CorinnePerpinya
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 oct. 2015

Oh un écureuil !

CorinnePerpinya
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On nous prend encore bien pour des quiches… Cette "polémique" sur ce Des Paroles et Des actes qui invite la fille Le Pen "pour la 5ème fois en 36 émissions" (ce qui veut quand même dire qu'il en reste 31 sans elle…) est d'un grotesque hallucinant. 

Soit on interdit le FN soit on lui applique les mêmes règles que les autres. Point barre. Faire tout ce ramdam juste autour de ça, c'est vraiment nous prendre pour des abrutis.

Pourtant il y a bien scandale dans cette affaire. Le premier est, qu'une fois de plus, elle fixe les règles. Sur les invités et le rythme de l'émission http://www.europe1.fr/politique/marine-le-pen-scandalisee-de-la-discourtoisie-de-france-2-2534023. Et France 2 s'est bien empressée d'y répondre ! 

Le deuxième, et à mes yeux le plus grave, est qu'elle va, encore, se retrouver face à des animateurs dont l'incompétence est devenue un cas d'école. Ne préparant JAMAIS de contre-argumentaire, alors que pourtant, elle débite TOUJOURS les mêmes mensonges et inexactitudes, ils la laisseront, pépère, vomir sa haine de tous. Ce qui veut dire que nous ne pouvons pas compter sur les animateurs (tu noteras que je ne prends pas le risque de les appeller "journalistes" tant ils sont une honte pour cette belle profession). Nous aurons droit, comme à chaque fois, aux commentaires ineptes à propos des phrases ineptes de cette classe politique inepte. Aucun intérêt. 

Alors que le racisme gangrène ce pays depuis quelques années maintenant, il est clair que ce sera un des sujets phare de cette émission. Et là, on sait, que le nauséabond va être le fil rouge. 

Il n'est pas possible que France 2 fasse l'impasse là-dessus. Et pourtant on peut d'ors et déja affirmer qu'il ne faudra pas compter sur cette tanche de Pujadas pour démonter toutes les conneries de la fille Le Pen. Nathalie Saint-Cricq va nous faire pleurer dans les chaumières avec ses portraits ridicules. Puis viendront les invités politiques. Arrivera alors la surenchère, le débat de cour de récré, le vide intersidérale de la politique. De ce que j'en lis, seront invités aussi, ces deux concurrents à la région Nord- Pas De Calais. Tu peux me dire qu'est-ce que j'en ai à foutre moi ici à Perpignan ??? Je t'aide. RIEN. Ce débat a sa place sur France3 régions.

Il existe nombre de personnes qui travaillent sur le FN depuis des années. Des chercheurs, des sociologues, des vrais journalistes qui ont étudiés et observés le programme, l'electorat, les adhérents de ce parti de la honte. Vas-tu les voir chez l'incapable Pujadas ? NOT AT ALL !!! 

Alors, avec la chance qu'on a, la semaine prochaine, France 2 te pondrera une autre émission de merde sur la montée du FN, avec la récurrente question : MAIS COMMENT C'EST POSSIBLE ??? Et bien sûr jamais tu ne les entendras te dire : le FN monte parce que ce gouvernement fait une politique pourrie, parce que Philippot passe plus de temps dans les médias que chez lui, parce que nous sommes infoutus de mettre des interlocuteurs compétents qui bouzilleraient l'argumentation de la fille Le Pen en deux temps trois mouvements, parce que nous sommes là pour servir la soupe et parce que nous sommes des animateurs qui, depuis trop longtemps, crachons sur la déontologie de notre ancien métier de journalistes. 

Ce soir, la fille Le Pen te dira encore que le FN est le 1er parti de France. Et tu ne trouveras personne en face d'elle pour lui dire que l'incroyable bullshit. Si en plus de ça, le sondage de fin d'émission est fait par l'IFOP (institut Damien Philippot, le frère de l'autre) ben on aura atteint les sommets du foutage de gueule. 

Face à cette insulte qui nous est faite, il n'y a qu'une seule réponse. Regarder Médiapart ce soir. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique