Entretien avec Jean Ziegler : «Emmaüs, c'est le refus de l'impuissance»

Emmaüs International lance son premier Forum mondial des Alternatives avec les plus exclu·e·s, en septembre à Genève. A quelques jours de ce rendez-vous important, nous avons recueilli l’opinion du sociologue et altermondialiste suisse Jean Ziegler, auteur du livre «Le capitalisme expliqué à ma petite-fille, en espérant qu’elle en verra la fin».

jean-ziegler-onu

  • Vous êtes un homme politique, sociologue et écrivain, particulièrement engagé dans le mouvement A quel moment de votre parcours avez-vous croisé Emmaüs ?

J’ai croisé pour la première fois l’Abbé Pierre dans les années 60, au cours de chantiers. C’était à Nanterre, et Emmaüs avait besoin de volontaires pour construire des logements. J’étais là-bas. Je suis ensuite rentré en Suisse, où je suis devenu le premier président de la communauté Emmaüs de Genève. Par la suite, j’ai conservé des liens profonds avec l’abbé Pierre et son ami Georges Chevieux ami intime de l’abbé Pierre, qui est jusqu’à ce jour l’âme d’Emmaüs Suisse. Lorsque j’ai été candidat pour être député au Parlement fédéral, l’abbé Pierre a fait le chemin spécialement de Paris pour venir m’appuyer lors d’un grand meeting à l’université de Genève, c’était un soutien décisif.

La personne de l’abbé Pierre, par son enseignement et sa formidable capacité d’empathie, restera pour moi un exemple lumineux. Qui me préserve du découragement, de l’indolence et de la tentation d’abandonner le combat.

  • Qu’incarne pour vous le Mouvement Emmaüs ?

Parmi tous les mouvements sociaux, Emmaüs est à mon avis le plus intéressant et parmi les plus convaincants. Il incarne des valeurs qui sont universelles, par cette formidable stratégie de retrouver la dignité grâce au travail réalisé en communauté. Il donne aux plus pauvres les moyens de s’extirper, par eux-mêmes, de la pauvreté et de l’humiliation.

  • Face à un système économique qui ne cesse d’accroître les inégalités et les discriminations, comment Emmaüs peut-il faire entendre une voix alternative ?

Nous vivons actuellement un temps très dangereux : le néolibéralisme bétonne les consciences, et impose l’idée que les forces du marché sont seules à faire l’histoire et à décider du destin des hommes. C’est ce que l’abbé Pierre appelait « l’obscurantisme contemporain ». Le capitalisme financier mondialisé est tellement puissant qu’il crée une aliénation profonde et arrive à convaincre les individus qu’ils sont impuissants, et ne peuvent rien faire pour lutter face à cet ordre cannibale. Mais il n’y a pas d’impuissance en démocratie.

Emmaüs est la preuve vivante qu’il n’y a pas d’impuissance !

Emmaüs, ce sont des hommes et des femmes qui viennent de « tout en bas », parmi les plus pauvres les plus humiliés, les plus exploités, « cabossés » par la vie. Emmaüs ce sont ces hommes et femmes, qui collectivement, décident par la force de leur volonté, de briser cette impuissance. Qui décident, par la force de leur volonté, de reconquérir leur dignité. Emmaüs, c’est le refus de la fatalité.

  • Dans l’actuel contexte international de montée du racisme et recul démocratique global, quel rôle peut jouer Emmaüs International ?

Le mouvement Emmaüs est une lumière dans la nuit. Dans une nuit terrible ! A une époque où les principes fondamentaux du droit international partent en lambeaux, où les mouvements racistes, xénophobes et antisémites font des avancées même dans nos sociétés démocratiques, Emmaüs rejette le repli et prouve qu’on peut faire le choix de la solidarité internationale.

Par exemple, des communautés européennes apportent leur aide à des communautés situées dans des pays du Tiers-monde, ces relations de solidarités transfrontalières sont au cœur du Mouvement. C’est exactement pourquoi la voix d’Emmaüs est aujourd’hui plus importante que jamais. C’est la voix du ralliement, de la justice sociale et de la solidarité.

  • Emmaüs International lance le 1er Forum mondial des Alternatives avec les plus Exclu-e-s, pour appuyer la construction de sa parole politique et faire entendre la « Voix des sans voix » à l’ONU. Que pensez-vous de cette initiative ?

Je suis totalement solidaire, l’idée de ce Forum est formidable. En fait, elle aurait même dû naître bien plus tôt ! Qu’Emmaüs intervienne au Conseil des Droits de l’Homme, l’organe suprême des Nations unies au regard des droits humains est urgent.

Organiser ce Forum des Alternatives à Genève, dans la capitale des droits de l’homme, est une très bonne chose, car Emmaüs envoie un message essentiel : celui du triomphe des valeurs de solidarité, d’autonomie par le travail reconquis et de l’espoir, en rejetant le monde du chômage, du mépris, de la financiarisation des rapports humains. Emmaüs incarne l’espérance, l’autre monde, et c’est le chemin à suivre !

 

Pour plus d'informations sur le Forum des Alternatives, vous pouvez consulter le site d'Emmaüs International ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.