Coopcycle
Fédération européenne de coopératives de livraison à vélo écologiques et socialement responsables.
Abonné·e de Mediapart

25 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 déc. 2018

"Cela faisait trois ans que nous n'avions pas eu de congés payés !"

Le collectif de livreurs à vélo les Coursiers Bordelais vient de souffler sa première bougie. Ils sont aujourd'hui quatre personnes à travailler - presque - à plein temps pour l'association, en passe de devenir une coopérative. Une belle victoire pour une équipe soudée, constituée dans la foulée de la chute de Take It Easy. Voici leur histoire.

Coopcycle
Fédération européenne de coopératives de livraison à vélo écologiques et socialement responsables.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Août 2016 : la plateforme de livraison Take It Easy met la clé sous la porte. Un véritable électrochoc pour les livreur.euse.s de Bordeaux qui n'ont rien vu venir. Une quarantaine d'entre eux.elles rêvent alors de lancer leur propre centrale, sans réussir à concrétiser le projet. Parmi eux.elles, Arthur Hay, un coursier blacklisté par les plateformes à cause de son engagement à la CGT. Convaincu de la pertinence de l'idée, il décide de lancer les Coursiers Bordelais avec deux camarades : Théo Meltz et Arthur Petitjean.

Leur activité démarre en novembre 2017. En février 2018, ils achètent leurs deux premiers vélos cargo pour livrer des fleuristes, des cabinets d'avocats, d'architectes. Ils travaillent aussi pour des professions médicales : de la livraison d'analyses sanguines, au matériel paramédical du réseau de pharmaciens "Me Soigner", en passant par les prothèses dentaires ou encore de la glace carbonique pour des laboratoires de biotechnologies voire des hôtels de luxe. Ils travaillent également avec l'atelier de réparation de montres de la boutique Hermès ou encore livrent des fûts de bières pour divers évènements.

Les jours de marchés, ils s'occupaient du kiosque culture de la mairie de Bordeaux : la diffusion de flyers et d'informations sur les offres culturelles de la ville. "Hélas, la mairie a décidé de ne pas renouveler le contrat pour l'hiver, même si elle était satisfaite de nos services. On espère reprendre au printemps prochain". Un trou de 2400 euros dans leur budget qui a contraint l'équipe à se réorganiser. "Nous avions embauché Alexis Troudic, un étudiant, justement pour ce contrat. Nous avons donc décidé de mieux répartir nos heures afin que chacun puisse travailler assez longtemps". La perte temporaire du kiosque culture ne l'inquiète pas trop : chaque semaine, de nouvelles entreprises les contactent pour des devis. "Il y a un véritable engouement autour de la livraison à vélo. Même s'il existe d'autres boîtes, le marché est assez vaste et personne ne se marche dessus", explique Arthur Hay.

En octobre, les Coursiers Bordelais ont engrangé un chiffre d'affaire de 5600 euros pour 360 livraisons, sans compter la mairie. Ils viennent tout juste de prendre possession de leurs nouveaux locaux dans le Garage Moderne, un atelier associatif qui fourmille de bricoleur.euse.s en tout genre. "Nous avons plein d'idées pour collaborer avec les autres associations d'ici. Par exemple construire un vélo-ciné pour aller faire des projections en plein air ou dans les squats", se réjouit Arthur Hay. Ils viennent également de recevoir leur premier contrat de travail de la future coopérative, qui devrait être finalisée dans les prochaines semaines. "Nous réfléchissons beaucoup sur les statuts et la gouvernance au sein d'un incubateur d'innovation social ATIS. Toutes ces questions prennent du temps". Et surtout, sont ravis de leur nouveau statut de salariés. "cela faisait trois ans que nous n'avions pas eu de congés payés !"

Quant à la foodtech, le cœur du combat de CoopCycle, Arthur et ses camarades prévoient de s'y attaquer pour l'été 2019, avec l'embauche de quatre personnes à plein temps. Car les candidatures ne manquent pas. "Nous recevons deux ou trois demandes par semaine de livreur.euse.s qui veulent travailler ailleurs que chez Deliveroo. Certain.e.s sont jeunes et pas très qualifié.e.s et nous prennent pour une plateforme traditionnelle. On doit leur expliquer notre démarche, mais c'est positif car il faut leur faire prendre conscience des dérives du système actuel".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro
Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses