Conolly Mike
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mars 2019

Les gilets jaunes lancent un ultimatum au Président

Le collectif «Ultimatum Gilet Jaunes» appelle «à se rendre massivement à Paris pour que quelque chose bouge enfin sur les trois urgences du moment: climatique, sociale, démocratique». Plusieurs rendez-vous sont donnés dans la capitale selon sa région.

Conolly Mike
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce lundi 11 mars, un pays mondialement reconnu comme une « dictature » a réussi a provoquer un changement important de son système politique par une mobilisation de trois semaines. C'est l'Algérie, où Bouteflika renonce à se présenter pour un nouveau mandat.
En France, censée être une des démocraties les plus exemplaires du monde, quatre mois de mouvement n'ont à ce jour rien obtenu. Sauf peut-être le mépris du président et du gouvernement. C'est à se poser de sérieuses questions.
Alors, Monsieur Macron, en vue du 16 mars prochain, les gilets jaunes vous lancent un ultimatum : « Si nos revendications ne sont pas respectées avant la fin du grand débat, nous convergerons vers Paris. » Le message est clair, lapidaire, non négociable.

Car si le débat en question est dit « grand », n'oubliez pas que nous, nous sommes immenses. Immenses par la durée, la qualité, la diversité, l'intensité de notre mouvement.
Notre « débat » à nous, notre immense débat, c'est le 17 novembre qu'il a commencé, brisant des années de silence, de repli sur la solitude, sur notre isolement qu'organise le système actuel.
Nous nous sommes rassemblés. Nous nous sommes parlés. Nous nous sommes écoutés. Quatre mois que nous portons des revendications qui restent lettre morte, et pire, niées au cours d'un « débat » dirigé, orienté, borné. Mais cette esbroufe pour reprendre la main ne convainc que ceux qui veulent bien y croire.

Manifestations réprimées comme jamais, textes, tribunes, blocages, occupations de l'espace physique et numérique, des réseaux sociaux aux routes et ronds-points, fraternisation générale... des centaines de milliers de personnes, si ce n'est des millions, se sont impliquées dans cette lutte avec des objectifs clairs. Mais vous Monsieur Macron vous suivez votre agenda comme si de rien n'était.

La légitimité du gouvernement, bien fondé des actions des groupes qui s'y opposent, les taxes, les traités... tout est matière à débat. Mais il y a quelques certitudes partagées :
- continuer à détruire notre environnement provoquera notre fin à toutes et tous.
- ramasser les poubelles, commencer des ménages aux aurores, transporter des marchandises que l'on ne pourra jamais se payer, être enfermé dans un bureau pour un travail absurde ou contraint à des tâches pénibles dehors et par tous les temps... Tout cela pour un salaire de misère, toujours plus raboté par les profits des grands patrons et les taxes. Si ce travail ne nous permet même plus d'élever dignement nos enfants, de nous épanouir, c'est du travail forcé.
- l'ONU, par l'intermédiaire de Michelle Bachelet, l'a clairement rappelé : un homme ou une femme vivant dans une société démocratique doit pouvoir participer aux affaires publiques, c'est-à-dire pouvoir influencer le cours des choses, l'évolution de la société. Si ce droit minimal n'est plus accordé, il est normal et même évident de se révolter.

Nous appelons donc à se rendre massivement à Paris pour que quelque chose bouge enfin sur ces trois urgences : climatique, sociale, démocratique. Et les trois se rejoignent : nous refusons de continuer à vivre, impuissants, silencieux, pauvres, dans un monde qui court à sa perte.
Quand Nicolas Hulot quitte le gouvernement car il ne peut plus « s'accommoder de petits pas », quand les pics de pollution s'enchaînent, nous ne pouvons plus attendre le prochain sommet sur le climat. Quand tous les travailleurs, chômeurs, retraités, étudiants sont méprisés et contraints à ne faire que survivre, nous ne pouvons plus attendre la prochaine reprise de l'économie. Quand plus personne ne croit en la capacité des dirigeants à gouverner, quand décider par le vote aboutit à se sentir toujours trahi, nous ne pouvons plus attendre les promesses de réforme.

C'est pourquoi, Monsieur Macron, le 16 mars est la date limite que nous vous donnons pour rendre votre copie : agir ou partir.
Des régions ont annoncé qu'elles s'élanceraient vers l'Élysée depuis différents points:
-Régions ile de france et centre, parvis de la gare Saint-Lazare.
-Regions du nord et de l'est, parvis de la gare du nord.
-Regions du sud place du Châtelet (en face du théâtre du Châtelet).
-Régions ouest, parvis de la gare Montparnasse.

Force à tous!
Le collectif Ultimatum Gilets jaunes

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Fiscalité
Quand le Sénat américain ignore la grammaire des affaires
Impôt minimal pour les multinationales, taxe sur les rachats d’actions, contreparties aux aides d’État… même si le plan climat et le plan pour la lutte contre l’inflation adoptés par le Sénat américain ne sont pas aussi ambitieux qu’espéré, ils ouvrent des brèches dans des dogmes acceptés depuis des décennies.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe