La mort de Pompée

Au début du quinquennat du 24e roi de notre République, de plaisants événements m’amenèrent à conter les aventures du Prince et de ses amantes. Le rire étant mieux partagé en France que le travail, le succès de l’Annonce faite à Toinette fut fulgurant : la totalité des 200 exemplaires s’arrachèrent comme des petits pains. Au point qu’il fallut en retirer 50 pour éviter une émeute chez mon libraire.

Voici, trois ans plus tard, que les muses m’interpellent, me reprochant de m’endormir sur mes lauriers. « Poète, peux-tu laisser la France sans voix dans ce naufrage » ? J’obéis. Voici donc la tragique histoire de celui qu’on avait fait César et qui finit Pompée… Avec, comme pour Toinette, la complicité de Patrick Grillot pour la couverture.

Le volume est disponible à la librairie Au chat curieux ou auprès de l'auteur.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.