Etre Charlie à sa manière

Concernant les évenements récents et la tuerie à Charlie Hebdo, je ne peux pas dire que les événements m'ont bouleversés tant que ça. Je suis bien obligé de constater que, malgré moi, l'émotion n'a pas prise... Je dois dire que les attentats du 11 septembre m'avaient beaucoup appris sur la machine à fabriquer l'émotion. Bien sûr toute cette histoire m'a touché, c'est évident, et d'ailleurs qui ne le serait pas... Une tuerie à la Kalachnikof dans un journal, qui pourrait s'en réjouir...

L'évenement m'a surtout beaucoup parlé car vouloir faire taire par les armes est toujours l'argument de la dernière chance, celui du désespoir et sutout, celui de l'inculte. Alors, comment condamner l'inculture et le désespoir si ce n'est pour nous rassurer nous-même sur notre propre bonheur... Non, je n'ai pas été boulversé. Je dirais par contre, que ça n'a pas arrangé mon opinion sur notre chère classe politico-médiatique....

Le grand cirque médiatique de l'émotion a donc parfaitement fonctionné. Il a récupéré cette émotion, parfaitement légitime et spontanée, pour faire rentrer le monde en empathie... et malheureusement, en empathie derrière quoi ? Derrière un : "nous, c'est bien, les autres c'est pas bien... , nous, on est français, riches et cultivés et on peut faire de l'humour sur tout. Nous on est libre de s'exprimer" (effectivement, ce n'est pas le cas de tout le monde...merci de nous l'avoir rappeller...). Et toute cette bien-pensense qui essaye par tous les moyens, de nous expliquer que ces gens-là, c'est pas nous... c'est pas pareil... qu'il y a d'un côté les méchants, EUX et de l'autre les gentils, NOUS... Et donc, après un passeport obtenue pour conduite héroïque envers la nation et une déchéance de nationalité pour djiadisme avéré, nous aurons bien compris qui a le droit d'être français et qui n'y a pas le droit... Les bons auront le droit et, que les méchants aillent voir dans un autre pays pour s'instruire.

Je tiens donc à rappeller que les malheureux tueurs en désespérance étaient tout ce qu'il y a de pur produit Français de nos banlieues en perdition... que nous avons produits nous même... Enterrés dans l'anonymat et dans le plus grand secret, à ce que je comprend, ils n'étaient donc pas comme nous... peut-être, d'ailleurs n'étaient-ils pas tout implement humains... alors... même mort, ils ne le seront jamais...

Malheureusement, force est de constater que nos sociétés riches et civilisées produisent chaque jour leur opposé. Plus les riches sont riches et plus les pauvres sont pauvres, car si les pauvres n'existaient plus, alors les riches non plus... par définition... Je pense (en ce moment je pense beaucoup...) que tout peut se définir par son contraire. Et d'ailleurs, ne définit-on pas le mieux la haine par rapport à l'amour ? Et notre bonheur par notre malheur ? Ces paradoxes montrent que plus on amplifie une notion, qu'elle qu'elle soit, alors plus on amplifie également son opposé.

Vaste sujet.... mais je conclurais la-dessus, ainsi : si nous voulons le bonheur de tous, en ce monde, n'oublions personne et nous verrons alors que le bonheur n'existe pas. On pourra extrapoler sur les notions de richesse (facile...) et aussi sur celle de l'amour qui est un exercice plus complexe mais non moins passionnant à faire.

Et puis, on ne m'enlèvera pas de l'idée que si chaque être humain mangeait à sa faim, Prêtres, Rabbins Immam et autres diseurs de bonne aventure auraient beaucoup moins de clients...

L' être humain est en manque de sens car il n'a toujours pas trouvé la paix vis-à-vis de sa propre mortalité. Aujourd'hui, pour donner un sens à sa vie, force est de constater qu' il ne lui est proposé qu'un choix entre les religions ou la richesse.... D'autres voies existent et elles doivent être explorées sans attendre. Il est l'heure !

L'écologie et l'observation de notre environnement en est une. Par exemple, affirmer le bienfait de notre propre capacité à nous recycler (nous sommes voués à faire de l'humus qui est lui, source de vie...) est plutôt réjouissant et devrait pouvoir nous faire un peu plus accepter la mort...

L'altruisme est aussi une voie intéressante. Nous ne sommes pas voués éternellement à la compétition et pouvons trouver beaucoup plus le bonheur à le partager qu'à le garder pour nous...

Trouver notre immortalité simplement dans notre reproduction et dans la transmission de notre savoir à nos enfants. La science ne nous a-t-elle pas récemment montré à quel points nos gênes et nos chromosomes se transmettent et nous survivent ? Pourquoi chercher l'immortalité dans le médecine ?

Si rien ne se crée, rien ne se perd et que tout se transforme... alors nous sommes immortels !

Pour cette nouvelle année, j'avais souhaité pour notre monde (notre bel oasis de vie, perdu aux confins d'un univers hostile comme dirait Pierre Rabhi) : du Sens, de l' Altruisme et de l'Intelligence... j'en rêve encore.

alors bien sûr, #JeSuisCharlie mais un peu à ma manière...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.