-FP-FO, SGEN-CFDT, SNES-FSU, Sud Education

Comité de soutien aux 3 de Melle
Comité de soutien contre la répression dans l'Education
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Du 12 au 16 octobre ont eu lieu à Poitiers les conseils de discipline des quatre enseignants de Melle.


D’abord suspendus huit mois à titre conservatoire, interdits de tout contact avec les élèves et les parents d’élèves, avec leurs collègues et amis, trois d’entre eux avaient déjà payé au prix fort l’exercice du droit de grève et de la liberté de manifester.
 

Cette remise en cause des droits syndicaux a suscité l’indignation de la communauté éducative du pays qui s’est très largement mobilisée tout au long de la semaine des conseils de discipline, à Poitiers et partout ailleurs en France. Ne tenant aucun compte de cette mobilisation inédite, le rectorat de Poitiers a préféré opter pour le passage en force, aussi bien à l’égard des personnels mobilisés que du respect des exigences propres à une procédure contradictoire.


Premièrement, il est à noter qu’aucun des conseils de discipline ne s’est prononcé en faveur des sanctions proposées par l’administration. Cette dernière a pourtant fait le choix de les maintenir et de sanctionner lourdement les quatre enseignants : une mutation d’office, une exclusion de fonction de 15 jours, un abaissement d’échelon et un blâme.


A ce manque de prise en compte de l’expertise des instances paritaires, censées garantir l’équité des procédures, s’ajoutent les nombreuses irrégularités qui se sont fait jour lors des conseils de discipline. Les procédures disciplinaires reposaient sur l’existence de cinq rapports, tous rédigés par des membres de l’administration, s’accordant à réinterpréter l’exercice des droits syndicaux en faute professionnelle.

Une enquête administrative était censée venir objectiver les allégations contenues dans ces mêmes rapports, en vertu du respect de la présomption d’innocence et du principe contradictoire.


Or, dans un courrier datant du 26 mai, Mme La Rectrice de l’Académie de Poitiers affirme que l’enquête en question n’a « pas pour vocation de questionner les faits rapportés ». Le 14 octobre, jour du troisième conseil de discipline, Monsieur le Secrétaire Général du rectorat de Poitiers reconnaît que l’enquête administrative n’a pas permis d’objectiver les cinq rapports en question. Le 16 octobre, l’administration se désolidarise officiellement des méthodes de l’enquête administrative. Elle a, de plus, assumé le choix de ne convoquer aucun témoin lors des conseils de discipline, pas même les auteurs des rapports, excluant ainsi toute possibilité de confrontation et privant les quatre enseignants de leur droit à un réel débat contradictoire. Ces méthodes contreviennent aux principes les plus fondamentaux du droit, qui stipulent que toute procédure d’accusation se doit de respecter les exigences d’objectivité et d’équité.


Ces sanctions semblent, de plus, remettre en cause la possibilité même d’un dialogue social entre l’institution et la représentation syndicale puisqu’elles ont été prises en dépit de l’avis unanime des représentants des personnels qui, toute sensibilité confondue, se sont prononcés pour l’absence de sanction.


Nous, personnels de l’Education, demandons à notre ministre de garantir les libertés fondamentales que sont le droit de grève et le droit syndical. Nous lui demandons, à cette fin, de bien vouloir respecter le vote des représentants du personnel en levant les sanctions prises à l’encontre des quatre enseignants de Melle.

Signataires :

- Le comité de soutien aux 4 de Melle

Au niveau national :

-SNES-FSU
- Fédération SUD ÉDUCATION
- FNEC-FP-FO
- CGT EDUC'ACTION

- Coordination nationale de l'éducation

Au niveau de l'académie de Poitiers :

- SNES-FSU

- SGEN-CFDT Poitou-Charentes

- CNT- SO

- CGT EDUC'ACTION

- FNEC-FP-FO

- SUD EDUCATION

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal
En Russie, sœurs, mères, épouses protestent contre l’envoi des hommes au front
Dans les manifestations contre la mobilisation militaire décrétée par Vladimir Poutine, les femmes sont largement majoritaires. La contestation monte dans les régions peuplées de minorités ethniques.
par Estelle Levresse
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige