Coopcycle
Fédération européenne de coopératives de livraison à vélo écologiques et socialement responsables.
Abonné·e de Mediapart

25 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 oct. 2017

Les coursiers belges privés de salaire

Suite à une modification de la loi belge encadrant les mini-jobs, Deliveroo ne salariera plus les coursiers via la SMart. Ils seront désormais payés à la tâche, comme en France depuis cet été.

Coopcycle
Fédération européenne de coopératives de livraison à vélo écologiques et socialement responsables.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En Belgique, on dit affectueusement « la SMart ». 
Le statut auto-entrepreneur n'existant pas dans le plat pays, les plateformes de livraison de repas ont en majeure partie recours à cette coopérative pour rémunérer leurs coursiers partenaires. 

La SMart, une « grande sœur » pour les coursiers belges
Lors de la faillite de la société Take Eat Easy, la SMart avait fait office de bouclier (ou de caisse de garantie des salaires), en assurant le versement des sommes dûes à hauteur de 400 000 €, grâce à un fonds de garantie mutualiste. Un cas exceptionnel en Europe, où coursiers et restaurateurs n'ont pas vu la couleur de l'argent des créances.

Nous avions rencontré Sarah Ledant, chargée de projet chez SMart, pendant notre séjour à Bruxelles, afin de mieux comprendre ce que la coopérative belge apportait aux coursiers en termes de protections supplémentaires. 

Sarah Ledant (SMart) et Kévin Poperl (CoopCycle)

La SMart a (ou plutôt, avait) négocié avec Deliveroo des conditions décentes pour les milliers de coursiers arpentant les rues : 9,49 € de l'heure, avec un minimum de 3 heures dès la première course effectuée, et le remboursement des frais professionnels (smartphone, entretien du vélo...). 
Et bien entendu, des protections sociales et des assurances en cas d'accident. 
Bien que les relations avec Deliveroo aient toujours été « cordiales », Sarah craignait qu'une nouvelle modification de la législation ne vienne compromettre ce deal.


C'est désormais chose faite : en s'appuyant sur la généralisation du régime des petites indemnités (RPI), Deliveroo ne salariera plus les coursiers via la SMart. La coopérative belge s'est immédiatement fendue d'un communiqué très combatif
Mais alors, pourquoi ce revirement, alors que la situation semblait idyllique ?

Faire du charme aux actionnaires

Deliveroo entre actuellement dans une phase de rationalisation de son activité, et les cas exceptionnels de tarification horaire comme celui de la SMart ou ceux qui avaient encore cours jusqu'au mois d'août en France sont pour le moins gênants. 
Après avoir levé plus de 650 millions d'euros en 5 ans, la société doit désormais réduire ses coûts en vue d'une entrée en bourse d'ici quelques années. On ne dilapide pas comme ça l'argent des sociétés de capitaux pour payer des salaires...
Will Shu, le PDG de la société, a expliqué qu'offrir des conditions décentes aux livreurs (un revenu minimum, des congés payés et des arrêts maladie) augmenterait probablement le prix de la course d'un euro. Dans le même temps, ce dernier s'octroyait une augmentation de salaire de 22.5%. 
Éviter à tout prix d'être un employeur
En France, Deliveroo refuse catégoriquement d'avoir recours à des coopératives d'activité et d'emploi comme Coopaname
Faites le test : inscrivez-vous chez Deliveroo, et demandez à être salarié via une CAE. Vous pourrez toujours courir, à défaut de pédaler. 
La SMart, en imposant des règles et un salaire à la qualification, transformait de fait la plateforme de livraison en employeur. En se débarrassant de la coopérative belge, Deliveroo peut enfin décider unilatéralement des conditions de travail et de la rémunération. 


Pour conclure, comme le montre le nouvel épisode belge, les « plateformes collaboratives » n'ont fini pas de se payer tout le système social occidental, en plus d'une main d'œuvre extrêmement flexible. Une armée de travailleurs-mercenaires, artificiellement heureux de leur sort, suffisamment satisfaits pour servir de modèle positif à une cohorte de lobbyistes œuvrant à la dérégulation du travail.



Sandrino Graceffa, administrateur délégué de SMart, que nous avions invité lors de notre conférence « Impasse de l'ubérisation : quelles solutions ? », s'est exprimé ce jeudi 26 octobre à 10H30 lors d'une conférence de presse
∙ Pour en savoir plus sur la stratégie de Deliveroo, lire cet article du site Corporate Watch (en anglais). 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire
Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro
Billet de blog
Aujourd'hui les enfants handicapés, et qui demain ?
Comment résister au dégoût qu'inspire la dernière sortie en date de Zemmour concernant les enfants handicapés ? Réaliser exactement où nous en sommes d'un point de basculement collectif.
par Loïc Céry