Joël Beaugendre , enfin libre !

Le 05 Août dernier , je vous faisais part de mon courroux : un homme Joël Beaugendre , maire de  Capesterre Belle-Eau , vice-président de communauté d'agglomération , conseiller régional, ancien député  et médecin émérite se retrouvait embourbé dans une sombre affaire d' enrobés à froids !

Malmené depuis le 12 juin par une justice implacable aux relents du purin colonialiste  , cet homme est enfin LIBRE depuis le mercredi 10 septembre 17h

LIBRE et non plus entravé comme il était ce vendredi 05 septembre en arrivant au tribunal de Basse-Terre , titubant , chancelant , les doublures-poche retournées , blanc comme un linge ! Une vision tellement insoutenable que les quelques témoins présents en sont restés muets , que les caméras présentes en sont restés aveugles . Ne voulant montrer un homme attaqué  dans sa dignité .

LIBRE  et non plus contraint  à l'isolement dans une cellule miteuse de 6 mètres carrés . Avec comme seul refuge sa liberté de pensée , don inaliénable d'une nature humaine pourtant dite faible !

LIBRE et non plus bafoué dans son honneur , tel qu'il le fut le jeudi 03 juillet , où l'on discuta essentiellement de l'article 144 du code de procédure pénale ayant trait à la mise en détention de Joël Beaugendre  . Ce jour là , de nombreux motifs de nullité furent évoqués , tous autant pertinents les uns que les autres : mandat de dépôt incomplet ( signatures omises ) , état de santé dégradé du prévenu, non enrichissement personnel du même et bien sûr comparaison d'avec d'autres affaires ayant les mêmes chefs d'accusation , puisque "Juger , c'est comparer" selon le mot de Maître  Marcel Manville , cité par Maître Démocrite . Cependant , ce jour là , TOUT fut vain . Les effets de manche , la faconde , l'éloquence , la rhétorique au sens aristotélicien , la dialectique menée par ces deux techniciens du droit que sont Maître Démocrite et Maître Morice , les deux ayant usé de toutes les ressources du discours pour imprégner et infléchir à la clémence et à la raison les esprits , RIEN n'y  fit . Pourtant tout aurait pu mieux se dérouler , dès les premières minutes le président de la cour d'appel , rassure Joël Beaugendre , de sa neutralité donc de sa santé de jugement , nous sommes dans le contexte des suites de la garde à vue de l'ex-président de la république , le syndicat de la magistrature a été passé au grill , la veille ou l'avant -veille . ( Certains mis en examen se sont plaint à heure de grande écoute d'un certain harcèlement de la justice  à leur égard , n'ayant mangé qu'une pizza dans la journée , ayant été bloqué 20 minutes dans un ascenseur ...Que diantre !) Mais , comme on le dit chez moi, la deveine étant une femme folle ! C'est le circuit argumentatif quelque peu décharné de l'avocat général qui fut ce jour là écouté . Très souvent , il est resté dans l'évocation des faits imputés à Joël Beaugendre , tant et si bien , que le président du tribunal lui rappela qu'il n'était là que pour juger et savoir si la détention était utile à ce niveau de l'instruction . Joël Beaugendre n'étant à l'heure où j'écris , condamné d'aucune sorte  , dans cette affaire des enrobés à froids . Ce jour là, c'est le réquisitoire  médiocre de l'avocat général qui fit force d'exécution obscurcissant davantage la destinée  de Joël Beaugendre qui manu militari regagna sa cellule. Ce sont des pleurs d'incompréhension et des visages interloqués qui s'abattirent sur sa famille , ses amis , les capesterriens d'une manière générale ! Une population qui au mois de mars seulement l'avait porté à la tête de leur cité , se découvrait orpheline  et désemparée . Leur médecin , leur maire , leur frère , leur ami....Un père , un époux , un grand-père ...à la santé chancelante était relégué aux oubliettes des geôles françaises . La population capesterrienne recevait une fin de non recevoir de la justice , eux qui croyaient dur comme fer à la justice impartiale et objective se retrouvait face à une justice castratrice et frappé d'autisme en même temps qu'elle frappait d'ostracisme le PREMIER de la commune.

LIBRE et non plus villipendé par une certaine presse dont le nom tient en trois lettres qui n'hésita pas à titrer " Joël Beaugendre est-il déjà politiquement mort? ", cet article n'étant qu'un radotage d'idées assez insignifiantes et faciles à mémoriser pour lecteur dépourvu d'esprit critique .

Aujourd'hui, Joël Beaugendre est LIBRE de remonter les marches de sa mairie . LIBRE de continuer à travailler pour sa commune .

Une liberté acquise grâce à la maestria de deux ténors assez complémentaires dans leur manière d'être et dans leur manière de plaider. Tous les deux , n'ont jamais sourciller pour expliquer à la population les dessous de l'affaire . Ils ont su délester le jargon du droit de ses affreux borborygmes pour se faire comprendre du plus grand nombre. Ces deux pédagogues du droit ,  l'un, maître Démocrite , guadeloupéen fier de l'être , a usé de la largesse de sa tessiture pour imprégner les esprits  , mettre de l'ordre où il en existait  pas . Sa charge verbale est en tous cas des plus impressive . Il a une démarche de conscientisation des masses à l'égard de la justice , en Guadeloupe. C'est une force tranquille dans le paysage guadeloupéen . L'autre , Maître Morice , venant de Paris , on pourrait le croire plus froid , plus tempéré ! Eh ben , non , ce n'est pas le cas , sa joute oratoire , véritable jeu , des tonalités les plus sourdes vers des envolées lyriques les plus inattendues a terminé , hier au soir , son discours par un appel jubilatoire à l'action de grâce ...Après les affres endurés par son client ; face a une population très versée dans la religion , on ne pouvait créer meilleure chute et complicité  autour d'un homme mis en isolement pendant 90 jours. Mention particulière pour cet avocat parisien , parmi les plus puissants de France ( n'oublions pas que Me Olivier Morice a obtenu le renvoi d'une affaire  sur le droit d'expression des avocats devant la Grande chambre de la Cour européenne , chose assez rare) , mention pour ce monsieur  qui a sa manière s'est fondu dans la masse en insérant quelques mots créoles dans son discours . 

Pour terminer et pour saluer l'article de René Christophe , j'ai envie de citer Martin Luther-King qui d'une certaine manière a donner un rythme anaphorique à mon texte : 

"...Quand nous ferons en sorte que la cloche de la liberté puisse sonner, quand nous la laisserons carillonner dans chaque village et chaque hameau, dans chaque État et dans chaque cité, nous pourrons hâter la venue du jour où tous les enfants du Bon Dieu, les Noirs et les Blancs, les juifs et les gentils, les catholiques et les protestants, pourront se tenir par la main et chanter les paroles du vieux "spiritual" noir : "Libres enfin. Libres enfin. Merci Dieu tout-puissant, nous voilà libres enfin...."

Bien sûr , ce n'est qu'un combat qui est gagné et la guerre menée pour rétablir la ou les vérités ne fait que commencer mais gageons que ce combat gagné de haute lutte en impulse d'autres ....Le fondement de ces victoires à venir étant  d'expulser de la majorité du Maire Joël Beaugendre , l'ivraie , la mauvaise herbe qui durant 90 jours s'est répandue sur les terrains en jachère de la politique capesterrienne .

A suivre...

PS : Je veux rendre un hommage à toutes ces femmes, à tous ces hommes qui ont formé un comité de soutien à Joël Beaugendre , et qui 90 jours durant ont cru dur comme fer au retour de leur maire. Des hommes, des femmes lambdas soucieux de concéder quelques heures de leur vie de famille à un homme frappé d'ostracisme , à sa famille . MERCI à vous tous , et ce , à importance égale ! 

Une certaine justice et/ou une certaine politique a tenté d'éradiquer la dignité d'un homme , mais ces 90 jours en ont fait peut être un mythe ...pour sa base électorale .


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.