Traboulotte : les livreurs et livreuses à vélo à l'assaut de Lyon

Traboulotte, un collectif éthique de livreur.euse.s à vélo, s’est lancé lundi 1er octobre à l’assaut du marché lyonnais. Avec l’appui du logiciel de livraison Coopcycle, une dizaine de livreur.euses.s vont livrer les pizzas, burgers, tajines et plats véganes des premiers restaurateur.rices.s qui leur font confiance. Voici leur histoire.

Les deux cofondatrices - Photo Pierre Gouyou Beauchamps © Pierre Gouyou Beauchamps Les deux cofondatrices - Photo Pierre Gouyou Beauchamps © Pierre Gouyou Beauchamps

On compare souvent les livreurs.eu.ses à vélo aux canuts lyonnais, ces ouvriers des soieries qui se sont révoltés au XIXe siècle pour avoir de meilleures conditions de travail. L’histoire se répète aujourd’hui.

Alors que Foodora vient de mettre la clé sous la porte et que Deliveroo n’en finit plus de déprécier les conditions de travail, les livreurs.euses lyonnais.ses ont pris leur destin en main. Ils et elles lancent aujourd’hui une nouvelle coopérative de livraison : Traboulotte, contraction de "traboule", ces passages étroits qui se faufilent entre les cours d'immeubles lyonnais et "boulotter" qui signifie manger.  

Amélie l'une des co-fondatrices, a fait des études d'ingénieur. Mais pas question pour elle de passer sa vie derrière un bureau. Alors, en parallèle, elle s'inscrit chez Foodora où elle travaille pendant deux ans et demi. "A l'époque, l'ambiance était vraiment sympa. L'équipe organisait des pots, on était plutôt bien payés. Pas de quoi se plaindre". Au fil du temps, ses conditions de travail se dégradent. Amélie découvre alors CoopCycle "une sortie de secours". Avec Gaëlle, une amie qui travaille dans la restauration, elles décident en mars 2018 de lancer le projet Traboulotte. Tout s'accélère à la rentrée avec la chute de Foodora. "Sur notre groupe de messagerie Télégram où on compte 175 coursiers, les gens étaient très énervés et commençaient à parler de fonder une coopérative. Nous on avait déjà bien avancé. On a donc décidé de leur en parler et plein de gens se sont dits intéressé.e.s ". Aujourd’hui, 14 coursiers et coursières vont se mettre en selle pour livrer les premiers restos pilotes : la pizzeria Napolitain (dans le quartier des Brotteaux), deux établissements des Tontons Burgerle Palais des Tajines et le Café Vert qui propose des plats véganes.  

Toutefois, les restaurateurs.trices contactés par Amélie et son équipe restent encore très frileux.ses. “Ce n’est pas du tout facile de les convaincre. Ils attendent tous de voir nos premiers tests avant de s’engager. En revanche, des clients.e.s, on en manque pas. De ce côté là, il y a un réel enthousiasme !”

Aujourd'hui association de préfiguration, Traboulotte veut devenir au plus vite une coopérative " la seule solution pour sortir du système capitaliste" selon Amélie. Avant de renchérir : "Ce n'est pas un acte politique, c'est simplement à mon sens le seul modèle fiable pour une entreprise qui soit saine". La coopérative leur permettra d'offrir des conditions de travail décentes et surtout une assurance. Car Amélie se souvient encore avec douleur de son accident l'hiver dernier, lorsqu'elle livrait pour Foodora. "J'ai heurté une moto qui se trouvait à l'arrêt sur une piste cyclable. J'ai eu le coude fêlé et je n'ai pas pu travailler pendant un mois à cause des vibrations du guidon du vélo".

Coopcycle est fier d’accompagner le lancement de cette première coopérative locale, éthique et écologique dans la ville de Lyon. Pour les soutenir et pour faire partie de leurs premiers.e.s clients.e.s, rendez-vous sur leur page de réservationSuivez-les sur leur compte Facebook leur compte Twitter et sur leur site internet. Si vous êtes un.e restaurateur.trice, n’hésitez pas à les contacter pour faire partie de l’aventure à l'adresse contact@traboulotte.fr.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.