CONGO TRANSPARENCE
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 nov. 2018

Congo Brazzaville : Serge Pereira s'allie au patron de l'ENI Claudio Descalzi

Au Congo Brazzaville, les affaires d’argent sont toujours des affaires de familles, c’est une règle de base. C’est le cas de Serge Pereira qui, grâce à son mariage, a le bonheur de faire partie du clan très fermé des bénéficiaires de la manne pétrolière.

CONGO TRANSPARENCE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Son épouse, Cindy Descalzi Pereira est la fille d’une proche du chef de l’Etat congolais, Marie-Madeleine Ingoba et de Claudio Descalzi, PDG d’ENI, groupe pétrolier italien qui se partage, avec Total, les concessions d’or noir du Congo.

« Nous voulons des produits et des projets de qualité en Afrique et dans le monde. Nous voulons promouvoir la qualité en tant qu'entreprise et en tant qu'entreprise citoyenne. » Serge Pereira.

Ainsi, lorsque le grand maître des lieux, l’inamovible Denis Sassou-Nguesso, 34 ans de pouvoir et de mauvaise gestion, décide de construire une université portant son auguste patronyme, il confie le marché, sans appel d’offres, à UNICON une société dont le PDG est… Serge Pereira !

Serge et Cindy Descalzi Pereira lors du dernier festival de Cannes

Le projet est faramineux, 350 hectares, piscine et stade olympiques, résidences pour professeurs et étudiants. Le budget est, lui-aussi, prodigieux 241 milliards de francs CFA soit 369 millions d’euros. La première pierre a été posée en février 2016, mais le campus n’est toujours pas terminé, seuls 54% des travaux ont été réalisés. Officiellement, il manquerait 100 millions d’euros pour achever les bâtiments.

En réalité, il est fort probable que les bâtiments déjà construits soient emportés par le fleuve Congo, avant qu’un étudiant ait eu le temps d’user ses fonds de culotte sur les bancs. En effet, Serge Pereira n’a pas jugé utile de faire réaliser des sondages géologiques avant de démarrer les travaux, s’ils avaient été faits, il aurait appris que le sol du site choisit est composé d’un agrégat de couches sablonneuses et de sables mouvants.

A ce jour, le gouvernement congolais tente de masquer la catastrophe en promettant l’inauguration de l’université en 2019. Il ne faudrait pas que le Fond Monétaire International, qui a mis ce pays sous surveillance très rapprochée, ne s’intéresse de trop près à ce dossier.

L’institution dirigée par Christine Lagarde y découvrirait tous les maux du Congo : marché sans appel d’offres, mauvaise gouvernance, corruption, désastreuse utilisation des finances publiques etc. Quant à la qualité et à l’entreprise citoyenne, les Congolais, ceux qui n’ont pas la chance d’appartenir au « clan » et qui vivent dans le dénuement le plus complet, apprécieront…

Cette affaire de l’université possiblement emportée par les flots du fleuve n’empêche pas Serge Pereira de dormir, il continue de « regarder vers l’avenir ». Serge Pereira est un homme heureux fier de poster sur Instagram une photo de lui au Ghana avec le président Macron.

Avec leur fondation Congo Kitoko, qui ressemble plus à une agence de communication pour promouvoir le couple Descalzi Pereira qu’à une ONG, ils veulent « promouvoir, accompagner et soutenir », comme ils se soutiennent eux-mêmes ? Tant que beau-papa gère le pétrole congolais et que belle maman hante les salons de la première dame, leurs lendemains sont assurés, ils peuvent cueillir le jour présent sans se soucier du lendemain...

Nul n’est à l’abri des ennuis….

Cela semble toujours impossible, jusqu’à ce que cela soit fait…. Serge Pereira devrait méditer les maximes que Cindy Descalzi Pereira publie sur son profil Instagram, car les temps changent et le peuple congolais s'enhardit. En effet, qui eut cru qu’un jour belle maman et beau papa connaîtraient les bureaux froids et sombres des juges d’instructions ?

Le 14 octobre dernier, le journal italien l’Espresso publiait une enquête sur « les trésors cachés » de Sassou Nguesso. Il révélait qu’au cours d’une perquisition ordonnée par des juges d’instructions français dans le cadre d’une investigation sur le recyclage de centaines de millions de dollars d’argent public détourné au peuple congolais, les enquêteurs avaient découvert un réseau de sociétés offshore.

L’une d’elles, cachée à Maurice, paradis fiscal bien connu, était détenue par Marie-Madeleine Ingoba et Julienne Sassou Nguesso, l’une des filles du Président congolais. Les investigations se poursuivent et les ennuis commencent pour la femme du PDG d’ENI….

Claudio Descalzi, lui a déjà connu les foudres du prétoire puisque le grand procès d’ENI a commencé en Italie. Les juges de Milan ont instruit une affaire hors norme, sans doute le plus grand scandale de corruption de tous les temps, puisqu’il porte sur la somme astronomique de 1,3 milliard de dollars de pots-de vin, lors de l’achat de concessions pétrolières au Nigéria, mais aussi une autre au Congo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat·e à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau