Constant Jacob
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 nov. 2014

L'homme de Gauche n'est pas suffisamment entré dans l'Histoire

Constant Jacob
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un ami du réseau a ce matin publié cet extrait du Manifeste : « On a reproché encore aux communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité. Les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut pas leur ôter ce qu’ils n’ont pas. Sans doute le prolétariat doit tout d’abord conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe nationale souveraine, et se constituer lui-même en nation ; et en ce sens il est encore attaché à une nationalité. Mais il ne l’est plus au sens de la bourgeoisie. »

« Une action combinée, au moins des peuples les plus civilisés, est une des conditions de la libération. Dans la mesure où l’exploitation de l’individu par un autre individu sera abolie, l’exploitation d’une nation par une autre le sera également. Avec l’antagonisme des classes à l’intérieur de la nation, disparaîtra l’hostilité réciproque des nations. »

Au-delà de la seule matutinale émotion de se retrouver renvoyé à sa prime jeunesse de lecteur avide quoi qu'il arrive ébloui par ce qu'il -sans doute du fait de son jeune âge- n'aurait jamais su mieux dire (le Manifeste est bien l'ouvrage de référence de l'idéaliste dixhuitenaire) une demi-phrase de l'extrait ici copié a relevé mon attention d'impénitent coquin : «  au moins des peuples les plus civilisés ».
Hors contexte, hors économie d'un texte qui fait autorité depuis le premier jour de sa publication et en imaginant que ces mêmes mots eussent été écrits ou publiés tels quels dans un commentaire en ligne ou dans une chronique rédigée par un Constant Jacob du dimanche, la totalité des gauchistes qui les auraient lus se seraient immédiatement levés comme un seul homme en colère et les auraient fait circuler véhémentement sur la Toile en faisant s'époumoner leur clavier et en taxant à l'envi l'auteur(e) desdits mots obscènes de fascisme infâme ou de xénophobie primaire et rétrograde.

Oui, car l'homme de Gauche antifasciste est habité par des stéréotypes idéologiques tellement ancrés que lorsqu'à son cerveau tintinnabule la petite clochette d'alarme associée à des mots interdits ou litigieux, il ne cherche pas à comprendre : il fonce. Et il dénonce. Et il vilipende. Et il tempête, foudroie, lamine, étrille, dépèce et mitraille celui ou celle qui s'est rendu(e) coupable d'avis contraire au sien ou, bien pire, d'opinion radicalement divergente et donc, selon ses critères, parfaitement immorale.

Mais là, souci : c'est Karl Marx qui a écrit « au moins des peuples les plus civilisés » laissant à entendre, par logique même en découlant, qu'il y en aurait de moins.

Lisant cela, l'homme de Gauche est pris dans un tourbillon inextricable de lutte avec lui-même : merde alors, Marx est fasciste ! (Ben, oui, parce que dans son processeur interne « civilisé » avec « plus » ou « moins » écrit devant, c'est rangé dans la catégorie « fascisme exacerbé »).

L'homme de Gauche vacille, il n'est plus qu'un demi lui-même.

Comment commenter le post de François de ce matin ?

Son monde de certitudes s'écroule.

L'homme de Gauche ne peut même pas finir sa tartine de compote (oui, car c'est à l'heure du petit-déjeuner que tout ceci a eu lieu): il ne sait plus où il habite.

Il appelle ses amis.

Que faire ? Comme si on n'avait pas vu ? Demander discrètement à François de supprimer ce partage ? Après tout, on n'en serait pas à notre première censure!

L'homme de Gauche pleure en lui-même. Sur lui-même aussi, d'ailleurs.

Il y aurait donc un fascisme de Gauche ?

Mais alors qui sont les salauds ?

Les valeurs seraient donc mouvantes ?

La Gauche ne serait la Gauche que depuis peu ? Ok, mais depuis quand ?

L'homme de Gauche remise sa tartine, ferme son pot de compote en se demandant, finalement, si François lui-même ne serait pas un peu suspect.

Il n'y a pas d'amis, en fait, sur internet.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l'extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l'éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal — Climat
Face à la sécheresse, organiser collectivement la solidarité
La sécheresse est en train de dévaster l’Inde et le Pakistan. Ce type d’épisode, de plus en plus fréquent, ne se limite plus aux pays en voie de développement. En France, une vingtaine de départements font déjà l’objet de mesures de restriction d’eau.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Asie
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart