corinneguyonnet
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 juin 2021

Lettre ouverte à Parcoursup, système déshumanisé et déshumanisant

En tant que parent, je souhaite vous faire part de mon indignation face à votre système Parcousup. Votre plateforme décourage, broie, casse des jeunes et les laissent au bord du chemin. Je m’élève contre ce système et j’invite tous les parents à le faire afin d’être entendu.es et que cesse cette exclusion et déshumanisation.

corinneguyonnet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En tant que parent, je souhaite vous faire part de mon indignation face à votre système Parcousup.

Mon fils, âgé de 21 ans, a quitté depuis quelques années le lycée (baccalauréat obtenu en 2017). Après quelques errements dans son orientation, il souhaite aujourd’hui devenir infirmier. C’est un choix muri.

L’année dernière, il avait déjà souhaité s’inscrire mais ça n’a pas été possible, au vu de la rigidité du système. Lorsque j' ai écrit à la plateforme parcoursup, ils m'ont répondu « qu’il attende l’année suivante pour se réinscrire ».

Entre-temps, il n’est pas resté sans rien faire. Il a travaillé comme sentinelle Covid en tant qu’agent des services hospitaliers, dans un hôpital ; puis comme faisant fonction d’aide-soignant dans un EHPAD. Ce parcours l’a conforté dans son vœu de devenir infirmier. Il se réinscrit donc sur Parcoursup, avec un maximum de vœux pour des IFSI, étant prêt à partir et à maximiser ses chances dans d’autres villes.

Résultat, pour tous ses vœux, il se trouve loin sur toutes les listes d’attente. Manifestement, sa lettre de motivation n’a pas été lue et c’est encore ses notes de première et terminale, ainsi que son bac, en l’occurrence un bac économique et sociale qui ont conditionné son classement.

Vous n’êtes pas sans savoir que l’intelligence artificielle comporte des biais. Il  fait l’impasse des possibilités d’évolution des jeunes et ne prend pas en compte la motivation des jeunes qui est pourtant un critère essentiel de réussite.

La lettre de motivation n’est pas lue et leurre les jeunes de s’inscrire dans un projet d’étude personnel. Ils ne sont au final qu’un pion défini par des notes et un bac sur l’échiquier de la plateforme Parcoursup.

Le système ne tient pas compte ni du parcours du jeune, ni de ses compétences et savoir être, ni de ses motivations, alors que le métier d’infirmier requiert des qualités et des compétences fondamentales. Ce ne sont pas les notes qui définissent un individu. S’il persiste à attendre encore une année pour tenter à nouveau sa chance, il sera broyé par le même système qui s’arrêtera à des notes et un « ce n’est pas le bon baccalauréat » et sera définitivement puni de n’avoir pas suffisamment travaillé durant sa scolarité ou de n’avoir pas choisi les bonnes options ou le bon bac.

Il est temps que les critères d’admission soient réévalués pour permettre aux jeunes de se réaliser professionnellement. Comment peut-on parler d’éducation alors que le système de sélection est tronqué ? Comment l’éducation nationale dont la mission est de permettre de former, d’accompagner des jeunes dans leur parcours d’études professionnelles, peut-elle cautionner ce système de sélection injuste et pourvoyeur d’exclusion ? Comment oser ensuite parler de pédagogie différentielle et inclusive au sein de votre institution. Il est grand temps de réformer le système éducatif pour qu’il devienne intégratif et respectueux des individus.

Il est regrettable que l’ancienne formule de sélection des infirmiers.ères par un jury (psychologue, cadre de santé, formatrice IFSI) soit substituée par un procédé qui ne tient aucun compte du parcours, des compétences psycho sociales et des motivations des jeunes.

Une confiance aveugle est mise dans l’intelligence artificielle alors qu’il a été démontré que la dite « intelligence artificielle » comporte des biais qui vont exacerber des inégalités de traitement au détriment des jeunes et de leurs projets. Quelle place est accordée aux jeunes qui ont décrochés scolairement et qui veulent se remotiver ? A la roulette Russe, il y a beaucoup de perdants…

Votre plateforme décourage, broie, casse des jeunes et les laissent au bord du chemin. Je m’élève contre ce système et j’invite tous les parents à le faire afin d’être entendu.es et que cesse cette exclusion et déshumanisation.

Quel gâchis !

Parcousup est un système déshumanisé et déshumanisant

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par C’est Nabum