Mais alors, qui provoque des violences dans les manif's de gilets jaunes..?

Mediapart 8/03/19 : « Face à des journalistes fin janvier, Emmanuel Macron évoquait « 40 000 à 50 000 militants ultras » à l’origine de l’embrasement des manifestations des « gilets jaunes » (...) Problème : au même moment, ses propres services de renseignement dressaient un constat exactement inverse. L’ultradroite et l’ultragauche seraient « quasi inexistantes au sein des cortèges ».

Ok, reçu... et même 5 sur 5 ! Car Mathieu Suc, l'auteur du papier ainsi "chapeauté" à - d'ordinaire - d'excellentes infos dans les milieux policiers et du renseignement. Mais du coup, VOILÀ QUI POSE PROBLÈME... Car, si ceux que l'on n'a pas cessé de nous vendre (politiques, médias, gouvernement, Elysées) comme étant - à chaque manifestation de gilets jaunes ou presque - les fauteurs de troubles les plus violents de ces rassemblements, étaient si peu nombreux, QUID DES DITES VIOLENCES ? Si les extrémistes de droite comme de gauche, n'ont pu - faute de combattants - exercer autant de violences que celles que l'on a tous vécu, il faut se rendre à l'évidence : CE SONT DONC BIEN DES GILETS JAUNES violents, radicalisés qui ont provoqué ces dégâts. C'est ennuyeux, au moment où le patron de Mediapart, dans un livre, essaie de rendre un peu de lisibilité à ce mouvement, non ? ou alors, qui ? Ah, j'oubliais, peut-être des policiers déguisés en casseurs ? Bon, E.Macron chiffre le nombre d'ultras à 40/50.000...Ça fait beaucoup de flics à déshabiller pour aller foutre le souk ! Mais peut - être, là encore, les services de renseignements ont-ils un avis ?

De plus, en rappelant des déclarations du Président de la République basées (selon l'auteur de l'article cité ici) sur des chiffres que mettent en cause les services de renseignements, PARADOXALEMENT, Mediapart présente Emmanuel Macron comme un défenseur de la NON VIOLENCE des gilets jaunes, en expliquant que les violences ne viennent pas d'eux... On aura tout lu ! Dailleurs, à ce propos :

LE PARISIEN AUJOURD'HUI EN FRANCE DE CE SAMEDI 9 MARS 2019 :

« Selon la direction de la police nationale, qui l’affirme dans une note, beaucoup des auteurs de ces actes seraient issus de la mouvance ultra-gauche, mais pas seulement. La quasi-intégralité des interpellés était par ailleurs déjà connue de la justice ».

Bon, moi j'dis ça, j'dis rien...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.