Libérer Andy Li #FreeAndyLi

Douze Hongkongais ont été arrêtées par la Garde côtière chinoise lors de leur fuite par bateau à Taïwan. Ils avaient tous été précédemment arrêtés à cause des protestations contre le projet de loi d'extradition depuis juin 2019. Face au pouvoir judiciaire partial, ils voulaient demander l'asile à Taïwan, la démocratie la plus proche de Hongkong.

Parmi ces douze Hongkongais, Andy Li avait été arrêté le 10 août en vertu de la nouvelle loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin à Hongkong. Il est accusé de collusion avec des pouvoirs étrangers et de blanchiment d'argent. En réalité, il n'a organisé qu'un convoi international pour l'observation de l'élection municipale hongkongaise du 25 novembre 2019. Lors de sa visite de France, il a convié le Sénateur André Gattolin et l’eurodéputé Raphaël Glucksmann à l’Alliance interparlementaire sur la Chine.

Pendant la visite du Ministre des affaires étrangères chinois Wang Yi à Paris le 28 août, nous, le Comité pour la liberté à Hong-Kong, demandons au Président de la République d'adresser ces points au Ministre Wang: 

  • une suspension indéfinie de l'application de la loi sur la sécurité nationale,
  • la libération immédiate des douze Hongkongais arrêtés par l'autorité chinoise, et
  • une réforme démocratique pour Hongkong et la Chine. 

En outre, nous demandons au Président Macron de reconnaître que le principe d’« un pays, deux système » n’est plus respecté par ni le Parti communiste chinois, ni le Gouvernement de Hongkong. Au lieu de collaborer, il faut des pressions économiques pour forcer la Chine d’arrêter son atrocité à Hongkong et en Chine.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.