Les conjugaisons du pouvoir!

L’affaire des fadettes et quand même formidable, pris en flagrant délit de violation de la loi, l’UMP entonne le refrain habituel de la diversion autour de la rengaine, «le méchant fonctionnaire qui a violé le secret de l’instruction, c’est cela l’intolérable!».

L’affaire des fadettes et quand même formidable, pris en flagrant délit de violation de la loi, l’UMP entonne le refrain habituel de la diversion autour de la rengaine, «le méchant fonctionnaire qui a violé le secret de l’instruction, c’est cela l’intolérable!». Bien évidemment le fait que le Figaro publie un fac-similé tronqué du PV d’audition de Claire Thibout quelques heures après son audition n’interpelle pas ces mêmes ministres, mais d’où vient donc cette violation du secret de l’instruction faute si grave qu’elle nécessite la mobilisation des moyens de l’Etat habituellement réservé à la défense nationale, que fait la police ? Ou alors la violation du secret de l’instruction n’est acceptable que si elle provient du Château et du cabinet de Mr Gueant ? Ils utilisent aussi l’argument de cour d’école disant « c’est pas moi qu’a commencé c’est l’autre », tentant d’excuser leurs turpitudes par les délits d’un pouvoir dont le responsable est mort depuis prés de 15 ans maintenant. On joue sur les mots en faisant des diversions sémantiques démentant le terme « écoutes » en invoquant de simples repérages …, diversion, le Monde n’a jamais parlé d’écoute. Et quand bien même ? Ou est la différence de fond ? On essaie d’assimiler aussi la diffusion des enregistrements Bettencourt avec des écoutes d’Etat faite par des services secrets hors de toutes règles légales. Hors ces enregistrement privés ont été reconnus comme recevables par la cour d’appel, le journal les ayant diffusé ne les a pas initiés mais simplement reçu. Il faut remarquer qu’une affaire récente d’écoute, cette fois ci initiée par la presse avec l’appui des services de police a défrayé la chronique en Grande-Bretagne mettant en grande difficulté le gouvernement de Mr Cameron. Allons-nous, en France, tolérer des atteintes si graves à notre démocratie ? En gobant ces éléments de langage, ces écrans de fumée, ces relativismes et amalgames scandaleux qui ne trompent que les naïfs, nous sommes complices. Ceux qui acceptent et diffusent ses arguments fallacieux justifiant l’injustifiable sans les critiquer souhaitent au fond l’instauration d’un Etat policier, d’un état fasciste !! Ne nous y trompons pas cela ne dérangerait pas de nombreux Français. Bref oui nous avons touché ici l’inacceptable et devons exiger des sanctions !! Sinon cela voudra dire que nous acceptons petit à petit la dérive de notre pays vers la dictature !Repérons, Mentons, Volons, Abusons, Controlons, Expulsons, Emprisonnons, Limogeons, Intimidons ... En cette rentrée scolaire elle est belle la liste des conjugaisons du pouvoir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.