"Comprendre qu’autorité et État ne font qu’un" (avec Pierre Clastres)

Loin d’être une société où la raison serait secondaire, les Indiens de la forêt tropicale se sont unis en s’imposant les limites nécessaires pour que leur société et l’humanité afférente puissent perdurer : contre l‘autorité. Et si les Guayaki étaient ceux qui nous montraient le chemin pour comprendre notre société et la rendre enfin décente ?

Je vous propose ce sujet très intéressant....

"Élève de Lévi-Strauss – avec lequel il finira par prendre ses distances – Pierre Clastres est connu pour sa Chronique des Indiens guayaki en 1972, et de nombreux articles – le plus populaire étant certainement « La société contre l’État », dernier chapitre du recueil d’articles éponyme publié en 1974. Toutes les citations de cet article sont extraites de cette compilation. Son travail est le fruit d’une grande érudition et d’une compréhension fine des modalités autour desquelles s’organisent les sociétés américaines sans État, chez lesquelles il a séjourné dans plusieurs cas de figure. Pour avoir passé deux années d’immersion dans la forêt tropicale paraguayenne avec ses membres, la société guayaki, aujourd’hui disparue, est certainement celle qu’il connait le mieux. Son étude a été rendue possible uniquement parce que les Guayaki n’étaient déjà plus nomades, mais installés sur le terrain d’un paysan paraguayen, ancien chasseur de Guayaki, qui avait promis de les protéger (en échange de femmes, de gloire, d’un salaire de l’administration paraguayenne pour l’administration de cette “réserve” et de denrées alimentaires qu’il se mettra très rapidement à faire fructifier) des raids des autres Beeru (Blancs), venus tirer profit de l’exploitation de la forêt et de ses habitants."

(...)

Lire l'article complet sur le site "Le Comptoir" en cliquant ici !

Partage FB Partage FB

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.