Comité de soutien juridique Banlieue iDf
soutien juridique
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juin 2017

Quand l'Etat tente d'assécher la vie des quartiers

Encore et toujours, l'Etat, ses flics et ses juges cherchent à imposer leur autorité contre les jeunes des quartiers populaires : cette fois-ci c'est en les empêchant de se rafraichir.

Comité de soutien juridique Banlieue iDf
soutien juridique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des jeunes d'Aubervilliers se rafraichissent autour d'une bouche d'incendie ouverte. 27 Mai 2017 - Aubervilliers © NnoMan © © NnoMan

  Le soleil tape sur le bitume ; même la nuit, il est brûlant. L’air devient irrespirable, et c’est pas qu’un problème de météo. Dans certains quartiers, seule la présence (pour ne pas dire le harcèlement) des policiers te rappelle que l’Etat existe. On ne croule pas sous les pions, les profs, les animateurs, les centres de loisir ou les maîtres-nageurs. La piscine municipale ? Y en a pas…

Donc y a plus qu’à se débrouiller soi-même et avec ce qu’on a sous la main, histoire de ne pas trop subir les fortes températures. Comme à New-York, où on ouvre les bouches à incendie quand il fait trop chaud, pour que les jeunes et les moins jeunes puissent profiter d’un peu de fraîcheur.

Ca fera de belles images, que le bourgeois parisien achètera sûrement sur carte postale en noir et blanc pour immortaliser le moment et raconter à ses potes cette scène « d’une rare authenticité », à laquelle il a eu « la chance » d’assister.

Du point de vue des flics, ça s’indigne, ça n’a que le mot « incivilité » à la bouche, ça voit dans ces batailles d’eau géantes l’occasion d’une bonne petite répression. La justice parle de dégradations et la presse reprend, le petit doigt sur la couture ;  les compagnies les plus sales, de celles qui pillent les continents économiquement les plus pauvres, viennent pleurer qu’il manque de l’eau et se paient les services d’un rappeur moralisateur pour qu’il vienne expliquer pourquoi il ne faudrait pas ouvrir les bouches à incendie comme il l’a lui-même fait quand il était encore enfant. Sale.

Quand ça vient au contact, les policiers jouent aux cow-boys, histoire de faire monter la tension. Et avec un plaisir non dissimulé, ils arrêtent des jeunes, comme à Vitry récemment, mais aussi sûrement comme ailleurs et comme dans les jours à venir. 

Les keufs lèvent les ouvreurs de bouchons, qu’ils veulent tout d’un coup faire passer pour les responsables des galères de nos quartiers populaires, alors qu’ils ont simplement remis quelques gouttes de fraîcheur là où il n’y a pas de piscine municipale.

Encore une fois, ce sont les jeunes des quartiers populaires qui subissent le plus violemment la répression d’Etat qui cherche toujours et encore, de quoi imposer son autorité.

-----------------------------------

Face à la police, face à la justice qui répriment dans les quartiers populaires, n’hésitez pas à contacter le Comité de soutien juridique Banlieue IDF si besoin.

Pour contacter le Comité de Soutien Juridique Banlieue IDF : 07 58 52 33 88 ou par mail comitedesoutienjuridique@riseup.net

On note qu’à New-York, il suffit de passer à la caserne de pompiers pour pouvoir récupérer une pièce, on pose la pièce sur la bouche et on ouvre : ça permet d’avoir de quoi se rafraîchir sans faire baisser le débit pour les autres (plus d'info ici) ; en France on préfère la répression.

Différentes infos sur la répression en Ile de France ou ailleurs.

Aulnay-sous-Bois, Bron, Garges-les-Gonesse et Ermont, Gennevilliers, Lille, Limoges, Pantin, Soyaux, Vitry-sur-Seine (1 - 2)

Le rapeur moralisateur (1 - 2)

On remercie Nnoman pour l'image, allez voir son travail ici et.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par «Le Figaro»
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates ont déposé plainte contre l’agence de renseignement américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l’ambassade équatorienne de Londres alors qu’il était la cible d’une vaste opération d’espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
Des femmes et des enfants exilés condamnés à rester dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, survivaient dans la rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Saisi par un avocat et une association, le tribunal administratif de Montreuil a rejeté leur requête ce mardi 16 août.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com