Communautés de Mediapart
Edwy Plenel, Sabrina Kassa, Livia Garrigue, Guillaume Chaudet-Foglia, Ana Ferrer, Renaud Creus, Gaetan Le Feuvre, Cécile Dony, Armel Baudet
Pigiste Mediapart

3 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 janv. 2020

Quelques nouveautés dans vos commentaires

Après une première phase d’interviews et de rencontres avec les lecteurs et les contributeurs, nous avons sélectionné deux sujets autour des commentaires à traiter en priorité. Voici une présentation des premières modifications qui seront mises en ligne cette semaine et des suites de la refonte à venir.

Communautés de Mediapart
Edwy Plenel, Sabrina Kassa, Livia Garrigue, Guillaume Chaudet-Foglia, Ana Ferrer, Renaud Creus, Gaetan Le Feuvre, Cécile Dony, Armel Baudet
Pigiste Mediapart

Lors d’un précédent billet, nous vous avons présenté le groupe Communautés, organisé et dévolu à la refonte des espaces et fonctionnalités participatives.

Cette refonte sera d’une part alimentée par nos échanges avec les lecteurs qu’ils soient contributeurs ou non, et d’autre part par les besoins de nos équipes : la modération, la rédaction et tout particulièrement les journalistes responsables du Club, le service abonnés, besoins alimentés par des années d’échange avec nos abonnés. 

Certains d’entre vous ont participé à une première phase d’interviews de lecteurs. Celles-ci ont eu lieu dans nos locaux, par visioconférence ou par téléphone afin de recueillir vos usages, votre rapport à Mediapart et à son volet participatif, les problèmes rencontrés lors de vos interactions avec nos outils ainsi que les améliorations que vous imaginez pour rendre votre lecture et votre utilisation des espaces participatifs plus fluide, plus utile et plus agréable. 

Suite à cette première phase d’interviews et de rencontres avec les lecteurs et les contributeurs, nous avons sélectionné deux sujets autour des commentaires à traiter en priorité.

La modification des commentaires après publication

Jusqu’à présent, nos abonnés pouvaient modifier leurs commentaires autant de fois qu’ils le souhaitaient. Cette possibilité a donné lieu à des pratiques qui rendent le débat dans les commentaires faussé, voire frustrant pour nombre d’entre vous. Certains postaient ainsi un commentaire avant même de lire l’article, juste pour “réserver” la première place, revenant plus tard pour le modifier et écrire un véritable commentaire. D’autres publiaient un message dont ils modifiaient le sens selon les réactions suscitées. Des pratiques qui nuisent à la qualité des échanges.

Afin d’y remédier, nous avons décidé de limiter la modification des commentaires aux 15 premières minutes après publication, laissant ainsi du temps pour se relire et corriger d’éventuelles fautes d’orthographe.

La dépublication des commentaires et les raisons de dépublication

Actuellement, lorsqu’un commentaire est dépublié, son auteur reçoit un e-mail le ou la notifiant de la dépublication, sans expliciter la raison précise, au delà du non respect de la charte de participation. Une situation frustrante pour beaucoup de lecteurs, cherchant à comprendre les raisons de la dépublication.

Dorénavant, les e-mails de notifications incluront la raison de dépublication parmi les raisons suivantes : insultes et invectives, racisme, incitation à la violence, homophobie, sexisme, discrimination, hors sujet et doublon ; ainsi que le passage de notre charte qui y fait référence.

La suite de la refonte

Il s’agira d’une refonte d’envergure, au long cours, constituée d’étapes progressives pour repenser totalement les espaces participatifs du site.

Mais nous pouvons néanmoins vous parler des sujets sur lesquels nous allons travailler :

  • Une majorité de nos lecteurs ne voit pas ou ne perçoit pas tout le contenu produit dans le Club. Nous travaillerons dans les prochains mois sur une meilleure mise en avant de billets de blog, tribunes, appels à témoignage, etc. Cette refonte s’inscrira dans une réflexion globale incluant Journal et Club, afin de donner la place qu'elles méritent aux contributions de nos abonnés. 
  • Nous allons également entamer un travail sur l'amélioration de la catégorisation de nos billets de blog afin de gagner en lisibilité et en compréhension, de les trier par thématique, sujet ou dossier de façon efficace et visible. 
  • Un travail autour de la présentation et la lisibilité de nos commentaires ainsi que de nos outils de modération afin d’organiser le débat parmi une communauté de plus en plus nombreuse
  • Un travail autour de nos outils de contribution

Si vous souhaitez faire partie de cette refonte en participant à une interview utilisateur, en répondant à une enquête sur vos usages et vos besoins ou encore en testant un prototype, n’hésitez pas à vous inscrire ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux