communication-enercoop
Fournisseur coopératif d'électricité 100 % renouvelable et militante
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2021

communication-enercoop
Fournisseur coopératif d'électricité 100 % renouvelable et militante
Abonné·e de Mediapart

Plan de relance France 2030 : le monde d’après attendra ?

Nous, Licoornes*, constatons que la transformation écologique et solidaire de notre économie, si cruciale pour notre siècle, est absente du Plan France 2030 présenté le 12 octobre 2021 par le chef de l’Etat.

communication-enercoop
Fournisseur coopératif d'électricité 100 % renouvelable et militante
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La majorité des commentateurs s’accorde à le dire : ce Plan nous replonge dans les années 1970, tant dans son contenu que dans sa méthode. Construit loin des entreprises qui agissent sur le terrain, sans écouter les vrais besoins des citoyen.ne.s, il vise comme hier à produire et consommer plus. A s’appuyer massivement sur le nucléaire. A prospecter les fonds marins pour y trouver de nouvelles ressources minières. A construire toujours plus de voitures. Alors que tout appelle à une transition majeure de nos modèles économiques dans les cinq prochaines années, l’Etat s’apprête à nous faire revivre la fin du XXè siècle.

Pourtant, les consommateur.rice.s sont de plus en plus nombreux à se préoccuper de la transition écologique de notre économie et à l'acter dans leurs décisions d'achat. 
Pourtant, les français.es sont de plus en plus nombreux à vouloir prendre une part active aux décisions politiques et économiques qui les concernent, à l'opposé de la méthode de construction de ce Plan depuis le sommet de l’Etat. 
Pourtant, les collectivités territoriales sont nombreuses à inventer des modes de faire qui lient territoires, écologie et emplois.

Nous, Licoornes, sommes une alliance de coopératives agissant sur les secteurs clefs de la transition. Nous sommes précisément nées à l'intersection des volontés des citoyen.ne.s qui refusent de voir détruire le monde sans agir, des consommateur.rice.s qui ne veulent plus être les réceptacles passifs de ce que le capitalisme produit (mal) pour eux, des collectivités territoriales qui doivent penser à l’avenir de leurs territoires sur le long terme.

Nous agissons sur le marché mais en travaillant pour l'intérêt général à travers une vision active de la transition écologique et solidaire. Nous représentons plus de 100 000 sociétaires, citoyen.ne.s, collectivités locales, salarié.e.s, personnes morales qui ont investi dans nos coopératives pour favoriser l'impact écologique et solidaire sur le rendement financier, défendant ainsi l’intérêt collectif sur l’intérêt particulier. Nous représentons également plusieurs centaines de milliers de client.e.s qui souhaitent agir, par leur consommation, sur les secteurs structurants de la transition : l’énergie, la distribution, la mobilité, la téléphonie, la finance…

Nous estimons que le Plan France 2030 n'est ni à la hauteur des capacités d'innovation de nos entreprises, ni de la crise écologique, ni de l'action de nos territoires et de leurs citoyen.ne.s, ni de l’impératif de sobriété.

Aussi nos coopératives appellent à améliorer le Plan France 2030 à travers 5 axes :

1/ Nous appelons d’abord à une redéfinition du concept d’”innovation” qui soit en phase avec les enjeux écologiques et sociaux actuels. Partager le pouvoir et les richesses au sein des entreprises, inventer des modèles économiques qui garantissent des conditions de travail dignes et respectent les prestataires, développer des activités économiques viables en rupture avec la société de consommation et la recherche de croissance : ces missions nous semblent plus innovantes qu’épuiser les ressources naturelles, pousser à la surconsommation et maintenir les travailleurs.euses dans la précarité ;

2/ Nous appelons les élus et les technicien.ne.s des collectivités territoriales à jouer un rôle fort dans la transition écologique et solidaire : celle-ci ne se décrète pas d’en haut par l’Etat, elle se construit sur les territoires par leurs collectivités. Et nous pouvons travailler ensemble, coopératives et collectivités, pour déployer des solutions concrètes et cohérentes de transition écologique. Menons des expérimentations, documentons-les, essaimons-les !

3/ Nous appelons les citoyen.ne.s à prendre part à la transformation économique de la France en nous rejoignant massivement. Devenez sociétaires de nos coopératives. Soyez exigeant.e.s avec les organisations que nous sommes. Soutenez-nous pour faire une différence ici et maintenant.

4/ Sur les 100 milliards du plan de relance, seuls 1,3 sont fléchés vers l’économie sociale et solidaire. Nous appelons l’Etat à investir beaucoup plus massivement dans les organisations de l’ESS qui sont des outils puissants au service de l’intérêt général et peuvent jouer un rôle clef dans la construction de la France de 2030. Par ailleurs, l’Etat peut aider les personnes qui souhaitent soutenir les coopératives par un relèvement de l’avantage fiscal lié à leur investissement qui pourrait passer de 25% à 50%. Cela contribuerait à renforcer les fonds propres de nos coopératives tout en offrant un débouché porteur de sens à l’épargne des français.ses.L’investissement des entreprises dans les SCIC devraient également pouvoir être déductible de l’IS.

5/ Enfin, nous appelons tous les dirigeants de sociétés de capitaux qui ont à cœur  la transition écologique et solidaire à entrer en contact avec nous. Car il y a urgence à agir et la qualité “d’entreprise à mission” définie par la loi PACTE ne suffira pas à relever nos défis : réfléchissons ensemble à la transition des sociétés de capitaux en des sociétés de personnes, seules à même de garantir l’intérêt collectif et notre avenir écologique. 

En l’état, le Plan France 2030 nous fait retourner au XXème siècle et ne rend pas justice à notre vraie capacité d’innovation. Parce qu'il est dans l'ADN des Licoornes, et, plus largement de toutes les organisations de l'économie sociale et solidaire, d'être optimistes et forces de proposition, nous sommes prêt.e.s à travailler pour 2030 à une relance qui ne soit pas, comme toutes les précédentes, seulement synonyme de “croissance du PIB” mais d’une vraie transformation de notre économie autour de l’écologie et de la solidarité, co-construite avec les acteurs de terrain et soutenue par un État porteur de notre intérêt collectif.

Co-signataires : 

- Bastien Sibille, président de Mobicoop

- Alexandra Debaisieux, directrice générale déléguée de Railcoop

- Julien Noé, président d’Enercoop

- Maud Sarda, directrice générale de Label Emmaüs

- Marion Graeffly, co-fondatrice de Telecoop

- Bérengère Batiot, Responsable développement & communication à CoopCircuits

- Adrien Montagut, co-fondateur de Commown

- Jean-Baptiste Schmider, président directeur général de Citiz

- Bernard Horenbeek, Président du Directoire de la Nef

*Les Licoornes sont des sociétés coopératives d'intérêt collectif (SCIC) ayant fait alliance pour transformer radicalement l'économie. Couvrant différents besoins du quotidien (énergie, mobilité, communication, alimentation...) à l'échelle nationale, cette alliance construit un véritable système économique coopératif. C'est ainsi une alternative concrète au modèle dominant pour qui veut consommer autrement et soutenir une autre économie !

Ces entreprises constituent un contre-modèle : à l'inverse des licornes, start-up capitalistes qui privatisent les richesses en exploitant le vivant, les Licoornes sont des sociétés coopératives fonctionnant selon des principes démocratiques, de lucrativité limitée et dont les modèles économiques visent à la sobriété et l'inclusion. De plus, en associant dans leur gouvernance les différentes parties prenantes de leur projet économique - producteurs, bénéficiaires, salariés, collectivités locales... l'entreprise se met réellement au service de l'intérêt général.

Pour en savoir plus : www.licoornes.coop

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85