Croisement D'infos (avatar)

Croisement D'infos

Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2023

Croisement D'infos (avatar)

Croisement D'infos

Abonné·e de Mediapart

Violences policières Manifestation Strasbourg 20 mars 2023

Josiane Chevalier; commissaire; CRS : Vous participez à une nasse interdite; obéissance à la loi. Vous devez vous disperser et quitter les lieux. Obéissance à la loi. Première sommation.

Croisement D'infos (avatar)

Croisement D'infos

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avant de commencer je voudrais remercier les nombreux riverains, commerçants qui ont aidé les manifestants face aux actes inqualifiables, innommable de la police de Strasbourg, en marge de la manifestation du 20 mars 2023. 

L'entraide, la solidarité se sont spontanément créés entre les riverains, commerçants et les manifestants.   

En effet; beaucoup leur ont ouvert les portes, pour les accueillir, leur donner à boire, à manger. Et surtout de la protection.

J'étais moi même présent à la manifestation. Nous cherchions, avec des amis, à rejoindre le cortège qui se trouvait rue des dentelles. Nous nous sommes heurtés à de nombreux barrages de police. La zone était quadrillée. Personne n'avait le droit de passer. Une habitante du quartier nous a alors ouvert sa porte pour nous permettre de passer chez elle et contourner les barrages.

C'est lorsqu'il est au pied du mur, face au pire, que l'Humain se révèle à lui même. 

Suite aux agissements des FDO, nous avons assisté au pire. Nous avons constaté à quel point certains humains pouvaient être inhumains. Mais nous avons aussi assisté à beaucoup d'Humanité. Merci pour tout. Merci Strasbourg.

Mais ces actes de barbarie commis par la police de Strasbourg, sous les ordres de la préfète Josiane Chevalier ne doivent rester impunis. De nombreux appels à témoins, en vue de plainte collective sont nés sur twitter, comme celui d'Alsace Révoltée, ou encore celui d'Emmanuel Fernandes (Nupes), appel lancé avec différentes associations, syndicats ou encore la ligue des droits de l'Homme. 

Vidéo gag

Depuis plusieurs jours la police de Strasbourg mène une guerre psychologique, essaie de faire peur, d'intimider. Mais se ridiculise toute seule. La police parade, investit et évacue une place Kléber ... vide un samedi après midi (le 18 mars 2023), à coup de sirènes, sommations, obéissance à la loi.

La stratégie de la préfecture de police était prévue. 

Lundi, à partir de 17h30, la place Kléber était quadrillée. Grosse présence policière. Toutes les rues étaient fermées, des contrôles et fouilles étaient pratiqués autours de la place Kléber. Plusieurs membres des forces du désordre étaient armés de fusils d'assaut.

Illustration 1
Illustration 2
Illustration 3

La place Kléber comporte 4 points d'entrée / sortie principaux. 3 d'entre eux étaient bloqués par de nombreux policiers et gendarmes mobile. La manifestation s'élance donc, vers 19h20, rue des grandes arcades, seule porte de sortie pour le départ de la manifestation. 

Cette porte de sortie n'est pas due au hasard, car elle mène aux quais des bateliers, et le pont de Zurich, qui est un lieu stratégique à Strasbourg, ou il est facile de lancer une attaque. 

C'est exactement ce qu'il s'est passé, avec une première charge des crs accompagnés de la bac, suivi de gaz lacrymogènes. La tête du cortège, soit environ 250 manifestants, s'est retrouvée séparée du reste de la manifestation. 

Pour être sur de bien séparer le cortège, les CRS ont à nouveau fait usage de gaz lacrymogène en direction du gros de la manifestation.

Pour ces manifestants, s'en est suivie plusieurs heures de déambulations dans les rues de Strasbourg, sous les feux incessants des gaz lacrymogènes tirés à vue par les CRS. 

Les CRS n'hésitaient pas à tirer les lacrymogènes au milieu du cortège, dans des petites rues étroites, des palets de lacrymogènes heurtaient les murs, fenêtres des habitations pour retomber sur la tête des manifestants !!!  

Illustration 4
Nous sortions de la petite ruelle à gauche, complètement gazés

La stratégie des FDO, qui visait à diviser le cortège, s'est retournée contre eux. Eux qui croyaient, en faisant de la sorte, mettre fin à la manifestation n'ont fait que l'amplifier. Ils ont largement sous estimé la détermination des personnes qui composaient ce cortège. 

En effet, plusieurs groupes se sont crées, et ont parcouru la ville une bonne partie de la soirée, sous les gaz incessants, comme par exemple à la place d'Austerlitz.

La nasse rue des dentelles. 

Plus tard dans la soirée, aux alentours de 21h30; un groupe composé d'une centaine de personnes, en majorité des jeunes, s'est retrouvé nassé dans la rue des dentelles, une ruelle très étroite. 

Illustration 5
la rue des dentelles vide
Illustration 6
Plan / configuration

"On était un groupe de 100, ils sont arrivés par derrière, ils nous ont bloqués." nous raconte Lauréna (prénom modifié), âgée de 20 ans. "On a essayé de sortir de l'autre côté, on s'est aussi retrouvé bloqué par les FDO." 

 Le gazage a commencé moins de 2 minutes après la mise en place de la nasse. 

Illustration 7

Lauréna nous raconte qu'elle s'est sentie très mal, et s'est dirigée, avec l'aide de 3 personnes, vers les CRS en leur criant "malaise", pour sortir de la rue. 

Illustration 8

L'un des CRS lui a répondu, matraque en main : "si vous avancez, je vous frappe". Ils ont voulu essayer de discuter avec le CRS, qui n'a rien voulu savoir. Au contraire, il a mis sa menace à exécution en matraquant Lauréna, qui a une entorse à la main. 

Suite à cette nasse, nous avons frôlé le pire. Plusieurs malaises suites à une intoxication due aux gaz, 2 personnes ont été emmenées par les pompiers. 2 autres personnes ont été blessées à la tête suite aux tirs de grenades lacrymogène. Une jeune fille piétinée suite à une charge des CRS. De multiples blessés légers. 

Illustration 9
Photo : Mathilde Cybulski https://www.facebook.com/mathilde.cybulski/posts/pfbid035BM6NuThE7xo5YS8VHwxewqnSG8fBrfJ6NvNzFFqDmasYq2tNaNSs9ms92BFegEWl

Et que dire de l'intervention des CRS pour débloquer l'Escarpe, batiment universitaire occupé par les étudiants ?

Pour justifier cette répression, la préfète; Josiane Chevalier, nous a pondu un communiqué de presse lunaire, à base de rappels à la loi concernant les rassemblements, manifestations non déclarées. 

Madame Chevalier, vous devez vous, encore plus que quiconque, obéissance à la loi, même si vôtre passé prouve que ça n'est pas vôtre point fort. Je vais donc, moi aussi, vous faire quelques petits rappels à la loi.

 Manifestation non-déclarée 

Un manifestant ne peut pas être arrêté uniquement pour sa participation à une manifestation qui n'a pas été déclarée, comme les rassemblements spontanés de ces derniers jours.

Extrait des DNA : La Cour de cassation, la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire, l'a rappelé dans un arrêt du 14 juin 2022: « ni l'article R. 644-1 du code pénal, ni aucune autre disposition légale ou réglementaire n'incrimine le seul fait de participer à une manifestation non-déclarée ».

La Cour avait annulé un jugement du tribunal de police de Metz du 2 février 2021, qui avait confirmé la contravention de membres d'une « chorale révolutionnaire » qui s'était retrouvée pour chanter sur la voie publique en mai 2020, juste après le premier confinement.

Cet arrêt « vient juste rappeler ce qui est écrit dans le code pénal: il n'existe pas d'interdiction de participation à une manifestation non-déclarée », a expliqué Me Xavier Sauvignet, l'un des avocats de la défense. « Les infractions qui existent sont: participation à une manifestation interdite ou organisation d'une manifestation non-déclarée », a-t-il souligné.

Gardes à vue "arbitraires" lors de manifestations : la polémique enfle

Extrait des DNA : Des dizaines voire des centaines de manifestants arrêtés - parfois violemment - lors de la mobilisation contre la réforme des retraites, puis relâchés... sans aucune poursuite : la pratique semble se développer. Une « judiciarisation » du maintien de l'ordre qui vise à « réprimer le mouvement social », selon ses détracteurs.

Les nasses.

Ligue des droits de l'Homme.

Le Conseil d’Etat juge illégal le recours à la « technique des nasses » par les forces de l’ordre lors des manifestations.

La pratique de la nasse a été jugée illégale par le conseil d'Etat. Vous avez gazé des personnes nassées, mettant leur vie en danger ! Des actes barbares. Josiane, tu as déjà un mort sur la conscience, ça ne t'as donc pas servi de leçon ? 

En effet; c'est Josiane Chevalier qui était en poste dans le cadre du barrage de Sivens. Elle est partie 1 mois avant le drame, le décès de Rémy Fraisse. Mais c'est bien elle qui a mis en place la stratégie qui conduira à ce drame.

La stratégie du chaos, selon Josiane Chevalier, préfète de la région Grand Est. 

Illustration 10

Nous avons quand même la "chance", dans la région Grand Est d'avoir une préfète qui se retrouve au coeur d'une étude sur ce qu'il ne faut pas faire si on veut éviter un conflit social. Elle est en quelque sorte un exemple à ne pas suivre.

Comment créer une situation de blocage et d'affrontement lors d'un conflit social ? Suivez la méthode Josiane Chevalier, aujourd'hui Préfète de la région Grand Est.

Méthode analysée dans le cadre de la gestion (catastrophique) du projet du barrage de Sivens, à l'Université de Toulouse. La stratégie du CHAOS.

Mots clé : Avoir des "alliés", utiliser la presse, diaboliser les opposants, mettre en place une stratégie d'intimidation et de répression, en tentant de soumettre par la force si nécessaire. Faire pleins de décrets préfectoraux, on s'en fou si beaucoup ne sont pas légaux.

"Il est déplorable qu’il ait fallu une tragédie pour que soient révélées les défaillances du projet de barrage de Sivens, tant du point de vue de sa gestion que de son objet (la gestion de l’eau), et que soit stoppée sa mise en œuvre." Cette phrase, sans équivoque, se trouve en conclusion de l'étude.

La préfecture du Bas Rhin dans le collimateur de la LDH :  

La Ligue des droits de l’Homme alerte sur des pratiques « incompatibles avec la démocratie » de la préfecture du Bas-Rhin.

"Nous avons commencé à nous dire qu’il fallait avoir une vision d’ensemble des violations du droit de la préfecture lors de la manifestation contre la loi sécurité globale du 5 décembre 2020 », relate Marion Maurer, vice-présidente de la section Strasbourg de la Ligue des droits de l’Homme (LDH)."

"Ainsi, la LDH, composée notamment de professionnels de la justice, a recensé les infractions de la préfecture de décembre 2020 à janvier 2022. Dans un communiqué envoyé ce vendredi 11 février, elle explique :

« Leur nombre important, leur diversité et la gravité des violations nous alertent particulièrement et justifient une remise en cause des pratiques de la préfecture ainsi qu’une vigilance accrue des associations. L’état actuel des pratiques n’est pas compatible avec le respect des droits de l’Homme et de la démocratie. »

Selon Marion Maurer, depuis la nomination de Josiane Chevalier préfète du Bas-Rhin en janvier 2020, qui a remplacé Jean-Luc Marx, les agissements de la préfecture se sont durcis". (article de Rue89)

LDH Strasbourg.

Qui est Josiane Chevalier, Préfète de la région Grand Est ?

Barrage de Sivens, le décès de Remi Fraisse, de nombreux problèmes en Corse , notamment concernant l'installation de la fibre optique, et plus récemment (avril 2020), la réquisition controversée de masques destinés aux Bouches du Rhône, Bourgogne et Franche Comté.

Les faits d'arme de Madame la Préfète sont déjà nombreux. Elle occupe son premier poste de Préfète du Tarn en 2012, puis enchaîne les affectations, pour un total de 5 postes en 8 ans (Pyrénées Orientales, de l'Essonne, de la Corse et depuis mars 2020 de la région Grand Est.)

Elle est définie par certains comme une Préfète éminemment politique.

Est elle regrettée la ou elle est passée ? "C'est la meilleure sortie de toute l'histoire des préfets de Corse !", cela donne le ton.

Conclusion.

Nos choix, nos décisions montrent qui nous sommes. Tout au long de sa (courte) carrière en tant que préfète, Josiane Chevalier à semer les graines du chaos, n'hésitant pas à utiliser la force, pour défendre des projets jugés plus tard comme illégaux. Elle a fait beaucoup de mal. Et elle continue d'en faire. Lundi, nous avons frôlé le drame. Doit on attendre qu'il y'ait un nouveau drame pour l'arrêter ? 

Le temps est venu pour elle de retourner au fond de la caverne obscure d'où elle vient. 

Se'Th

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.