Coopcycle
Fédération européenne de coopératives de livraison à vélo écologiques et socialement responsables.
Abonné·e de Mediapart

25 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 oct. 2018

CoopCycle : une licence pour valoriser le travail des communs

En avril dernier, nous nous demandions comment protéger le logiciel CoopCycle de la prédation capitaliste. Aujourd’hui, nous revenons avec la réponse : une licence proche des licences libres, à ceci près qu’elle conditionne l’usage commercial du logiciel au respect de la protection sociale et des conditions de travail des livreur.euse.s. On vous explique tout ça !

Coopcycle
Fédération européenne de coopératives de livraison à vélo écologiques et socialement responsables.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La révolution numérique et le retour des communs

La révolution numérique est à l’origine de deux phénomènes : d’une part, l’avènement de l’économie de plateformes ; et de l’autre, le retour des communs.

L’économie de plateformes consiste pour un intermédiaire – la plateforme – à mettre en relation acheteur.euse et vendeur.euse. Particulièrement développée dans le secteur de la livraison de repas à domicile, ce modèle repose sur le recours à des livreurs.se.s sous statut d’auto-entrepreneur.euse.s, à la protection sociale minime.

Quant aux communs, il s’agit de ressources détenues collectivement par une communauté qui en fixe les règles de gouvernance, autour de la notion-clé de « faisceau de droits » : la propriété du commun n’est pas un droit unique, mais un faisceau de droits distribués entre les membres de la communauté. Cette notion séculaire été réactualisée par l'économiste Elinor Ostrom dans les années 90, qui s’est d’abord intéressée aux ressources naturelles, puis a développé une réflexion sur les ressources numériques et informationnelles

Le mouvement des communs a connu un vif regain d’intérêt grâce au succès de projets tels que Linux ou Wikipédia ; toutefois ces projets doivent faire face à des critiques, car ils n’ont pas permis le développement d’une économie des communs - nous y reviendrons. Au contraire, ils sont autant d’exemples de l’appropriation des communs par l’économie capitaliste.

Comment protéger un commun numérique de la prédation capitaliste ?

Dans le cas de CoopCycle, si le logiciel est bien conçu comme un commun, cela n’est pas une fin en soi, mais un moyen de parvenir au développement et au maintien de conditions de travail décentes pour les livreurs.euse.s.

En ce sens, placer le logiciel sous une licence libre ou open-source aurait été à l’encontre de cet objectif, qui est au fondement même du projet. En effet, nous ne souhaitons (évidemment!) pas qu’il soit utilisé par une entreprise capitaliste employant des auto-entrepreneur.euse.s.

Le projet CoopCycle a donc beaucoup à apprendre des initiatives que sont Wikipédia et Linux, mais se refuse d’autoriser une réappropriation de la valeur créée par les acteur.rice.s de l’économie traditionnelle, qui font peu de cas de la situation des livreur.euse.s. Contrairement à la liberté totale d’utilisation, à la base de la philosophie libriste, nous souhaitons restreindre l’utilisation du logiciel.

De ce fait, il a été envisagé de le protéger par une licence à réciprocité, qui subordonne l’octroi des 4 libertés traditionnelles des licences libres – étude, modification, copie et redistribution – au respect de certaines conditions devant permettre la valorisation du commun et le développement d’une économie des communs, que nous allons à présent détailler.

La réponse

Or à l’heure actuelle, les licences à réciprocité – dites également licences copyfarleft – ne sont pas satisfaisantes d’un point de vue juridique, comme a pu l’exposer Lionel Maurel, juriste particulièrement intéressé par la question des communs, dans l’un de ses billets, car elles constituent plutôt des prises de positions politiques que des outils juridiques efficaces et facilement insérables et opposables dans le système juridico-légal actuel.

C’est pourquoi, nous avons fait le choix de rédiger notre propre licence, dont l’objectif est d’encourager la contribution au commun que constitue le logiciel tout en le préservant d’un usage qui serait en contradiction avec notre objectif de protection sociale des livreurs.euse.s, mais aussi de gouvernance réellement démocratique, permise par l’organisation de la communauté en coopératives. En d’autres termes, il fallait rédiger une licence ouverte qui réserve l’usage commercial du logiciel aux structures coopérativistes. Nous avons donc cherché à reprendre des critères préexistants et dotés d’une force juridique suffisante.

Concernant l’usage commercial, nous nous sommes référé.e.s à un accord conclu entre la SACEM et la fondation Creative Commons (comme quoi la SACEM est parfois utile), tandis que pour définir les structures autorisées nous nous sommes basé.e.s sur la loi relative à l’économie sociale et solidaire de 2014.

Les clauses issues de ces recherches ont ensuite été incorporées à une licence s'inspirant de celle d'Affero General Public Licence, car celle-ci présente l’avantage – indispensable dans notre cas – de faire peser une obligation de partage à l’identique des versions modifiées du logiciel dès lors que celui-ci est distribué, mais également utilisé dans le cadre d’une prestation de service (Software as a Service).

Le résultat en est donc une licence autorisant l’étude, la modification, la copie et la redistribution à tous, mais réservant l’usage commercial de ces libertés aux seuls acteur.rice.s des communs poursuivant un but autre que le partage des bénéfices.

Cette condition est nécessaire d’une part à la naissance d’un écosystème des communs informationnels, ; mais surtout au développement et à la pérennisation d’une alternative économique aux plateformes de livraison à domicile.

Le texte de la licence est disponible sur le wiki de CoopCycle

N.B. : la licence actuelle est le fruit d’un travail de fin d’étude, donc limité dans le temps, et ne constitue donc qu’une étape de la réflexion, à laquelle vous êtes invité.e. à vous joindre si le sujet vous intéresse. Une version 2.0 est déjà en cours d’élaboration.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.