Philosophie

Nous vivons dans un temps où les philosophes s'abstiennent. Ils vivent dans un état de scandaleuse absence. Il existe un scandaleux écart, une scandaleuse distance entre ce qu'énonce la Philosophie et ce qui arrive aux hommes en dépit de sa promesse; dans le moment même qu'elle redit sa promesse, la Philosophie est en fuite. Elle n'est jamais là où l'on aurait besoin de ses services. Elle est, où plutôt paraît démissionnaire. Il faudra même parler d'abandon de poste, de trahison."

..."Cependant la Philosophie ne marche point, elle ne fait plus un pas en avant, si dejà bien des signes annoncent qu'elle fera plus d'un pas en arrière. Personne ne songe à ouvrir de nouvelles voies, les thèmes sont classés, les programmes fixés jusqu'au bout de l'histoire.

Cette citation extraite de Paul Nizan illustre le manque d'analyse de ce temps post-2000, hors des sentiers battus des communications et médiaticos-informations de masse. "Si Dieu n'existait pas, tout serait permis"; ce que Dostoïevski écrivait et qui permet de considérer que l'homme se dit libre et est condamné à l'être parce qu'il ne s'est pas crée lui-même et, pourtant pleinement responsable de ses actes. Parlons de liberté dans le cadre d'une pensée; "pour qu'une conscience puisse imaginer il faut qu'elle échappe au monde par sa nature même, il faut qu'elle puisse tirer d'elle-même une position de recul par rapport au monde. En un mot il faut qu'elle soit libre."

L'imagination n'est pas un pouvoir empirique et surajouté de la conscience, c'est la conscience tout entière en tant qu'elle réalise sa liberté; toute situation concrète et réelle de la conscience dans le monde est grosse d'imaginaire en tant qu'elle se présente toujours comme un dépassement du réel"; de l'imaginaire de Sartre. Deleuze nous dit ;" le monde des fantasmes est celui  que nous n'avons pas achevé de conquérir. C'est un monde du passé, non pas de l'avenir. Aller de l'avant en se cramponnant au passé, c'est trainer avec soi les boulets du forçat. "

"Philosophie vas-tu demeurer longtemps encore un ouvrage de dames, une broderie de vieille fille stérile?"Paul Nizan les chiens de garde"

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.