Il y a une alternative: après la victoire contre le CETA. Avec DiEM25

Des villes rebelles, des régions rebelles et de la désobéissance des citoyens d'Europe viendra l'alternative. La bataille anti #CETA est un symbole important. C’est pourquoi DiEM25, en appelle à une campagne pan-européenne de désobéissance contre les élites, nous avons besoin plus que jamais d'un demos européen qui assurera la démocratie à l'échelle internationale.

Des villes rebelles, des régions rebelles et de la désobéissance des citoyens d'Europe viendra l'alternative.

En cette période de déception et d'éloignement de la politique, dans cette ère ou le Thatchérien  TINA (There is no alternative) devient le slogan aussi de la social démocratie qui a totalement renoncé à son rôle de transformation et de réformisme progressiste, une région, la Wallonie a dit haut et fort #stopceta.

La Tribune des commissions Economie Politique, Écologie et Démocratie de Nuit Debout explique bien la problématique CETA:

"Négocié depuis 2014 dans un silence médiatique totale, le CETA est en réalité le prototype du plus célèbre TTIP (ou TAFTA), traité similaire entre l’Union Européenne et les Etats-Unis. 

"Ces traités si ils étaient rentrés en vigueur auraient conduit à une perte de pouvoir  de la sphère judiciaire, via l’abandon du pouvoir des tribunaux des Etats et de l’UE, dans le jugement des litiges opposant les Etats membres aux entreprises et investisseurs privé, au profit d'arbitrages privés à travers la mise en place d'une Cour de justice des Investissements sur le modèle ultra- controversé de l'ISDS, notoirement détourné par des multinationales pour s'attaquer aux choix politiques des Etats.

- L’uniformisation par le bas des normes environnementales, sanitaires et sociales, en termes de santé et de droits sociaux notamment.

- L’ouverture à une concurrence plus grande entre les pays membres de l’UE et les provinces du Canada."

Nous avons signé cette tribune et soutenu la Wallonie dans sa demande de démocratie et de clarté.

Hier David a gagné contre Goliath. 

La région francophone de Belgique a résisté et s'est opposée au traité de libre-échange de l’Europe avec le Canada. 

Quel beau symbole de la force des idées contre les pressions des puissances de ce monde. Et ce malgré les menaces de l'Union européenne.

Nous pouvons nous opposer et gagner.

Nuit Debout et ses mouvements frères ne baissent pas les bras, de plus en plus de personnes s'engagent localement et cherchent des nouvelles formes d'action.

A Paris "Les Tables Rondes Citoyennes"sont aussi un bel exemple de cette volonté de dépasser les cadres habituels. 

L'alternative est là, elle passera par la mise en réseau de toutes les bonnes pratiques.

Élus, associations, mouvements, citoyens doivent faire plateforme commune.

Le réel n'est qu'un cas particulier du possible.

Redécouvrons l'engagement, parlons  directement aux consciences, allons chercher les espoirs! 

Dans les institutions, dans les places du monde à travers tous les réseaux virtuels et physiques  sortons de la politique de la peur qui nous est imposée.

Nous ne voulons plus rester à la fenêtre nous voulons créer, libérer les idées et fédérer.

La #CzarnyPoniedziałek, avec une mobilisation exceptionnelle en Europe sur les réseaux sociaux et la grève des femmes en Pologne ont conduit au retrait d'un projet de loi obscurantiste interdisant l' IVG et nous montrent un autre exemple à suivre.

C’est pourquoi DiEM25, en appelle  à une campagne pan-européenne de désobéissance contre les élites,  nous avons besoin plus que jamais d'un demos européen qui assurera la démocratie à l'échelle internationale.

Jacques Derrida, dans son dernier ouvrage, évoque la « Démocratie à venir », avec ce double sens sur à venir et avenir.

Carpe diem! donc, c'est le moment d'agir pour notre

"à venir" commun !

 

Cristina Soler-Savini

Coordinating Collective 

DiEM25

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.