CoopCycle : une coopérative contre l'ubérisation

Coopcycle est un logiciel de plateforme logistique open source, avec une licence qui restreint son utilisation aux seules coopératives. Un bien commun numérique pour aider des organisations non lucratives à faire face aux mastodontes de la «foodtech» comme Deliveroo et consorts.

Coopcycle © Marc Estiot. Coopcycle © Marc Estiot.
Depuis quelques années, les plateformes de livraison de repas ont fleuri dans les grandes villes françaises. Leur stratégie : une croissance rapide et exponentielle pour occuper le marché, dans l’espoir d’obtenir le monopole et de racheter ses concurrents. Elles ont presque toutes un point commun : recourir à des livreurs auto-entrepreneurs pour assurer les livraisons. C’est ce que l’on nomme l’ubérisation : mettre en relation des consommateurs et des “prestataires indépendants” à travers une plateforme web. Ces “prestataires” ne sont pas salariés et fournissent une main d’oeuvre extrêmement flexible, peu chère et corvéable à merci. Mais ce modèle ultra précaire n'est pas une fatalité ! Avec Coopcycle, nous souhaitons donner une chance aux coursiers à vélo de se réapproprier leur outil de travail. 

Histoire de Coopcycle

L’idée a commencé à faire son chemin durant la mobilisation contre la Loi Travail en 2016, entre deux débats agités de Nuit Debout sur la place de la République. A l'époque, on cherche une idée pour passer de la résistance à l'offensive, pour offrir une alternative concrète aux problèmes de la précarisation et de l’ubérisation du travail. Sensibilisé aux difficultés des livreurs à vélo, Alexandre Segura, un développeur, créé de toute pièce une nouvelle plateforme, une sorte de clone des géants de la foodtech : Coopcycle. Son code en open source ne peut être utilisé que dans le cadre d'une coopérative ou organisation non lucrative appartenant à ses travailleurs.  Coocpcycle veut offrir une alternative concrète et viable aux coursiers qui veulent sortir de la précarité en constituant leur propre coopérative. Au-delà du seul cas des livreurs à vélo, il s’agit de créer un nouveau bien commun et de participer au développement d’une économie numérique pouvant bénéficier à tou.te.s. Nous espérons améliorer le quotidien de ces travailleurs, leur redonner espoir et leur ouvrir de nouvelles perspectives. La question qui se pose à nous est celle d'une réelle démocratie économique où l’exploitation ne serait pas la base de la production et où la liberté d’expression de chacun ne dépendra pas de son stock d’actions dans l’entreprise.

Enjeux à plus long terme

Coopcycle n'est qu'une première étape. Notre ambition est de créer un réseau de coopératives locales pour unir l'ensemble des secteurs qui, à plus ou moins long terme, risquent l'ubérisation. Certes, nous sommes réalistes et ne pensons pas renverser dès demain le monopole des mastondontes de la foodtech, qui tiennent le marché à coup de campagnes publicitaires, sans pour autant gagner de l'argent. Nous souhaitons faire réfléchir et participer à la remise en cause du système plus global des institutions macroéconomiques et de l’accès au capital. Nous rêvons d'instaurer une nouvelle donne économique pérenne, qui soit juste et équitable pour les travailleurs. 

Ce blog de Mediapart va nous servir de tribune pour exposer à la fois la réalité du quotidien des livreurs, l'évolution de Coopcycle, mais aussi des réflexions plus théoriques sur le travail et son avenir. 

Pour nous suivre, rendez-vous sur notre page Facebook, notre compte Twitter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.