QUAND E.PLENEL "VEND" UNE RÉVÉLATION SANS CONSULTER SES ARCHIVES...

Impossible de dire, d'écrire, d'imaginer même qu'E.Plenel puisse mentir. Donc, lorsqu'il va sur BFM pour survendre une "révélation" de son journal, pour le lendemain matin, il ne consulte même pas la doc' de celui-ci..." Nous allons demain révéler un nouveau personnage de l'affaire Benalla. Il n'a JAMAIS ÉTÉ CITÉ" déclare--t-il. RATÉ ! Lisez ci-dessous...

 Quand Edwy Plenel intervient sur BFM le 21 mars 2019 au soir, pour attirer l'attention du public sur la révélation par son site du nom d'un nouveau protagoniste de l'affaire Benalla, il veut parler de CHRISTIAN GUEDON, un ancien membre du GIGN, attaché à la sécurité du Président de la République. En fait, il ne manquait aux auteurs du papier que la photo de CHRISTIAN GUEDON. Le reste était déjà bien documenté. Mais SURTOUT, ce nom n'était pas nouveau dans le dossier en question. Ni pour le patron de Mediapart, ni pour ses journalistes, ni pour ses lecteurs... Trou de mémoire, sans doute....Mais voyez plutôt :

NOTRE DOSSIER: L’AFFAIRE MACRON-BENALLA

Affaire Benalla: encore un conseiller bien caché!

7 AOÛT 2018 PAR PASCALE PASCARIELLO ET JACQUES MASSEY

(...) Le tandem Benalla-Chaker
« Fana mili » (fanatique militaire, passionné de la chose militaire), Ludovic Chaker intègre en 2005 la réserve opérationnelle du corps des officiers de l’armée de terre avec le grade de sous-lieutenant. Depuis, il est régulièrement promu, jusqu’à l’obtention du grade de commandant en 2018. Souvent, durant la campagne, il s’est présenté comme « ancien militaire, 44e régiment d’infanterie », une formation administrative des militaires de la DGSE. Mais d’autres personnels peuvent aussi y être rattachés (…) En cela, l’intégration en début d’année, au sein du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR), de leur ami CHRISTIAN GUEDON a été vécue comme la confirmation de leur légitimité. Cet ancien du GIGN a lui aussi servi, avec Pierre-Yves Baratier, ancien militaire reconverti dans le privé, et Vincent Crase, officier de réserve de la gendarmerie – l'acolyte d’Alexandre Benalla lors de la manifestation du 1er mai –, au quatrième étage des locaux du mouvement En Marche ! Étage du QG de campagne qui regroupe le service d’ordre.
Concernant CHRISTIAN GUEDON, son entrée au Palais n’était pourtant pas évidente. Ayant quitté le service actif depuis sept ans, sa reprise d’activité avait été jugée irréalisable administrativement par la hiérarchie de la Gendarmerie. Mais tout comme Emmanuel Macron a su imposer Alexandre Benalla au colonel Lionel Lavergne et au général Éric Bio-Farina dès son arrivée à l’Élysée, le président a, là aussi, obtenu gain de cause pour faire entrer GUEDON dans l’unité de protection présidentielle (...)
© Mediapart

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.