Coordination inter-asso IEF
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juin 2021

Coordination inter-asso IEF
Abonné·e de Mediapart

Retour du régime d'interdiction de l'instruction en famille : la colère des familles

L'article 21, qui avait été supprimé par le Sénat en première lecture, vient d'être rétabli par la Commission spéciale de l'Assemblée nationale. L’Éducation nationale n’a pas vocation à être censeur ni des convictions ni des choix éducatifs et pédagogiques des parents pour leur accorder ou refuser certains droits !

Coordination inter-asso IEF
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce 9 juin, en Commission spéciale, l'article 21 – relatif à la mise en place d'un régime d'interdiction de l'instruction en famille sauf dérogation – a été rétabli dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République et de lutte contre le séparatisme (1).
Un vote discipliné, mécanique, de députés principalement issus de la majorité présidentielle et du Modem qui se félicitent en chœur de l'« équilibre de la mesure ».
Le travail du Sénat – qui avait supprimé l'article 21 en première lecture – a été balayé d'un revers de manche. Malgré la qualité de l’argumentation de leurs défenseurs, tous les amendements ne provenant pas de la majorité ont systématiquement été rejetés.
Peu importe qu'une telle atteinte à la liberté d’enseignement soit injustifiée et disproportionnée (2). Plusieurs députés membres de l'opposition ont souligné une dangereuse dérive totalitaire du gouvernement qui consiste à « tenter d'aller voir jusqu'où on peut aller dans la restriction des libertés ».
Peu importe l'injustice faite aux familles instruisant leurs enfants qui s'efforcent pourtant depuis des mois de rétablir la vérité face aux calomnies et aux mensonges.
Peu importe la réalité des chiffres. Monsieur Blanquer refuse de rendre publics les rapports de la Direction générale de l'enseignement scolaire relatifs à l'instruction en famille que les parlementaires et nous lui demandons depuis des mois.
L'objectif du gouvernement, qui figure noir sur blanc dans l'étude d'impact, reste d'imposer la scolarisation à 29 000 enfants actuellement instruits en famille, soit deux tiers des 45 000 enfants instruits en famille !

Mise sous tutelle de l'instruction en famille


La rapporteure, Madame Brugnera, précise que la manière dont l'article 21 sera appliquée sera définie dans un décret d’application. Les députés ayant voté en faveur du rétablissement de l’article 21 viennent donc de signer un chèque en blanc à Monsieur Blanquer, lui qui assume vouloir rendre « l’instruction à domicile [...] tout à fait exceptionnelle […] [en mettant] en place un régime d'autorisation de scolarisation à domicile, et non plus une simple déclaration » (France Info, le 9 décembre 2020).
C'est à l’arbitraire administratif des services de l'Éducation nationale – chargés de « trier » les enfants pouvant être instruits en famille et ceux qui ne le pourront pas – que ces députés viennent de nous livrer.
L'expérience des familles montre qu'il est illusoire de croire que même les enfants porteurs de handicap, avec des particularités, harcelés ou souffrant de phobie scolaire pourront nécessairement être autorisés à être instruits en famille (3). Quant à tous ceux qui ne rentreront pas dans les cases, l'insécurité est totale.
Les conséquences de ce régime d’interdiction sauf dérogation seront dramatiques : stigmatisation des enfants, séparation des fratries, discriminations, impossibilité d’organiser la vie de famille et la carrière professionnelle des parents, multiplication des contentieux. Le fait qu'une absence de réponse vaudrait autorisation tacite ne résout rien et expose les familles à une grande insécurité : l'administration aura plusieurs mois pour se rétracter et les inscriptions dans certains établissements se font plusieurs mois voire années à l'avance ! (4)

Faire cesser la politique de la défiance et de la suspicion a priori vis-à-vis des familles


Aucun chiffre ne justifie l’amalgame entre instruction en famille et repli communautaire (5).
Les contrôles concluent au respect du droit à l'instruction des enfants instruits en famille dans plus de 98 % des cas.
Les résultats de la recherche montrent que les motivations des familles ne sont pas anti-républicaines mais simplement en faveur de l'épanouissement de leurs enfants (6).
La coercition n'est pas de nature à rétablir la confiance, elle est au contraire un aveu d'échec cinglant de la politique éducative de ces dernières années (7).
Légiférer requiert nécessité, proportionnalité et justification, trois conditions qui n'apparaissent nulle part avec les dispositions du projet de loi relatives à l'éducation qui n'ont pas leur place dans ce projet de loi sur le séparatisme (articles 21 à 24).
Nous appelons les députés de tous les partis à se mobiliser lors de la séance plénière de l'Assemblée nationale : la diversité éducative est indispensable pour préserver le pluralisme inhérent à la société démocratique.
L’Éducation nationale n’a pas vocation à être censeur ni des convictions ni des choix éducatifs et pédagogiques des parents pour leur accorder ou refuser certains droits !


Les associations et collectifs :
 LED'A, LAIA, UNIE, FELICIA, EELM, Liberté Éducation
______
Notes et références :
1- L'article 21 pose le principe de la scolarisation obligatoire et organise l’interdiction de l’instruction en famille par choix pédagogique. Il est prévu qu'instruire ses enfants ne sera désormais plus possible que sur autorisation, seulement en cas d'impossibilité de scolarisation (trois premiers critères) et à la discrétion de l’administration (quatrième critère, "situation propre à l'enfant sous réserve) ( https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/4078/CSPRINCREP/421.pdf )
2- https://droit-instruction.org/2021/06/01/instruction-en-famille-lincomprehensible-revirement-du-conseil-detat-enfin-documente/
3- https://droit-instruction.org/wp-content/uploads/2021/05/CQP_RealiteCNED_CMP.pdf
4- https://www.liberteeducation.com/le-regime-dautorisation-serait-un-veritable-parcours-du-combattant/
5- https://blogs.mediapart.fr/coordination-inter-asso-ief/blog/090221/inutile-et-injustifie-l-article-21-doit-etre-supprime
6- http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2021/02/09022021Article637484497483950639.aspx
7- https://www.lefigaro.fr/vox/societe/pour-retablir-la-confiance-en-l-ecole-defendons-l-instruction-familiale-20210604

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif