Génération j'ai le droit: réponse d'un adulte autiste à Barbara Lefebvre

Le livre de Barbara Lefebvre ne m'a pas laissé indifférent ,y compris ses analyses sur ce que vive mes congénères autistes. Avec ce que j'ai pu lire concernant ses contradicteurs, je voulais laisser du temps avant de réagir.

J'ignore si Barbara Lefebvre tombera un jour sur ce présent article.

En tout cas ses mots ne m'ont pas étonné et à vraie dire je suis en quelque sorte un survivant du système intégratif à la française.

 

I Commentaires concernant le chapire 7

Barbara prénome son chapitre " l'école inclusive n'existe pas"

Je ne peux pas l'objecter puisqu'en tant qu'élève j'ai connu de la petite section de maternelle jusqu'au moment de mon diagnostic en centre de ressources autisme, un système qui éxigeait de moi une pleine adaptation à une institution et des élèves qui n'entendaient pas dans leur majorité faire avec les conséquences du cumul d'autisme, dyspraxie, et trouble de déficit de l'attention.

Sur ce système effectivement est venu se greffer des ambitions humanistes via la loi de 2005 .Mais les acteurs ne furent pas préparé suffisamment à ce choc.

Quand le microcosme associatif de l'autisme arrive à tisser des liens avec le monde de l'école, les parents des autres élèves( pour peu qu'ils acceptent et tolèrent la présence d'un élève divergent de façon cognitive), l'inclusion effectivement est possible avec un travail en amont et en aval de l'institution. Mais si un rouage fait barrage, l'inclusion ne peux pas se faire.

Lorsque le même microcosme associatif affronte le sceptisisme et une volonté d'exclusion de l'institution scolaire ( concomitante parfois avec une volonté identique des parents des autres enfants) et bien la vie n'est plus que souffrance et tout espoir se suspends à quelques bonnes volontés qui peuvent disparaître du jour au lendemain.

Dans ce cas, il y'a rupture du pacte républiquain, rupture du contrat social et citoyen d'autre part entaché de violations constitutionnelles.

Oui les autistes devraient avoir le droit de le dire de façon audible " j'ai le doit d'aller à l'école", "j'ai le droit d'avoir une vie digne", "j'ai le droit d'obtenir un emploi qui correspond à mes compétences "


Mais cette minorité ne dispose malheureusement pas d'appuis médiatiques ,financiers aussi puissants pour pouvoir influer sur nos décideurs qui considèrent que leurs voix peuvent être baffouées et s'assoient ainsi sur le droit communautaire européen et le droit international. Elle ne dispose pas de l'appui de gouvernements étrangers qui pourtant font mieux que nous envers leur population autistes.

Elle ne dispose pas encore d'ong suffisament structurées et diversifiées pour faire entendre leur voix ( bien que ce point change puisqu'une nouvelle "faction" est en cours de création ) .

Les rapports alors s'accumulent dont le dernier de la cours des comptes plutôt sévère sur la prise en charge des adultes dont les trois derniers plans autisme oubliaient leur existence. Ainsi le quatrième plan autisme dont les contours et les arbitrages ne sont pas connus devrait normalement corriger ce tir.

Mais comme le disait alors Jacques Chirac " les programmes n'engagent que ceux qui les croient"



II Critiques

Youtubeuse critique, tatiana ventose critique alors dans sa vidéo "génération allez vous faire foutre" le discours de Barbara Lefebvre.

https://www.youtube.com/watch?v=UPvactG4VMk

Il est vraie que nos autorités soi disant compétentes n'ont pas brillés pour une bonne gestion des problèmes qu'elles devaient résoudre. Il est vraie aussi que les accusations envers les générations actuelles et leurs ainés qui les ont mis au monde peuvent être critiqués.

Mais pourtant, d'après moi ce qui s'est passé après mai 68 est l'une des causes nombreuses de l'exhacerbation du "moi,moi, je".

Je trouve que la critique de Tatiana Ventose manque de profondeur: quid de la construction européenne et de la perte de notre souveraineté nationale? Quid de l'influence du traité de masstricht?

Peux être un jour un débat entre Tatiana et Barbara Lefebvre pourrait permettre quelques avançées pour envisager des réformes à mettre en place auprès des générations futures?

Le sort en est jeté en tout cas comme disait César.

Pour un avenir serein, merci de votre lecture.


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.