Coopcycle
Fédération européenne de coopératives de livraison à vélo écologiques et socialement responsables.
Abonné·e de Mediapart

25 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 oct. 2018

Coopcycle
Fédération européenne de coopératives de livraison à vélo écologiques et socialement responsables.
Abonné·e de Mediapart

Traboulotte : les livreurs et livreuses à vélo à l'assaut de Lyon

Traboulotte, un collectif éthique de livreur.euse.s à vélo, s’est lancé lundi 1er octobre à l’assaut du marché lyonnais. Avec l’appui du logiciel de livraison Coopcycle, une dizaine de livreur.euses.s vont livrer les pizzas, burgers, tajines et plats véganes des premiers restaurateur.rices.s qui leur font confiance. Voici leur histoire.

Coopcycle
Fédération européenne de coopératives de livraison à vélo écologiques et socialement responsables.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les deux cofondatrices - Photo Pierre Gouyou Beauchamps © Pierre Gouyou Beauchamps

On compare souvent les livreurs.eu.ses à vélo aux canuts lyonnais, ces ouvriers des soieries qui se sont révoltés au XIXe siècle pour avoir de meilleures conditions de travail. L’histoire se répète aujourd’hui.

Alors que Foodora vient de mettre la clé sous la porte et que Deliveroo n’en finit plus de déprécier les conditions de travail, les livreurs.euses lyonnais.ses ont pris leur destin en main. Ils et elles lancent aujourd’hui une nouvelle coopérative de livraison : Traboulotte, contraction de "traboule", ces passages étroits qui se faufilent entre les cours d'immeubles lyonnais et "boulotter" qui signifie manger.  

Amélie l'une des co-fondatrices, a fait des études d'ingénieur. Mais pas question pour elle de passer sa vie derrière un bureau. Alors, en parallèle, elle s'inscrit chez Foodora où elle travaille pendant deux ans et demi. "A l'époque, l'ambiance était vraiment sympa. L'équipe organisait des pots, on était plutôt bien payés. Pas de quoi se plaindre". Au fil du temps, ses conditions de travail se dégradent. Amélie découvre alors CoopCycle "une sortie de secours". Avec Gaëlle, une amie qui travaille dans la restauration, elles décident en mars 2018 de lancer le projet Traboulotte. Tout s'accélère à la rentrée avec la chute de Foodora. "Sur notre groupe de messagerie Télégram où on compte 175 coursiers, les gens étaient très énervés et commençaient à parler de fonder une coopérative. Nous on avait déjà bien avancé. On a donc décidé de leur en parler et plein de gens se sont dits intéressé.e.s ". Aujourd’hui, 14 coursiers et coursières vont se mettre en selle pour livrer les premiers restos pilotes : la pizzeria Napolitain (dans le quartier des Brotteaux), deux établissements des Tontons Burgerle Palais des Tajines et le Café Vert qui propose des plats véganes.  

Toutefois, les restaurateurs.trices contactés par Amélie et son équipe restent encore très frileux.ses. “Ce n’est pas du tout facile de les convaincre. Ils attendent tous de voir nos premiers tests avant de s’engager. En revanche, des clients.e.s, on en manque pas. De ce côté là, il y a un réel enthousiasme !”

Aujourd'hui association de préfiguration, Traboulotte veut devenir au plus vite une coopérative " la seule solution pour sortir du système capitaliste" selon Amélie. Avant de renchérir : "Ce n'est pas un acte politique, c'est simplement à mon sens le seul modèle fiable pour une entreprise qui soit saine". La coopérative leur permettra d'offrir des conditions de travail décentes et surtout une assurance. Car Amélie se souvient encore avec douleur de son accident l'hiver dernier, lorsqu'elle livrait pour Foodora. "J'ai heurté une moto qui se trouvait à l'arrêt sur une piste cyclable. J'ai eu le coude fêlé et je n'ai pas pu travailler pendant un mois à cause des vibrations du guidon du vélo".

Coopcycle est fier d’accompagner le lancement de cette première coopérative locale, éthique et écologique dans la ville de Lyon. Pour les soutenir et pour faire partie de leurs premiers.e.s clients.e.s, rendez-vous sur leur page de réservation. Suivez-les sur leur compte Facebook leur compte Twitter et sur leur site internet. Si vous êtes un.e restaurateur.trice, n’hésitez pas à les contacter pour faire partie de l’aventure à l'adresse contact@traboulotte.fr.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal
UBS : quand Bercy se refuse à indemniser une lanceuse d’alerte
Sans Stéphanie Gibaud, il n’y aurait pas eu de scandale UBS. Alors que l’État a récupéré des milliards grâce à ses informations permettant de mettre fin à l’évasion fiscale de la banque suisse, le ministère des finances se refuse à l’indemniser. Le tribunal administratif lui a demandé de reconsidérer sa position. Bercy a fait appel.
par Martine Orange
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya

La sélection du Club

Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome