Limiter les richesses : Une mesure écologique et sociale qui donne un sens à nos vies !

Le Front de Gauche, dans son programme, propose d'instaurer un REVENU MAXIMUM à 360 000€ annuel (soit 30 000€ /mois ). Mais le Front de Gauche sait-il à quel point cette mesure, si elle venait à se réaliser, pourrait devenir un des symboles les plus fort lancé à l'humanité de notre époque ?

Attention! Là, je vais me lancer dans des sphères qui me dépassent un peu mais bon...tant pis, j'y vais quand même . Et puis quand j'entends toutes ces certitudes énoncées à longueur de journée par des experts en économie qui ne savent même plus ce qu'est un être humain, je n'ai aucune espèce de scrupule à donner mon analyse sur notre système.

Ainsi, il y aurait donc une limite à la richesse !

Jamais dans l'histoire, une limite à la richesse n'a été donnée comme base économique. Une limite basse, oui le SMIC ou le RMI (discutable mais ayant au moins le mérite d'exister), mais une limite haute... jamais...

Jamais, dans l'histoire a-t-on expliqué aux citoyens qu'ils ne pouvaient pas s'enrichir plus qu'une certaine limite (en valeur chiffrée). Jusqu'à aujourd'hui, tout enrichissement personnel infini est possible si la conjoncture économique le permet. Dans tous les cas, que les gouvernements soient de droite ou de gauche, la richesse peut indéfiniment s'accroître. Ainsi, un état Socialiste verra augmenter la richesse publique grâce à l'impôt (ayant donc tout intérêt à ce que la richesse privée augmente). Un Etat de droite libérale verra, lui, la richesse privée augmenter sans que l'Etat en profite (c'est là que quelques fois même, il arrive que certaines richesses privées dépassent celles des Etats...hum...hum...). Nous voyons donc bien qu'une économie en perpétuelle croissance permet, par définition, un enrichissement sans limite (privé dans tous les cas et public lorsque les gens votent bien...).

Jusqu'à preuve du contraire, il me semble bien que tout notre système économique moderne est basé sur la croissance. Une croissance sans limite, où la création de richesse est possible jusqu'à ne plus savoir quelle valeur cette richesse représente. J'entends d'ici les réactions empressées de nombre d'économistes en herbe me rappelant que la problématique de la croissance n'a rien à voir avec celle de l'accumulation de la richesse... Preuve en est que si puisque l'une est précisément la cause de l'autre...

Dans un monde fini, en équilibre, où l'argent circulerait sans interruption avec une accumulation limitée, et sans appropriation possible, la croissance deviendrait inutile et la valeur bien plus stable que ce qu'elle est aujourd'hui. Une croissance infinie dans un monde fini mène inexorablement vers une inflation et donc vers une dévaluation de la monnaie. La valeur ne veut plus rien dire et donc comment faire ce lien nécessaire entre notre économie (nos échanges et nos liens) et notre environnement (ressources naturels et empreinte humaine sur la nature). Si quelquefois une dévaluation est saine pour l'économie, son plus grand désavantage est qu'elle nous empêche de nous fixer la vraie valeur des choses et notamment de faire ce lien nécessaire entre la valeur de notre monnaie et celle de nos ressources et de nos matières premières finies...

Si l'on veut, un jour, faire converger notre outil économique vers un système plus proche de la réalité de notre monde et plus écologique, il faudra bien admettre que vu que le monde est fini et qu'il fonctionne en circuit fermé, notre système économique devra lui aussi se fermer un jour...

Une limite à la richesse ??? Bon sang mais c'est bien sur... Bravo au Front de Gauche d'avoir été le premier à l'envisager en osant y mettre un chiffre.

Il reste maintenant le plus facile à faire (nous sommes prêts, j'en suis convaincu) :

1 - Faire le lien entre cette limite et la limite de notre monde et de nos ressources.

2 – Faire le lien entre cette limite et la fin de la nécessité de croissance (début d'une nouvelle ère économique : l'ère de l' EQUILIBRE)

3 – Faire le lien entre cette limite à la richesse et la nécessité de faire circuler la monnaie afin que celle-ci se répartisse équitablement dans notre société (mais je crois que ça, au FDG, c'est déjà fait...)

La limitation de la richesse ou comment résoudre d'un seul coup :

  • La répartition des richesses

  • la limitation des ressources

  • notre aliénation à la consommation

  • notre soumission à la croissance

  • notre totale dépendance au pognon

La répartition de la richesse passe forcément par sa limitation... car comment répartir quelque chose qui n'a pas de fin ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.