Mais que font les théologiens?

La réponse au terrorisme islamique ne peut pas être uniquement répressive. Car elle entraîne de facto un risque de fracture sociétale encore plus dangereuse que les attentats eux mêmes, ce qui est probablement un des objectifs des islamistes. La réponse doit aussi être théologique.

 L'assassinat de M Paty suscite un sentiment de colère et de révolte. Mais aussi de grande tristesse, pas seulement pour la famille et les proches endeuillés et la communauté éducative mais aussi pour nous les croyants. Car au delà d'une attaque en règle par ces actes terroristes fondamentalistes contre la laïcité à laquelle je suis très attaché et donc au droit au blasphème (on peut rire d'une caricature de la religion et être croyant!) , c'est bien la foi en Dieu elle même qui paradoxalement est attaquée. Or dans les médias, tout est analysé en termes d'oppositions: islam contre christianisme; occident contre pays arabes, laïcité contre prosélytisme.... Or la réalité est en fait bien plus complexe. Car il est tentant de proposer comme explication de la violence religieuse la récupération politique mais la violence est en fait intrinsèque à la religion et quand je parle de violence, je fais référence à l'intolérance, au fanatisme présents aussi bien dans le coran que dans nos bibles. Or il est évident que la religion joue un rôle majeur dans la vie des croyants.Et ce rôle est très positif si la religion est vécue et pratiquée avec intelligence.  Pas seulement dans la vie des musulmans qui ne sont d'ailleurs pas tous pratiquants mais aussi dans celle des chrétiens et des juifs. (pratiquants ou non) et je dirai même dans celle des athées. Car notre civilisation est judéo-chrétienne si on l'envisage sur une longue échelle historique, ce qui a modelé les représentations des citoyens de ce pays, athées ou non, même si cela est inconscient. Mais elle est aussi un peu païenne et aussi musulmane depuis peu quoi qu'on dise. Il faut pouvoir expliquer dans quels contextes certains rédacteurs de certains textes fondateurs de nos religions monothéistes ont pu écrire de telles horreurs qui peuvent et ont fait l'objet d'une lecture littérale et mortifère. Et cela est le rôle des théologiens dont certains s'acquittent très bien comme Thomas Römer qui est titulaire d'une chaire au Collège de France.  Pour résumer l'homme a pu prêter des propos à Dieu, et cela même dans les livres dits sacrés, et qui ne sont donc pas toujours la parole de Dieu mais aussi celle des hommes même si ceux ci ont pu être inspirés par Dieu. Or même les chrétiens croyants ont du mal avec cette affirmation. mais tant qu'elle ne sera pas acceptée, la religion conservera toujours un potentiel de violence et donc un risque d'être discréditée. On peut donc dire que la religion est la tentative plus ou moins heureuse faite par l'homme de se relier au Divin. Jésus a su échapper à ce terrible danger en rendant à César ce qui est à César  mais tous ne l'ont pas compris ce qui explique que des violences ont été commises en son nom. Les paroles en apparence violentes de Jésus ont été mal comprises parce que envisagées sous un angle mondain alors qu'elles portaient sur le Royaume, c'est à dire le règne de l'Esprit. Et c'est un bien grand paradoxe que les livres des religions monothéistes puissent être l'occasion de notre salut mais aussi de notre perdition! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.