CorinnePerpinya
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 févr. 2014

Axel Belliard, tête de liste de "Place aux Perpignanais(es)

CorinnePerpinya
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’annonce de ma candidature à la mairie de Perpignan, ainsi que la présence deJacqueline Amiel- Donat sur notre liste « Place aux Perpignanais(es) ! » a suscité bon nombre de réactions, ce qui démontre que notre présence est plus que jamais indispensable pour proposer une véritable alternative aux politiques libérales et/ou clientélistes des autres candidats.

Il n’y avait qu’à regarder hier le débat réunissant Louis AliotJean-Marc PujolClotilde RipoullJean Codognès et Jacques Cresta pour réaliser – si ce n’était déjà fait – qu’ils sont finalement tous sur la même ligne, se bornant à discuter mollement du nombre de policiers municipaux ou de places de parking qu’il faudrait rajouter dans notre ville… Je rappelle qu’un Perpignanais sur trois vit sous le seuil de pauvreté, que près de 70% des jeunes ne trouvent pas d’emploi stable et donc d’aucunes réelles perspectives, que notre ville est la plus endettée de France alors que les services publics y sont pourtant très insuffisants… Plus que jamais, il est nécessaire qu’une liste portant les réelles valeurs de gauche, indépendante des petits arrangements entre politiciens, s’exprime et agisse dans l’intérêt de toutes les Perpignanaises et de tous les Perpignanais.

Cette nécessité s’exprime avant tout par les très nombreux messages d’encouragement que nous recevons, ce alors que nous ne bénéficions du soutien d’aucun grand parti politique. Cependant, nous faisons aussi l’objet d’attaques mesquines auxquelles je souhaite répondre aujourd’hui.

Jacques Cresta. Monsieur, il est indigne de vous attaquer à la « famille Amiel-Donat ». Que vous contestiez les choix politiques de Jacqueline Amiel-Donat ou d’Olivier Amiel est votre droit. Chacun est libre de ses opinions et Jacqueline Amiel-Donat comme Olivier Amiel le prouvent en se retrouvant adversaires pour cette élection municipale. Alors vous attaquer à leur famille… Par de tels propos sortis du caniveau, vous confirmez aux Perpignanaises et aux Perpignanais que vous n’êtes en rien à la hauteur de briguer la moindre responsabilité publique. Mais chacun le savait déjà au vu de votre pitoyable bilan en tant que député aux ordres du gouvernement.

Philippe Galano (n°3 sur la liste pro Hollande de Jacques Cresta). Vous êtes militant CGT et vous roulez pour un député qui a voté contre l’amnistie des syndicalistes. Vous avez défilé récemment contre la réforme des retraites et aujourd’hui derrière celui qui l’a voté. Je pourrais multiplier les exemples de vos positions politiques à géométrie variable. Ne venez pas nous reprocher de semer la confusion.

Louis Aliot. Ne trompez pas les électeurs. Nous n’incarnons en rien le système UMPS que vous dénoncez. Sinon, nous serions bien au chaud sur les listes de MM. PujolCresta ouCodognès, ou sur nos canapés à regarder « Plus belle la vie »…

A ceux qui affirment que nous nous engagerions dans le seul but de récupérer des places.Jacqueline Amiel-Donat comme moi nous présentons au suffrage des Perpignanaises et des Perpignanais, en opposition aux décisions politiciennes prises depuis Paris, Montpellier ou Elne, qui n’ont d’autre résultat que de sacrifier Perpignan sur l’autel de quelques intérêts personnels. Nous sommes des têtes dures, indépendantes, seulement portées par l’absolue nécessité de répondre à l’urgence sociale perpignanaise. On ne nous achète pas. On ne nous soumet pas ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par Fred Sochard