c.p.achour
Travaille sur les pratiques politiques (La question du choix des élus dans la démocratie représentative actuellement)
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 déc. 2018

Pour " Une Convention Nationale des Gilets Jaunes "avec des délégués tirés au sort.

c.p.achour
Travaille sur les pratiques politiques (La question du choix des élus dans la démocratie représentative actuellement)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La proposition arrive un peu tard. Mais bon, bel effort tout de même :) .  Et puis , on ne sait jamais : les réseaux peuvent faire des miracles me dit-on... Si la proposition n'est pas prise en compte par ces fameux gilets, on aura loupé l'expérimentation - à bonne échelle - d'un système de désignation de délégués permettant d'éviter ceux et celles ( plus souvent ceux),  les premiers à lever la main pour représenter un collectif.Passons à la proposition.

Certains  membres des ronds points ne veulent pas de représentants. Ils souhaitent un blocage de plus en plus complet du pays: c'est une situation inespérée pour ces partisans d'au autre société. D'autres craignent d'être bernés par les porte paroles auto-proclamés des plateaux.D'autres enfin, souhaitent une organisation de leur mouvement mais n'ont pas de modèle disponible.Voici une proposition:

Base de l'opération: les ronds points points (ou l'équivalent) de chaque département.Grace au choix de 10 noms(5 femmes -5 hommes) par chacun des membres du groupe, une liste est construite. On dépouille et les 10 noms les plus cités, constitue la liste (paritaire) du rond point.

Elle est envoyée au lieu central choisit (Le chef lieu du département) par exemple.Les gilets jaunes du coin sont alors chargés de trouver un local approprié pour le tirage au sort, qui sera opéré à partir de l'ensemble des listes envoyés par les ronds points du département. Combien de ronds points  (ou équivalent)  4, 6, 8? C'est sans sans importance. Il s'agit de ces sites où, depuis des semaines des gens vivent, discutent et rêvent ensemble.Ils se connaissent et lorsqu'ils établissent leurs liste, ils le font avec le souci de choisir les plus proches de leurs convictions. Ils(elles)ont à choisir parmi ceux et celles qui sont régulièrement présents depuis à minima 2 semaines.

Dans un département où 12 lieux ont envoyés leur liste, il y aura tirage au sort parmi 120 personnes.Un département avec 3 lieux tire au sort parmi 3030 personnes, etc.Certain départements seront peut-être sur -représentés?Ce n'est pas grave. Il s'agit de ceux souvent maltraités depuis des décennies.Ne pas oublier les outres marins dans une affaire qui ne concerne pas l'Hexagone uniquement.Combien de noms sont-ils tirés au sort? Si le mouvement décide de réunir une Convention de la taille de l'Assemblée Nationale - par exemple - Les 101 départements envoient 6 représentants tirés au sort et la " Convention Nationale des Gilets jaunes"se compose alors de 606 délégués. (La parité ayant été respectée au moment de la liste du rond point, là, laisser le tirage faire le job : il y aura + ou - de parité, mais ce sera le hasard. Pas grave.

son siège sera choisit en fonction des critères habituels: commodités d'accès, capacité d'accueil, etc. Le "Palais des Congrès" d'une grande métropole fera très bien l'affaire.

Voilà le lieu de réflexion au niveau national construit. Dans un premier temps, sa fonction doit rester consultatif. Seule la base, par le vote, pourra lui donner un autre statut : délibérer, par exemple. Et devenir alors un lieu où des décisions seraient prises au nom du mouvement. Ces délégués deviendront les représentants du mouvement social "les Gilets Jaunes".

Comment le mouvement peut-il décider de la mise en oeuvre de ce dispositif? Ou de le refuser. Seul le vote - rond point par rond point- collecté au niveau national le permettra. Et un des ronds points devra se proposer pour l'organisation de ce vote. Si plusieurs lieux sont candidats, le choix s'opérera alors par tirage au sort :)

Cf  l'article : " Au sort citoyens!" , publié ici en 2013. ( L'appui théorique de cette proposition, en quelque sorte).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission, reportage aux portes de l’Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/11)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de »,ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85